LeBron James révèle quelle est la meilleure version de… LeBron James

LeBron James révèle quelle est la meilleure version de… LeBron James

Toujours au sommet à 35 ans et après dix-sept saisons NBA, LeBron James s'est comparé... à ses différentes versions passées.

Antoine PimmelPar Antoine Pimmel | Publié  | BasketSession.com / MAGAZINES / Article

LeBron James est (encore) sur le toit du monde. Huit ans après son premier titre, le King a décroché hier soir sa quatrième bague. Le plus impressionnant ? Il a participé à toutes les finales sauf une, l’an dernier, depuis 2012. Une longévité record. Une capacité à se maintenir au plus haut niveau pendant tant d’années… Fantastique. Et dire qu’en 2012, lors de son premier sacre avec le Miami Heat, il entrait, à 27 printemps, théoriquement dans son « Prime », à savoir la meilleure période de sa carrière. Et pourtant, le quadruple MVP jure qu’il est encore plus fort aujourd’hui.

« A 27 ans, vous ne connaissez même pas votre jeu. Vous n’avez même pas encore commencé à comprendre ce dont vous êtes capables.

Donc je pense que le LeBron James de 35 ans dominerait le LeBron James de 27 ans. Il le dominerait simplement sur le mental, même si celui de 27 ans a des capacités physiques supérieures », analysait, non sans un peu d'humour, le natif d’Akron en mode Alain Delon.

Le LeBron James de 2013, un monstre

C’est assez logique de tenir un tel raisonnement, encore plus pour un compétiteur. On veut toujours penser que nos plus belles années sont devant nous, et non derrière. On veut toujours se persuader que l’on peut progresser. Et dans le cas hallucinant de LeBron James, ça semble parfois vrai. Il maîtrise effectivement le jeu comme jamais. Il a d’ailleurs terminé meilleur passeur de la saison avec plus de 10 caviars par rencontre, son record personnel.

Son jeu a évolué avec le temps. Il paraît de plus en plus complet. Et donc de plus en plus fort ? Les statistiques de 2012 ou 2013 laissent tout de même croire que le James de 27 ans, plus athlétique mais tout de même expérimenté, plus frais aussi, était quasiment injouable. Il marquait plus tout en jouant moins de possessions. Avec deux autres stars autour de lui. Il était aussi plus adroit, et notamment de loin. Avec notamment un PER record de 31,6 en 2013 ! Largement au-dessus de son évaluation sur les dernières saisons. C'est simple, il était partout cette année-là. Terrifiant d'efficacité, de puissance et de talent. Tout en étant l'un des meilleurs défenseurs de la ligue.

Mais après tout, personne ne le connait mieux que lui-même. C’est justement ça l’idée : lui seul connaît son jeu et lui seul peut comprendre à quel point il a vraiment évolué. Si LBJ pense qu’il est encore plus dominant aujourd’hui, c’est que ça doit certainement être vrai.

Afficher les commentaires (0)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest