115 NOP
104 POR
95 MEM
114 GSW
120 SAC
116 PHO
112 LAL
107 OKC

Top 100 : Les meilleurs joueurs NBA (50-41)

Antoine PimmelPar Antoine PimmelPublié

BasketSession a classé les 100 meilleurs joueurs NBA pour la saison 2020 ! Première tranche aujourd'hui, de la 50ème à la 41ème place.

Retrouvez les autres parties de notre top 100 !

50. Lauri Markkanen

Chicago Bulls

Stats 2018-2019 : 18,7 points, 9 rebonds, 1,4 passe

Le « Dirk Nowitzki 2.0 » a déjà montré lors de ses deux premières saisons NBA qu’il fallait vraiment le prendre au sérieux. Lauri Markkanen a fait des débuts fracassants chez les professionnels. Mais il est encore loin d’avoir développer l’intégralité de son potentiel intrigant. Il est déjà un intérieur moderne, capable de s’écarter du cercle mais tout en étant solide aux rebonds et sous le cercle. Le Finlandais n’est pas un joueur « soft », cliché parfois attribué aux grands européens adroits à trois-points. C’est une force capable de mener une franchise à l’avenir.

Pourquoi il est devant Zach LaVine ? Il fallait choisir un « franchise player » aux Chicago Bulls et nous préférons Lauri Markkanen à Zach LaVine. Les statistiques sont peut-être moins sensationnelles, et encore, mais l’impact est plus important.

49. Brandon Ingram

New Orleans Pelicans

Stats 2018-2019 : 18,3 points, 5,1 rebonds, 3 passes

L’un des candidats sérieux au trophée de joueur ayant le plus progressé à l’issue de la saison en cours. Deuxième choix de la draft 2016, alors qu’il n’avait encore que 18 ans, Brandon Ingram a pleinement pris conscience de ses pouvoirs et de ses capacités. Le changement de situation, avec ce transfert des Los Angeles Lakers aux New Orleans Pelicans, lui permet d’exprimer ses qualités. Il a plus de ballons et plus de responsabilités. Il est aussi plus agressif. C’est dans la lignée de sa progression depuis plus de deux ans maintenant. Petit à petit, Ingram a compris comment prendre le dessus sur ses adversaires. Et il a même ajouté le tir à trois-points à son arsenal d’après ce qu’il a montré depuis la reprise.

Pourquoi il est devant Lauri Markkanen ? Brandon Ingram nous paraît plus mûr à ce stade de sa carrière. Il est légèrement en avance.

48. Malcolm Brogdon

Indiana Pacers

Stats 2018-2019 : 15,6 points, 4,5 rebonds, 3,2 passes

Les Milwaukee Bucks ont vraiment fait le mauvais calcul en laissant filer Malcolm Brogdon. La franchise du Wisconsin ne pouvait pas le conserver à plus de 80 millions de dollars sans se mettre dans le rouge financièrement. Mais à voir les performances du nouveau meneur des Indiana Pacers, on se dit qu’il aurait mieux fallu essayer de conserver Brogdon en se séparant d’Eric Bledsoe par exemple. Le ROY 2016 est sobre mais propre et efficace. Il est adroit d’un peu partout, notamment de loin. Et il affiche des qualités de playmaker très intéressantes depuis son arrivée à Indiana avec plus de 10 passes par match.

Pourquoi il est devant Brandon Ingram ? Ils sont arrivés dans la ligue en même temps mais Malcolm Brogdon a une longueur d’avance en raison de son expérience en playoffs notamment.

47. Lou Williams

Los Angeles Clippers

Stats 2018-2019 : 20 points, 3 rebonds, 5,4 passes

Le meilleur remplaçant en NBA. Trois fois élu meilleur sixième homme, Lou Williams est presque un All-Star tout en sortant du banc. Alors, certes, il est souvent opposé aux réservistes adverses. Mais le scoreur des Los Angeles Clippers est aussi sur le terrain dans le money time ! Et c’est une machine dans ces fins de parties serrées. L’arrière est frêle mais il n’y a aucun défenseur capable de l’arrêter quand il est en rythme. Surtout maintenant qu’il est en plein dans son « Prime. »

Pourquoi il est devant Malcolm Brogdon ? Et bien ça a été assez difficile de déterminer un meilleur joueur entre les deux mais le côté assassin de Lou Williams a finalement pesé en sa faveur.

46. Nikola Vucevic

Orlando Magic

Stats 2018-2019 : 20,8 points, 12 rebonds, 3,8 passes

Après avoir été une machine à double-doubles pendant des années, Nikola Vucevic a passé un cap la saison dernière. Une évolution récompensée avec une sélection All-Star, sa première depuis son arrivée en NBA. Le Monténégrin a suivi l’évolution de la ligue en se mettant à tirer de plus en plus loin. Une modernisation qui lui permet de rester un joueur solide à son poste.

Pourquoi il est devant Lauri Markkanen ? Il a plus de volume. Du moins tant que le Finlandais ne gagnera pas en constance. Nikola Vucevic est plus régulier. Plus fiable.

45. D’Angelo Russell

Golden State Warriors

Stats 2018-2019 : 21,1 points, 3,9 rebonds, 7 passes

Comme Nikola Vucevic, D’Angelo Russell est devenu un All-Star l’an dernier. Mais c’est aussi Spencer Dinwiddie qui assurait le succès des Brooklyn Nets. Nous n’avons pas envie de trop surestimer le jeune meneur, classé plus haut notamment par ESPN. C’est un meneur fluide, à l’aise balle en main, adroit de loin et doté d’une très bonne vision du jeu. Il est plutôt grand pour son poste et il est capable de jouer arrière.

Pourquoi il est devant Lou Williams ? Il a les atouts pour être moins transparent que Williams en défense, même si Russell ne s’en sert pas toujours. Pas facile à justifier, ce choix.

44. Marc Gasol

Toronto Raptors

Stats 2018 -2019 : 13,6 points, 7,9 rebonds, 4,4 passes

En NBA, Marc Gasol n’est plus forcément le joueur majeur qu’il était il y a encore quelques années. Il n’est plus un « franchise player » par exemple. Mais ça ne l’a pas empêché de jouer un rôle important lors de la campagne victorieuse des Toronto Raptors par exemple. Un titre que l’Espagnol a fêté longuement. Après avoir décuvé, le pivot a porté sa sélection nationale vers le titre mondial en Chine. Mine de rien, ça pèse encore une fois dans notre raisonnement même si c’est du basket FIBA. C’est la preuve que, lorsque l’on a besoin de lui, le vétéran sait répondre présent. Autant en attaque qu’en défense. Il prend de l’âge, certes, mais il est toujours précieux.

Pourquoi il est devant Nikola Vucevic ? Parce qu’il l’a complètement éteint lors du premier tour des playoffs la saison dernière.

43. Kevin Love

Cleveland Cavaliers

Stats 2018-2019 : 17 points, 10,9 rebonds, 2,2 passes

En voilà un dont le retour en forme pourrait éventuellement bouleverser la hiérarchie en NBA. Si jamais les Cleveland Cavaliers venaient à placer Kevin Love sur la liste des transferts, ce serait une nouvelle star de disponible sur le marché. Parce qu’avec ses performances actuelles – 19 points et 14 rebonds à 49% et 39% de loin – l’intérieur peut à nouveau prétendre à ce statut. Il s’est bien remis de sa blessure qui l’a tenu éloigné des parquets pendant un long moment l’an dernier. C’est donc un Love frais, vorace aux rebonds et adroit qui porte actuellement les Cleveland Cavaliers.

Pourquoi il est devant Marc Gasol ? Il est certainement moins fort en défense mais Kevin Love a plus de jus. Plus d’adresse. Et peut-être même plus de technique, même si là ça se discute. C’est lui aussi un très bon playmaker en plus d’avoir une panoplie complète en attaque.

42. De’Aaron Fox

Sacramento Kings

Stats 2018-2019 : 17,3 points, 3,8 rebonds, 7,3 passes

Un autre de nos chouchous. De’Aaron Fox était mieux classé initialement mais nous l’avons descendu un peu par la suite. Le meneur des Sacramento Kings reste l’un des joueurs les plus prometteurs de la NBA à son poste. C’est certainement l’un des plus rapides. Mais il a justement appris à maîtriser cette vitesse. Paradoxalement, c’est le jeu qui s’est ralenti pour lui. Il est maintenant en mesure de vraiment prendre le dessus sur ses adversaires et de régaler ses coéquipiers en leur créant des tirs ouverts.

Pourquoi il est devant D’Angelo Russell ? Plus de fougue, plus de gouache ! Plus de vitesse et un QI basket plus intéressant selon nous.

41. Trae Young

Atlanta Hawks

Stats 2018-2019 : 19,1 points, 3,7 rebonds, 8,1 passes

All-Star ? MIP ? Les playoffs pour les Atlanta Hawks ? Trae Young peut avoir de nombreuses ambitions pour la saison en cours. Déjà auteur d’une fin de saison rookie excellente, le meneur a repris sur des bases encore plus élevées. Sa vision du jeu est incroyable. Digne de Steve Nash. Sa portée est sans limite : il peut dégainer du logo, comme Stephen Curry ou Damian Lillard. Combinez ces deux qualités et vous obtenez une jeune star en pleine ascension. Ses attributs physiologiques lui poseront peut-être quelques limites dans le futur. Mais pour l’instant, Young joue avec et il apprend à une vitesse folle.

Pourquoi il est devant De’Aaron Fox ? L’adresse extérieure pèse beaucoup dans le cas présent. Mais même en matière de leadership, et ce même si Fox est bon dans ce domaine, Young semble un léger ton au-dessus. Les Hawks ont trouvé un vrai patron pour leur franchise.