La dernière fois que Philly était en playoffs…

La dernière fois que Philly était en playoffs…

En avril 2012, les Philadelphia Sixers se qualifiaient pour leurs derniers playoffs à ce jour. La planète basket et le monde en général étaient alors bien différents.

BasketSessionPar BasketSession  | Publié  | BasketSession.com / MAGAZINES / Article

Derrick Rose était MVP en titre et la grande star en devenir de la NBA. Il s’est justement blessé contre les Sixers durant cette campagne...

Nicolas Sarkozy disposait encore de l’immunité présidentielle et François Hollande s’apprêtait à gagner les élections.

LeBron James n’avait jamais été champion NBA et son palmarès vierge excitait pas mal ses haters.

Stephen Curry se faisait opérer de la cheville pour la deuxième fois et de plus en plus d’analystes refusaient de croire en lui parce qu’ils le considéraient “trop fragile”.

La star des Warriors, c’était Monta Ellis, avec lequel ils venaient d’enchaîner cinq saisons sans playoffs.

Les Lakers pensaient que la meilleure idée pour faire gagner un dernier titre à Kobe Bryant serait de faire venir un meneur usé jusqu’à l’os et l’intérieur le plus soft depuis l’invention des cookies Oreo.

James Harden, Kevin Durant, Serge Ibaka et Russell Westbrook jouaient tous dans la même équipe.

Joel Embiid lâchait tout juste la balle de volley pour tâter le ballon de basket.

Game of Thrones était encore un peu confidentiel.

On pouvait encore se moquer des Portugais parce qu’ils n’avaient jamais rien gagné au foot.

Donald Trump n’était qu’un bouffon télévisuel que personne ne pouvait décemment prendre au sérieux politiquement.

Mario Chalmers était le meneur titulaire de la meilleure équipe de la ligue.

La Linsanity venait de déferler sur New York et les fans des Knicks pensaient tenir leur nouvelle idole.

 

ChatRoulette était bien plus tendance que Snapchat.

On draguait sur le tchat de Skyrock.com.

Le mot “Allo” avait encore un usage strictement téléphonique.

Gangnam Style allait devenir la première vidéo Youtube à 1 milliard de vues trois mois plus tard.

Nicolas Batum n’avait pas encore éclaté les c******* de Juanca Navarro en lui collant la plus belle reprise de volée qu’on ait vue depuis la retraite d’Olivier Atton.

Tomer Sisley venait tout juste d’inventer le stand up.

Socialement, c’était largement mieux accepté d’être fan des Nets que des Bucks.

On croyait encore que Joakim Noah reviendrait en équipe de France.

Deandre Ayton venait d’être grand-père pour la première fois.

Rosario Dawson était déjà/encore/toujours la nana la plus fraîche du monde.

 

Les gens se foutaient de ta gueule quand tu disais que tu étais fan de comics.

Brooklyn sautait de joie à l’idée de filer 98,8 millions de dollars sur cinq ans à Deron Williams. Franchement, ils auraient mieux fait de signer Stephon Marbury.

34 joueurs allaient être appelés avant Draymond Green le soir de la Draft.

La RATP et la SNCF étaient débordées chaque jour de neige à Paris. Oh wait…

Sam Hinkie découvrait BrainyQuote.com et commençait à coucher sur papier les grandes lignes de son “process”, juste au cas où.

Les stars du PSG s'appelaient Kevin Gameiro, Jeremy Menez et Mevlut Erding.

Aucune chaîne française ne diffusait un match NBA en direct par jour.

Johan Micoud était plus célèbre qu’Eric Micoud.

Jawad avait encore une bonne note sur AirBnB.

Vinny Del Negro s’apprêtait à atteindre un stade des playoffs que Doc Rivers n’arrivera jamais à dépasser avec les Clippers.

Anthony Davis venait de gagner le titre de champion NCAA avec Kentucky. Le premier pour un futur n°1 de Draft depuis Danny Manning en 1988.

Evan Fournier décrochait le titre de MIP de Pro A avec une coupe de cheveux parfaitement normale.

Afficher les commentaires (0)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest