Chandler Parsons savait qu’il allait arnaquer les Grizzlies

Lorsqu'il a signé un contrat de 94 millions de dollars sur quatre ans aux Memphis Grizzlies, Chandler Parsons était conscient du braquage.

Benjamin MoubechePar Benjamin Moubeche  | Publié  | BasketSession.com / NEWS / WHAT THE FLOP / décalage
Chandler Parsons savait qu’il allait arnaquer les Grizzlies

Si l’on se souvient de Chandler Parsons, ce n’est pas pour les bonnes raisons. Après un début de carrière prometteur, l’ailier a finalement passé plus de temps à l’infirmerie que sur les terrains. Cela ne l’a pas empêché de signer quelques contrats très lucratifs dont il n’a jamais vraiment été à la hauteur.

Celui que l’on retient, c’est essentiellement ce braquage de 94 millions de dollars sur quatre ans aux Grizzlies. Cette transaction, déjà critiquée à l’époque, s’est avérée particulièrement dommageable pour la franchise. Parsons n’a finalement joué que 95 matches pour Memphis, plombant ainsi leur budget et l’ère Marc Gasol/Mike Conley.

De manière générale, on peut difficilement blâmer un athlète miné par les blessures. D’autant plus que l’ancien joueur du Cholet Basket a dû mettre un terme à sa carrière à 33 ans, après un grave accident de la route. Mais, au moment de sa signature aux Grizzlies, Chandler Parsons savait exactement ce qu’il faisait.

15 des pires contrats de l'histoire de la NBA

Dans le podcast "All the Smoke" de Matt Barnes et Stephen Jackson, il a révélé que lui et son agent Dan Fegan étaient parfaitement conscients de sa situation. Le braquage était prémédité.

"J’étais à fond sur Portland. Je me disais : "on peut annuler l’offre de Memphis, je vais aller à Portland et jouer avec Damian Lillard et CJ McCollum, c’est génial". […] Nous étions à la maison de Dan Fegan (son agent, ndlr) pour la réunion avec Memphis et je vois Fegan devenir rouge et un peu bizarre. Cinq minutes plus tard, il dit : "hey, faisons une pause. On se retrouve dans cinq minutes".

Je vais dans sa chambre avec lui et il me dit : "tu vas à Memphis". Je lui demande ce qu’il veut dire, et il me répond : "Portland va te faire passer un examen médical et à cause des antécédents de Greg Oden et de Brandon Roy, il se peut que tu ne le réussisses pas. Crois-moi, si tu le fais et qu’ils te red flag, tu vas prendre un contrat minimum et tu peux dire au revoir aux 95 millions." J’étais sur Zillow à regarder des maisons à Portland !

J’y suis retourné et là, une performance digne d’un Oscar. J’y suis retourné, en mode : "Écoutez les gars, je n’ai jamais été aussi sûr de quelque chose dans ma vie. Grit and grind jusqu’au jour de ma mort (rires). J’en suis !". C’était fou", raconte-t-il.

Chandler Parsons n’est bien sûr pas le seul fautif dans cette histoire. Son agent, décédé depuis, a également joué un rôle déterminant dans l’affaire. Les Grizzlies auraient aussi dû prendre plus de précautions, à la manière des Blazers. Mais le résultat est bien là : l’ailier est reparti avec tout le contenu du coffre est le sourire aux lèvres. Un beau move pour un braqueur, moins pour un athlète.

La statistique folle qui montre à quel point Chandler Parsons est l'arnaque du siècle

Afficher les commentaires (0)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest