Flops et fails, les 5 années qui ont plombé Phoenix

Flops et fails, les 5 années qui ont plombé Phoenix

Entre 2013 et 2017, les Phoenix Suns ont fait des choix majoritairement catastrophiques au niveau de la Draft. Le bilan est lourd et se ressent aujourd'hui.

Shaï MamouPar Shaï Mamou  | Publié

Les Phoenix Suns vont mieux cette saison. Et si on s'en rend compte, c'est parce que les dernières saisons ont été assez catastrophiques, notamment à cause de choix de Draft erratiques. En apprenant que Marquese Chriss avait été coupé par les Golden State Warriors mardi, on a voulu se repencher sur l'action de l'ex-General Manager Ryan McDonough, limogé en 2018. L'ancien petit génie des Celtics, parvenu à la tête du secteur sportif des Suns en 2013 à 32 ans, a échoué dans les très grandes largeurs et son bilan apparaît aujourd'hui comme assez effroyable.

Mettons de côté la dernière Draft effectuée par McDonough en 2018, même si on pourrait lui jeter la pierre, comme à Vlade Divac des Kings et, dans une moindre mesure, à Travis Schlenk des Hawks, pour avoir choisi un autre basketteur que Luka Doncic (Deandre Ayton). Entre 2013 et 2017, c'est la foire à la saucisse.

Sur les 16 picks dont ont pu profiter les Phoenix Suns, 10 ont été des premiers tours de Draft. Seuls cinq de ces 16 picks ont aujourd'hui actifs dans une rotation en NBA. Seuls 3 de ses 16 sont allés au bout de leur contrat rookie, et seulement deux de ces survivants sont titulaires en NBA aujourd'hui.

2013 : Alex Len (5e pick), Nemanja Nedovic (30e pick), Alex Oriakhi (54e pick)

- Alex Len a quitté les Suns en tant que free agent à l'été 2018 pour rejoindre les Atlanta Hawks. Il ne s'est jamais montré vraiment à la hauteur d'un top 5 de Draft, mais est aujourd'hui un remplaçant assez estimable en Géorgie. Il est toujours facile de dire après coup qu'il y avait de meilleurs choix à faire à ce moment-là, mais si Phoenix voulait vraiment un intérieur, Steven Adams, Kelly Olynyk et surtout... Rudy Gobert ont été pris plus loin.

- Nemanja Nedovic a lui été immédiatement tradé par les Suns aux Warriors. Il n'a jamais percé en NBA et est aujourd'hui un bon joueur d'Euroleague à l'Olimpia Milano.

- Alex Oriakhi n'a jamais dépassé le stade de joueur de Summer League et a entamé une carrière de journeyman en Europe (à Limoges notamment), puis à Porto-Rico, au Venezuela ou au Mexique.

2014 : TJ Warren (14e pick), Tyler Ennis (18e pick), Bogdan Bogdanovic (27e pick), Alec Brown (50e pick)

- TJ Warren était plutôt un bon choix pour les Suns à sa sortie de NC State, notamment de par ses qualités de scoreur. Mais après cinq saisons en dents de scie et tronquées par les blessures, Warren a été tradé aux Pacers contre des cacahuètes l'été dernier. C'est à dire contre des "cash considerations" et de la place dans le cap. Il est désormais titulaire à Indiana et réussit une saison de bonne qualité (18.3 points de moyenne).

- Tyler Ennis, plutôt prometteur avec Syracuse, est une erreur de casting avec le 18e pick. Après seulement 8 matches et quelques aller-retours en D-League lors de sa saison rookie, le Canadien a été envoyé aux Milwaukee Bucks dans un trade à trois avec Philadelphie. Qu'ont récupéré les Suns dans l'opération ? Brandon Knight et Kendall Marshall...

- Sélectionner Bogdan Bogdanovic avec le 27e pick aurait pu être un joli steal. Si les Suns avaient conservé le Serbe, bien entendu. Le soir de la Draft 2016, deux ans plus tard et alors que BogBog jouait encore au Fenerbahçe, Sacramento a convaincu Phoenix de réaliser un trade : Bogdanovic a ainsi filé chez les Kings, contre les droits de Draft sur Marquese Chriss. On reviendra sur Chriss plus tard, mais il aurait mieux valu avoir l'excellent 6e homme des Kings, convoité par les Lakers, que l'intérieur coupé cette semaine par les Warriors, sa quatrième franchise en cinq ans...

- L'intérieur Alec Brown n'a jamais joué en NBA et évolue désormais en Allemagne.

Les Suns ne sont pas les seuls à avoir "fauté" en passant à côté de joueurs devenus très forts. Citons quand même quelques basketteurs pris plus bas que Warren et Ennis, par exemple : Nikola Jokic, Jusuf Nurkic, Clint Capela ou Gary Harris.

2015 : Devin Booker (13e pick), Andrew Harrison (44e pick)

- L'année de l'anomalie. Les Suns ont réussi LE steal de cette Draft 2015, en récupérant Devin Booker avec le 13e pick. Si on devait redrafter aujourd'hui, Booker arriverait sans doute 2e, derrière Karl-Anthony Towns. Kristaps Porzingis et D'Angelo Russell sont All-Stars tous les deux, mais pas forcément sur une dynamique plus encourageante que Booker, franchise player de Phoenix aujourd'hui. Porzingis et Russell sont des lieutenants dans leurs équipes respectives. Cette saison, Devin Booker tourne à 26.2 points à 51% et fêtera peut-être sa première sélection au All-Star Game.

- Andrew, l'un des jumeaux Harrison de Kentucky, a immédiatement été tradé aux Memphis Grizzlies contre Jon Leuer. Contributeur honnête, Leuer a progressivement disparu de la ligue et est aujourd'hui sans contrat.

2016 : Dragan Bender (4e pick), Georgios Papagiannis (13e pick), Skal Labissière (28e pick) et Tyler Ulis (34e pick) + Marquese Chriss via trade (8e pick)

- Dragan Bender est l'un des plus gros flops récents parmi les joueur draftés dans le top 5. Le Croate promettait beaucoup en Israël et il se dit que Danny Ainge a hésité à le sélectionner avec le 3e pick cette année-là. Le GM de Boston a préféré Jaylen Brown et il a très bien fait. Bender a fait trois saisons complètement fantomatiques avec les Suns, qui n'ont pas souhaité le conserver au terme de son contrat rookie. Pire, aucune équipe n'a voulu lui offrir de contrat garanti derrière et ce sont les Bucks qui tentent aujourd'hui de lui remettre le pied à l'étrier... en G-League, avec l'équipe affiliée du Wisconsin Herd. Il n'a pas encore joué le moindre match en NBA avec la bande à Giannis.

- Dans l'idée, abandonner les picks 13 et 18, à savoir Georgios Papagiannis et Skal Labissière, deux flops par la suite, plus Bogdan Bogdanovic dont on ne savait pas encore s'il quitterait l'Europe, pour récupérer le pick 8 des Kings était une stratégie intéressante. Mais fallait-il vraiment l'utiliser pour Marquese Chriss ?

Ce dernier n'a jamais convaincu ses coaches successifs qu'il pouvait être un titulaire solide en NBA. Sa capacité à prendre des fautes à la vitesse de l'éclair et ses errements défensifs ne pouvaient pas être complètement compensés par ses highlights. En août 2018, les Suns l'ont ainsi tradé (en compagnie de ce bon vieux Brandon Knight), contre Ryan Anderson et De'Anthony Melton. Anderson a joué 15 matches avec Phoenix et Melton a montré quelques fulgurances lors de sa saison rookie avant de se retrouver dans la rotation... des Grizzlies cette saison. Chriss, lui, est passé par Houston, Cleveland et donc Golden State, avant de se retrouver libre de tout contrat cette semaine...

- Tyler Ulis avait une bonne cote à sa sortie de Kentucky. Le meneur de poche (1,75m) n'a pas réussi à déjouer durablement les problèmes liés à sa taille comme Isaiah Thomas. Sur ses deux saisons à Phoenix, il a montré quelques fulgurances, mais c'est aujourd'hui en G-League, chez les Stockton Kings, qu'il tente de rester dans le giron des franchises NBA.

Dans cette classe de Draft, les Suns sont passés à côté de Jamal Murray, Domantas Sabonis ou encore... Pascal Siakam.

2017 : Josh Jackson (4e pick), Davon Reed (32e pick), Alec Peters (54e pick)

- Robert Sarver, le proprio un peu excentrique des Suns, voulait De'Aaron Fox. Ryan McDonough a opté pour le plus polyvalent (d'apparence) Josh Jackson de Kansas. C'est l'une des raisons, dit-on, qui a décidé Sarver à mettre fin à l'expérience avec son GM. Il y avait pourtant eu des avertissements de sa part, notamment le fantastique épisode des chèvres dans son bureau pour l'inciter à dénicher un "G.O.A.T" pour les Suns.  Josh Jackson avait le talent, mais pas la tête. Sur le parquet, on a vu quelques promesses, mais jamais de constance. Hors du terrain, on n'était pas loin du cas social entre des problèmes de fumette, d'arrestation et de délit de fuite lors d'un festival de musique et, plus grave, de maltraitance envers sa fille. Phoenix a arrêté les frais en juillet dernier, envoyant Josh Jackson, un 2e tour 2020 et DeAnthony Melton à Memphis contre Kyle Korver et Jevon Carter. Korver n'a pas joué une seconde avec les Suns et porte aujourd'hui le maillot des Bucks. Jevon Carter joue lui 13 minutes par match cette saison en Arizona sans marquer les esprits.

- Davon Reed a été coupé par les Suns en octobre dernier et joue aujourd'hui en G-League avec Sioux Falls.

- Alec Peters n'a pas fait long feu à Phoenix et il a bien fait. Il a remporté l'Euroleague l'année dernière avec le CSKA Moscou et joue désormais à l'Anadolu Efes.

---

Aujourd'hui, avec Monty Williams à leur tête et l'ancien joueur James Jones comme GM, les Suns tentent de redresser la tête. Phoenix pointe pour le moment au 13e de la Conférence Ouest, mais à seulement deux victoires de la 8e place.

Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest