Rudy Gay : « Ça va faire bizarre de voir OJ Mayo jouer pour une autre équipe »

OJ Mayo fera son grand retour à Memphis ce soir. Ses anciens partenaires s'attendent à retrouver un joueur métamorphosé, qui a su s'imposer à Dallas.

Yann LachendrowieczPar Yann Lachendrowiecz  | Publié  | BasketSession.com / NEWS
Rudy Gay : « Ça va faire bizarre de voir OJ Mayo jouer pour une autre équipe »
Ce soir OJ Mayo jouera pour la première fois au FedEx Forum sous d'autres couleurs que celles des Grizzlies. Parti tenter sa chance à Dallas après quatre saisons à Memphis, il s'épanouit pleinement dans le Texas où il réalise sans aucun doute la saison la plus accomplie de sa jeune carrière. S'il n'est jamais parvenu à se rendre indispensable dans le Tennessee, OJ Mayo a laissé un excellent souvenir à ses ex-coéquipiers, à commencer par Rudy Gay qui a encore du mal à réaliser que son ancien acolyte sera ce soir son adversaire.
« J’étais en train de dire à Mike (Conley) que c’est un peu bizarre ici sans OJ », a indiqué Gay au Commercial Appeal.   « Ça va faire bizarre de le voir jouer pour une autre équipe. »
Depuis le début de saison, Mayo brille avec les Mavs. Meilleur marqueur de la franchise texane, il porte comme il peut une équipe en pleine reconstruction dont il est aujourd'hui l'un des leaders en l'absence de Dirk Nowitzki. Pourtant, peu nombreux sont ceux qui auraient misé sur un joueur limité à un rôle de 6th man à Memphis. Tony allen n'est lui pas surpris de la réussite que connait actuellement l'arrière de 25 ans qui, avec une moyenne de plus de 20 points par match, est en train de démontrer que le costume de titulaire sur lequel il lorgnait, n'était pas trop grand pour lui.
« Les hommes mentent, les femmes mentent mais les chiffres ne mentent pas », affirme Allen en citant le rappeur Jay-Z.   « Il a porté l’équipe pendant longtemps. Il a fait beaucoup de bruit… Il a prouvé ici qu’il était capable de sortir du banc. Mais aujourd’hui, il est plus constant en tant que starter. Il a tiré avantage de la nouvelle opportunité qui lui a été donnée. »
Lionel Hollins salue quant à lui le pari tenté par les Mavs qui, après avoir échoué dans leur tentative de signer Deron Williams, étaient plutôt à la recherche d'un meneur pur que d'un scoreur. Et alors que Mayo était attendu comme le successeur de Jason Terry en sortie de banc, l'absence de Nowitzki a contraint Rick Carlisle à revoir ses plans et à en faire un titulaire désormais indiscutable. Le coach des Grzillies considère que c'est cette confiance qui lui est accordée qui a boosté un Mayo aujourd'hui métamorphosé.
 « On lui a donné le feu vert. Sa confiance est revenue », constate Hollins qui n'a certainement pas oublié que les Grizzlies avaient tenté de trader leur arrière à plusieurs reprises lors des dernières saisons.   « Il joue un rôle dans lequel il se sent à l’aise. En devenant free agent, il a certainement travaillé encore plus dur que lors des étés précédents. »
Cette confiance, Mayo est allé la chercher, redoublant d'effort pendant l'intersaison pour prouver sa détermination à vouloir relever un nouveau défi, lui qui a souvent été pointé du doigt pour son manque de discipline depuis le début de sa carrière.
 « Il a passé l’été au gymnase », se souvient Zach Randolph, lui aussi impressionné par la nouvelle dimension qu'a pris son ancien partenaire depuis son arrivée à Dallas.   « Il joue un super basket. Parfois, le changement s’impose. C’est la NBA. Vous pouvez compter sur les doigts d’une main les joueurs qui ont été bons dans la même équipe pendant toute une carrière. En ce qui me concerne, le changement m’a fait du bien. »
Ce soir, OJ Mayo aura certainement à coeur de briller devant son ancien public et de donner quelques regrets à son ancien entraîneur avec qui il a parfois entretenu des relations pour le moins tendues.
« Les gens pensent que je n’aime pas OJ mais j’estime qu’il a fait de l’excellent travail pour nous », tient de son côté à préciser Hollins.   « OJ était bon avec nous. Maintenant il est bon avec eux. »
Depuis le départ d'OJ Mayo, les Grizllies n'ont rien perdu de leur compétitivité. Quant aux Mavs, ils peuvent dire merci à leur nouvelle recrue qui maintient la franchise à flot depuis le début de la saison.
Afficher les commentaires (2)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest