Kemp, Bodiroga et Horry : la 1ère cuvée du Reverse Hall of Fame

BasketSessionPar BasketSession Publié

A quelques jours de l'introduction des Steve Nash and co au Hall of Fame, nous relançons nos Reverse Hall of Fame et Hall of Shame. Nos premiers nommés sont Shawn Kemp, Robert Horry et Dejan Bodiroga.

Dans les premiers numéros de REVERSE, nous introduisions chaque mois trois membres de notre Hall of Fame et trois membres de notre Hall of Shame. Il ne s’agissait absolument pas de remettre en cause le Hall of Fame de Springfield qui est une noble institution et est une preuve supplémentaire de la capacité des Américains à célébrer les légendes de leur sport. Mais en n’y laissant entrer des joueurs que sur leurs accomplissements en carrière (en plaçant le curseur relativement bas, mais c’est un autre débat), il passe à côté de certains joueurs qui ont marqué une partie des amateurs de basket.

C’est pourquoi nous avions lancé le nôtre, qui regroupait des authentiques stars, mais aussi des joueurs que vous ne verrez jamais à Springfield, mais qui nous ont impactés. Et on en avait profité pour lister aussi ceux qui, mauvais dans le jeu ou dans l’esprit, méritaient eux aussi d’être reconnus pour l’ensemble de leur oeuvre. Le tout de manière totalement subjective, bien sûr.

A quelques jours de l’intronisation des Steve Nash, Grant Hill et Ray Allen, on a décidé de relancer les Reverse Hall of Fame et Hall of Shame, que nous mettrons régulièrement à jour. Notre première cuvée est composée (de manière totalement arbitraire) de Shawn Kemp, Robert Horry et Dejan Bodiroga.

Reverse Hall of Fame - Shawn Kemp (celui de Seattle)

Certes, sa fin de carrière catastrophique a terni l’image du plus fantastique athlète de sa génération. Mais au fil des années, Shawn Kemp était passé aux Seattle Supersonics (RIP) du statut de dunkeur exclusif à celui de power forward totalement injouable.

Stats à Seattle : 16,2 pts, 9,6 rbds, 1,2 steals et 1,5 blocks

Faits d’armes :

- Quelque part, Shawn Kemp a (ré)ouvert la voie aux KG, Kobe, et LBJ. Après Moses Malone, il avait fallu attendre 15 piges pour voir un joueur performer en NBA sans être passé par la case NCAA.

- A part le Shaq jeune, jamais une telle combinaison course-explosivité-force n’a foulé un parquet.

- Michael Jordan a toujours été le meilleur joueur des Finales NBA auxquelles il a participé. Toujours. Mais personne n’a été aussi proche que Shawn Kemp en Finales 96 de pouvoir lui contester une fois ce statut.

- D’ailleurs, lors de ces playoffs 96, il a quand même dominé un Hakeem Olajuwon encore au top, il a pris le dessus sur un Karl Malone monstrueux et a été excellent face à Dennis Rodman.

- Deux des plus grands posters de l’histoire, calés dans le même 2ème quart-temps du Game 4 du 1er tour des playoffs, face aux Warriors. Et peut-être le handshake le plus chargé de respect vu sur un parquet :

- A propos de respect après un poster :

- Et pour ceux qui ont un peu de temps et qui n’ont pas peur d’avoir quelques frissons en revoyant ces images :

Lire la suite