Les Sixers cherchent à mettre la main sur des joueurs « sous-cotés »

Les Philadelphie Sixers espèrent avoir mis la main sur quelques perles rares capables de relancer la franchise sur du long terme.

Antoine PimmelPar Antoine Pimmel | Publié  | BasketSession.com / NEWS
Les Sixers cherchent à mettre la main sur des joueurs « sous-cotés »
[caption id="attachment_113632" align="alignleft" width="350"] Nerlens Noel, le futur visage des Sixers ?[/caption] On peut énoncer plusieurs mots clés lorsque l'on évoque la stratégie des Philadelphie Sixers pour la saison à venir : reconstruction, tanking, reconstruction, tanking, etc. La franchise a préféré démanteler un effectif qu'elle n'estimait pas capable - probablement à juste titre - d'aller loin en playoffs. L'échec Andrew Bynum, qui n'aura finalement joué aucun match en Pennsylvanie, a marqué le début de la reconstruction de l'équipe. Doug Collins, le coach, a préféré jeter l'éponge et le meneur prometteur Jrue Holiday a été expédié aux Pelicans en échange du pivot blessé, Nerlens Noel, sixième choix de la dernière draft. Dans l'échange, les Philadelphie Sixers ont également mis la main sur un autre choix de draft au premier tour, protégé par les Pelicans jusqu'à la cinquième place. Autrement dit, la franchise pourrait bénéficier de deux picks dans les dix premiers en juin prochain. Une aubaine à l'aube d'une draft qui s'annonce incroyable avec des prospects de la qualité d'Andrew Wiggins, Aaron Gordon, Jabari Parker, Julius Randle, Andrew Harrison et bien d'autres encore. Tout indique donc que les Sixers ont tout intérêt à être les plus nuls possible la saison prochaine... afin de bénéficier d'un choix dans le top 5, voire top 3. Certains appellent ça une phase de reconstruction, d'autres du tanking, au choix. Cependant, le président, Sam Hinkie, a ciblé un autre axe stratégique pour l'été. Il veut mettre la main sur des perles rares, des oubliés du marché que seuls les Philadelphie Sixers ont repéré. Dans cette optique, Tim Ohlbrecht, un pivot allemand passé par le D-League, James Anderson, un ancien gros scoreur universitaire et Royce White, que l'on ne présente plus, sont venus intégrer l'effectif. Du lourd.
"Chaque joueur dans lequel nous avons investi, nous l'avons fait car nous estimions que ce joueur était sous-cotés", explique Sam Hinkie au Philadelphia Inquirer.
Effectivement, avec du temps de jeu, James Anderson peut scorer. De là à tenir une perle rare, ça reste encore à démontrer. Royce White a du potentiel. Encore faut-il qu'il foule un jour un parquet professionnel. Bref, on a plutôt l'impression que les dirigeants des Sixers comblent les cases vides en attendant la saison prochaine. Il faut tout de même reconnaître que la franchise a accepté de prendre des risques. Le front office a récupéré Nerlens Noel car ce dernier a longtemps été présenté comme un top pick potentiel. De même Michael Carter-Williams était un peu "boudé" des scouts pour son manque d'adresse aux tirs. Ces deux joueurs ont une vraie marge de progression... mais ne devraient pas peser immédiatement. Les Philadelphie Sixers visent le long terme.
"On se concentre pour qu'au final, tout le monde soit fier de notre équipe. Si nos jeunes joueurs sont forts, nous avancerons plus vite. S'ils ne le sont pas, ça sera un peu plus lent", résume Hinkie.
Les fans des Philadelphie Sixers espèrent tout de même ne pas attendre trop longtemps...Une chose est évidente, la franchise ne sera pas (du tout) compétitive la saison prochaine. Et tant mieux pour elle.
Afficher les commentaires (9)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest