111 CLE
133 ATL
100 DEN
98 GSW
120 OKC
131 SAC
115 LAC
112 HOU

Rex Chapman, drogue, cleptomanie et rédemption

Shaï MamouPar Shaï Mamou Publié

Rex Chapman fête ses 51 ans aujourd'hui. L'occasion de vous re-proposer ce petit portrait de 2015. 

Dans la NBA des années 90, certains joueurs tentaient de tirer leur épingle du jeu au milieu des mastodontes qu'étaient Michael Jordan, Hakeem Olajuwon, Pat Ewing et consorts. Rex Chapman faisait partie de ceux-là. Blanc-bec du Kentucky devenu star universitaire chez les Wildcats grâce à des qualités offensives époustouflantes, son tir extérieur notamment, Chapman est sélectionné en 8e position de la Draft 1989 par les Charlotte Hornets. S'en suivront des saisons avec Washington, Miami et Phoenix toutes tronquées par des blessures diverses et variées qui ne lui laisseront que rarement exprimer son potentiel.

En 1994, alors qu'il est sélectionné pour son premier All-Star Game après des premiers mois probants chez les Bullets, il se blesse au poignet le jour de l'annonce de la liste et est obligé de déclarer forfait. On se souvient aussi de lui pour son passage à Phoenix, avec un 1er tour de playoffs spectaculaire en 1997 contre les Sonics qui a marqué les esprits et une association détonante avec le jeune Jason Kidd.

Retraité depuis 2000, Chapman a fait les gros titres pour des nouvelles nettement plus embarrassantes voire humiliantes sur le plan personnel. En 2014, il était ainsi arrêté par la police de Scottsdale en Arizona pour avoir dérobé à neuf reprises du matériel informatique dans l'Apple Store de la ville. Des images filmées par les caméras de surveillance de l'établissement qui ont tourné en boucle sur les chaînes de sport locales... On se disait alors qu'il ne s'agissait que d'une triste histoire de vol à l'étalage de la part d'un ex-joueur qui avait dilapidé les 31 millions de dollars amassés durant sa carrière.

Il s'avère, après le portrait publié par Sports Illustrated, qu'il y avait autre chose derrière cette apparente cleptomanie. Et pour cause, celui qui avait quitté prématurément la fac de Kentucky à cause des remarques racistes sur sa petite amie afro-américaine de l'époque, ne se souvient absolument pas d'avoir commis ces délits. Du moins, c'est ce qu'il prétend.

L'enfer des opioïdes

Rex Chapman va bien mieux aujourd'hui.

Après étude de son cas, les experts découvrent que Chapman est complètement accro à plusieurs médicaments anti-douleurs puissants (Vicodine, OxyContine et Suboxone) lesquels lui ont causé des épisodes psychotiques ces 15 dernières années pouvant expliquer ce comportement. C'est durant sa carrière que ce mal a commencé à ronger l'ancien shooting guard, lorsque des médecins lui ont successivement prescrit ces traitements pour soigner, entre autres, de sévères douleurs à l'abdomen.

Les séjours fréquents de Chapman en cure de désintoxication depuis 2001 n'y ont rien fait et ce n'est que très récemment, après avoir digéré son divorce et accepté de traiter son autre addiction (celle au jeu), qu'il a remonté la pente et débuté un retour vers la normalité en commentant les rencontres de NCAA pour Turner Sports. Il affirme aujourd'hui être bien entouré et pense être venu à bout de ses difficultés. Il anime même un programme universitaire pour aider les joueurs à éviter l'enfer des opioïdes.

Lire l'article complet sur Sports Illustrated