87 CLE
93 ORL
108 DET
101 IND
104 CHA
111 BKN
108 BOS
95 DEN
112 MIA
103 WAS
98 CHI
100 GSW
139 OKC
127 MIN
105 SAS
104 SAC
119 MIL
91 LAC
113 POR
136 LAL

Russell Westbrook, seul le maillot a changé

Antoine PimmelPar Antoine PimmelPublié

Transféré l’été dernier aux Houston Rockets, Russell Westbrook retrouvait pour la première fois l’Oklahoma City Thunder hier soir.

« Mais qu’est-ce que tu fais là ? » Lançait Dennis Schroder, surpris de voir un joueur des Houston Rockets dans le vestiaire visiteur du Toyota Center, en direction de Russell Westbrook. Son ancien coéquipier a souri avant de lui répondre : « ce que j’ai toujours fait, prendre des nouvelles de mes gars. » Il y a encore quelques mois, il portait effectivement la même tunique que le joueur allemand. Celle de l’Oklahoma City Thunder, la franchise avec laquelle il a commencé sa carrière en 2008. Une organisation où il a grandi, devenant peu à peu la superstar et le MVP qu’il est aujourd’hui. Une icône, jusqu’à son transfert dans le Texas l’été dernier.

Le maillot a changé, mais pas les habitudes. Russ a toujours été proche de ses camarades – il est considéré comme un incroyable coéquipier par ceux qui l’ont fréquenté. Il ne voulait donc pas rater l’occasion de passer un peu de temps avec ses ex-partenaires pour leurs premières retrouvailles depuis son départ. Un match gagné par les Rockets (116-112) notamment sous l’impulsion d’un Westbrook déchaîné.

« C’est comme ça : quand je joue, je n’ai pas d’amis. Ils savent que ça ne sert à rien de me parler sur le terrain. Steven [Adams] est un ami très proche mais pas entre les lignes du terrain. Spalding [la balle], c’est lui mon pote », expliquait le meneur de Houston.

Russell Westbrook fait du Russell Westbrook

Ça aussi, c’est toujours la même chose. Russell Westbrook a pris l’habitude de se donner à fond quelle que soit l’équipe en face de lui. Il n’y avait donc pas forcément une émotion particulière – ce sera différent à Oklahoma City où il sera ovationné par le public – en jouant le Thunder puisqu’il est toujours à 100% ! Il a encore sa gouache, sa hargne, son instinct de tueur et sa détermination à aller chercher la victoire. Exemple dans les dernières minutes de la partie. Il a claqué un dunk et planté un tir à mi-distance sur deux possessions de suite pour donner 6 points d’avance aux Rockets à trois minutes du buzzer. Quelques instants après, il a pris un rebond offensif après une nouvelle tentative à trois-points manquée par James Harden avant d’attaquer le cercle pour servir P.J. Tucker dans le corner, derrière l’arc. Le tir de l’ailier a fait mouche et Houston a tué le match à moins d’une minute de la fin.

« C’est une action décisive ça. C’est ce qu’il nous faut. Russ est une superstar mais il prend des rebonds, il s’arrache, il fait tout pour essayer de gagner. Ça fait du bien de l’avoir avec soi », notait Harden.

Parce qu’il a toujours été comme ça, avec ses qualités et ses défauts. Ses statistiques, elles aussi, ne bougent pas. Malgré son association avec un autre MVP. Le roi du triple-double en NBA est toujours très prolifique. 21 points, 12 rebonds et 9 passes hier soir. 24 points, presque 13 rebonds et presque 10 passes de moyenne après trois rencontres. Il n’a pas baissé le pied. Où qu’il soit, Russell Westbrook fera du Russell Westbrook. Pour le meilleur et pour le pire.