107 CHA
122 ATL
110 MIA
105 CHI
110 PHI
104 TOR
119 WAS
135 LAC
106 DAL
110 SAC
96 POR
108 OKC
142 LAL
125 MIN

Thon Difference Maker

Antoine PimmelPar Antoine PimmelPublié

De Jabari Parker à Thon Maker en passant par Malcolm Brogdon, les trois joueurs de devoir des Milwaukee Bucks ont fait la différence lors des deux matches remportés contre les Boston Celtics.

Les Milwaukee Bucks se sont inclinés par deux fois contre les Boston Celtics avant de gagner les deux matches suivants. Pour expliquer ce retournement de situation, il faut jeter un regard en profondeur. Aller au-delà des performances All-Star-esques de Khris Middleton ou de la claquette décisive de Giannis Antetokounmpo. Le succès de la franchise du Wisconsin a des racines plus... inattendues. Avec par exemple l’impact d’un jeune homme de 21 ans originaire du Sud-Soudan. Thon Maker n’a joué qu’une seule minute lors des deux premiers matches de la série. Deux revers. Il a gratté sa place dans la rotation par la suite. Et ça a tout changé pour les daims.

14 points, 3 paniers extérieurs, 5 rebonds, 5 blocks et +23 en 24 minutes dans le Game 3. Puis 8 pions avec deux nouveaux tirs primés et 5 blocks (encore !) en 31 minutes cette nuit. Avec deux succès à la clé pour Milwaukee. Maker a un profil atypique qui fait de lui un joueur très intéressant quand il est appliqué. Sa taille et ses longs bras en font un pur protecteur du cercle qui met à mal les pénétrations des Celtics. Il a tendance à se laisser déborder (volontairement ?) pour débouler en deuxième rideau et expédier la gonfle sur la planche ou dans les tribunes. C’est spectaculaire. Ça revigore les troupes. Et découragent les adversaires.

Le jeune sophomore n’est pas un excellent défenseur. Il a aussi un trop plein d’enthousiasme qui le pousse parfois à se laisser emporter. Mais son énergie est communicative. Contagieuse. Bénéfique. Les Bucks ont besoin d’être secoués. Motivés. C’est exactement ce qu’il apporte. Thon Maker crie après chaque block. Il court. Il se donne sans compter. Et mine de rien, ses contres – donc une forme de défense – jouent ont une influence évidente sur le résultat. Milwaukee gagne d’abord ses matches de ce côté du terrain.

Thon Maker et Jabari Parker, duo qui flambe en sortie de banc

Jabari Parker

Dans un autre registre, Jabari Parker a lui aussi eu un rôle intéressant depuis deux matches. Comme son coéquipier, il n’avait que très peu joué lors du Game 1 et du Game 2. 15 puis 10 minutes. Joe Prunty  s’est donc enfin décidé à lui laisser plus de temps de jeu à partir du Game 3 : 30 minutes pour 17, 7/12, 5 rebonds et +17. Le deuxième choix de la draft 2014 a continué sur sa lancée ce weekend. Il a marqué 16 points et pris 7 rebonds en 25 minutes. L’ailier sort du banc et il permet à Milwaukee de garder une option offensive capable de faire la différence en un-contre-un. Il drive et crée des décalages. Il est même adroit de loin (3 tirs primés sur les deux derniers matches, lui qui n’a quasiment pas tenté sa chance cette saison).

Thon Maker et Jabari Parker ont tous les deux pesé à des moments clés de la partie hier soir. Le premier a mis un block bien violent à cinq minutes de la fin du match quand les Bucks menaient de cinq points. Le second a planté un panier important pour éviter que son équipe prenne l’eau dans le troisième. On peut aussi mentionner Malcolm Brogdon, auteur d’un tir à trois-points clutch pour égaliser à quelques secondes du buzzer. Ces gars-là ne sont pas forcément cités dans les gros titres mais ils ont clairement fait la différence depuis deux matches.