Les Sixers ont tenté de débaucher Daryl Morey des Rockets

Théophile HaumesserPar Théophile Haumesser Publié

Alors qu’on pensait que les Sixers voulaient récupérer un gros free-agent cet été, c’est en réalité Daryl Morey qu’ils avaient dans le viseur.

Pour créer un contender, il faut du talent et de la chance, mais surtout, il faut une équipe dirigeante au-dessus du lot. C’est la raison pour laquelle les San Antonio Spurs ont pu dominer aussi longtemps et c’est également celle pour laquelle les Philadelphia Sixers ont tenté de débaucher Daryl Morey, le GM des Houston Rockets.

Depuis son arrivée dans le Texas il y a douze ans, Daryl Morey est parvenu à remodeler sans cesse son effectif, tout en parvenant à (presque) toujours avoir une équipe compétitive sur le terrain. On sait également qu’il a été l’un des premiers à basculer du côté « analytics » et à en faire un véritable outil de recrutement et de construction pour son équipe.

Après la honte de « l’affaire Bryan Colangelo », les Sixers avaient besoin de trouver quelqu’un de compétent et de sûr pour compléter leur « process », c’est donc tout naturellement vers Daryl Morey qu’ils se sont tournés. Le problème, c’est qu’il est trop bien à Houston pour se laisser tenter.

Après tout, il sort tout juste d’être élu Meilleur Décisionnaire de la ligue après le parcours fantastique des Rockets (65-17) et il a des raisons de croire que son équipe n’est passée qu’à une blessure de Chris Paul près de remporter le titre. Malgré tout le potentiel de Philly, c’était dur de rivaliser avec ça.

Ce qui est drôle en revanche, c’est que Daryl Morey est l’ancien patron et mentor de Sam Hinkie, l’ancien GM de Philadelphia qui avait lancé la franchise sur la route du tanking et enclenché le processus de réinitialisation du club. On imagine la tête du proprio des Sixers si la première décision de Daryl Morey avait été d'embaucher Sam Hinkie pour l'épauler...