Deandre Ayton, silence ça pousse !

Deandre Ayton, silence ça pousse !

Auteur de bonnes performances sur ces Playoffs, l'intérieur des Phoenix Suns Deandre Ayton confirme, match après match, ses progrès.

Cédric EmésPar Cédric Emés | Publié  | BasketSession.com / MAGAZINES / Focus

Deandre Ayton n'a pas eu des débuts faciles en NBA. Débarqué dans une équipe des Phoenix Suns en reconstruction, le #1 pick de la Draft NBA 2018 n'a pas été dans les meilleures conditions. Et malgré ses statistiques totalement correctes, l'intérieur avait du mal à avoir un grand impact.

Surtout, le natif de Nassau aux Bahamas a parfois souffert de la comparaison avec Luka Doncic et Trae Young. Pour un jeune homme de 22 ans, il n'est pas toujours facile de soutenir la comparaison avec deux superstars de sa cuvée. Mais petit à petit, il a appris à faire avec.

"En fin de compte, nous sommes tous des joueurs différents. Je suis un intérieur et ce sont deux meneurs d'hommes. Je ne sais pas ce que vous pouvez comparer. Mais moi, je joue aussi dur que je peux.

C'est mon équipe. Je domine du mieux que je peux pour cette équipe et j'essaie de l'emmener aussi loin que possible. À part ça, j'ai confiance en mon travail, en mon éthique de travail", a lancé Deandre Ayton.

Et actuellement, le travail paye ! Solide depuis le début des Playoffs, Ayton attire toute la lumière ce mercredi avec le game-winner face aux Los Angeles Clippers (104-103) lors du Game 2 de la finale de la Conférence Ouest.

Deandre Ayton, l'influence d'un vestiaire

Et pourtant, dans ses débuts en NBA, on ne peut pas dire que "l'éthique de travail" d'Ayton était irréprochable. Et il ne s'agit même pas de rumeurs... puisqu'il est le premier à le reconnaître. Mais les choses ont changé chez les Suns. Tout d'abord avec l'arrivée de l'entraîneur Monty Williams en 2019.

Puis ensuite avec les renforts de Chris Paul et de Jae Crowder. Avec un changement de mentalité au sein du vestiaire à Phoenix, l'intérieur a passé un cap. Dans son jeu, mais aussi au niveau de son état d'esprit.

"Parfois, dans le passé, je ne venais pas m'entraîner sur les jours libres. Williams m'a toujours dit d'au moins 'sentir' la salle, de toucher le ballon, et il a vraiment instillé ça en moi. Maintenant, j'ai toujours envie d'améliorer mes qualités, d'être le meilleur possible", a-t-il fait savoir.

Pourtant, sur le plan strictement statistique, l'apport d'Ayton a chuté par rapport à sa saison rookie. Il marque moins, il passe moins, il tire moins. Sauf qu'il est bien plus efficace. Et surtout, son impact, dans son rôle, se révèle bien plus intéressant.

Avec sa mobilité et ses qualités athlétiques, il pose de sérieux soucis aux défenses adverses. Et il sait parfaitement s'adapter selon l'opposition.

"Je pourrais parler encore et encore par rapport à ce qu'il était avant et ce qu'il est désormais. Il devient un joueur vraiment dominant, des deux côtés du parquet", a estimé Monty Williams.

En tout cas, Ayton devient un joueur tout simplement indispensable à la réussite des Suns.

Quoi qu’il arrive, Deandre Ayton est la bonne surprise des Suns

Un game-winner pour un grand moment

Sur ces Playoffs, le pivot a été d'ailleurs irréprochable. Face à Anthony Davis et Nikola Jokic, il a parfaitement répondu présent. Sur ce début de série contre les Clippers, il se montre capable de s'adapter. Peu importe le style de jeu choisi par Tyronn Lue, il trouve des réponses.

Contrairement à Kristaps Porzingis ou encore Rudy Gobert, Ayton n'a aucun problème à défendre face à du "small-ball". Il a très clairement les qualités athlétiques pour ça. Et avec 24 points et 14 rebonds, il a encore dominé la nuit dernière.

Bien évidemment, son game-winner permet de mettre en lumière sa performance et ses progrès. Mais le jeune homme a aussi la tête sur les épaules.

"C'est sans aucun doute le game-winner de Jae, avec cette belle passe au-dessus d'un joueur de 2 mètres. Le coach a conçu un jeu formidable où j'étais dans la meilleure position. Mes coéquipiers me font confiance et mes entraîneurs aussi.

Book a mis en place un super écran qui m'a libéré dans le couloir pour aller chercher le ballon. Et le reste, ce sont seulement mes qualités athlétiques et mon talent. Jae a tout mis en place à la perfection", a-t-il insisté.

Et effectivement, Williams et Jae Crowder ont joué le coup à la perfection sur cette action. Ils méritent du crédit pour ça. Mais Ayton aussi. Son engagement, son agressivité, sa domination physique lui ont permis de prendre le meilleur sur Ivica Zubac.

Une action qui symbolise parfaitement ses Playoffs jusqu'à maintenant : une efficacité absolue. Depuis 1954-1955, il est le premier joueur à tourner à plus de 70% aux tirs sur une série de 12 matches en Playoffs.

"Je n'ai jamais joué aussi dur du début à la fin d'un match. Je suis à 150%. D'habitude, on dit 110, mais là c'est vraiment 150%. Et 150% mentalement aussi. Le niveau de concentration avec l'attention portée sur les détails. C'est vraiment intense", a confié Ayton.

Derrière Chris Paul et Devin Booker, les progrès de Deandre Ayton sont, sans le moindre doute possible, aussi à la base de la belle aventure des Suns.

Deandre Ayton, un alley-oop dingue à 0,9 seconde pour tuer les Clippers

Afficher les commentaires (0)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest