Sondage : Qui est votre MIP ?

Gerald Green ? Goran Dragic ? Anthony Davis ? DeAndre Jordan ? Qui est votre MIP de la saison ? Votez et donnez nous votre avis.

Shaï MamouPar Shaï Mamou  | Publié  | BasketSession.com / MAGAZINES / Focus
Sondage : Qui est votre MIP ?
La saison régulière est terminée et les playoffs ont débuté ce weekend. L’occasion pour revenir, ensemble, sur les joueurs et les événements qui vous ont marqués cette année. Un court intermède pour prendre du recul sur l’exercice écoulé avant de nous plonger dans les playoffs qui s’annoncent passionnants. La ligue va bientôt distribuer ses palmes, et nous vous laissons l’occasion de faire de même. On poursuit notre série de « trophées BasketSession », place désormais au MIP, le joueur qui a le plus progressé au cours de la saison. Et les différents nominés sont :

Les favoris

Gerald Green Revenu de nulle part, le joueur des Suns a enchanté la ligue avec ses dunks phénoménaux et ses coups de chaud à 3 points. Avec 10 minutes de temps de jeu en plus par rapport à la saison dernière chez les Pacers, il a littéralement explosé au scoring (de 7.5 pts/match à 15.8 pts) et en termes d'adresse (de 36.6% à 44.5% en global et de 31.4% à 40% à 3 pts). Une belle histoire qui mériterait autant d'être récompensée que la superbe saison infructueuse de Phoenix. Ses stats : 15.8 points, 3.4 rebonds et 1.5 passes par match à 44.5%. Goran Dragic On reste en Arizona, cet état d'Amérique dans lequel Harry zona. Si c'est souvent en sortie de banc que Gerald Green a fait des dégâts, c'est dans le 5 de départ qu'un petit meneur européen a époustouflé la ligue cette saison. Goran Dragic, déjà en progrès l'an dernière, a trouvé chaussure à son pied avec Jeff Hornacek et a atteint sa maturité à 28 ans. A temps de jeu quasi égal par rapport à 2012-2013, le Slovène a sacrément gonflé ses stats au scoring (de 14.7 pts/match à 20.3 pts), à la passe (de 5.9 assists à 7.4) à 3 points (de 31.9% à 40.8%) et en adresse globale, où il dépasse désormais les 50%, ce qui est loin d'être évident pour un guard, surtout lorsqu'il est le meilleur marqueur de son équipe. En plus de sortir des chiffres impressionnants, Dragic s'est entiché à ravir les fans dans un style qui a parfois rappelé Manu Ginobili lorsque celui-ci avait ses jambes de 20 ans. Ses stats : 20.3 points, 7.4 passes, 3.2 rebonds, 1.4 interception à 50.5%. Anthony Davis Le seul problème avec le fait de mettre Anthony Davis MIP, c'est que ce titre comporte souvent une notion de surprise. Là, tout le monde a senti venir la montée en puissance et l'avènement de l'intérieur des Pelicans. A seulement 20 ans, "Unibrow" a tout simplement montré qu'il était l'avenir de cette ligue avec un profil polyvalent et dominant absolument terrifiant. Un peu en dessous des attentes la saison passée où Damian Lillard l'avait supplanté pour le titre de Rookie of the Year, il a mis les points sur les "i" à partir du mois d'octobre. Avec un double-double de moyenne (20.8 points et 10 rebonds par match), un potentiel défensif effrayant (il est passé de 1.8 contre/match à 2.8) et des progrès au shoot à mi-distance tout en conservant une certaine adresse (51.9%), Davis a toutes les chances de séduire le jury pour remporter cette distinction. Ses stats : 20.8 points, 10 rebonds et 2.8 contres à 51.9% d'adresse. DeAndre Jordan On l'imaginait mal progresser davantage sous les ordres de Vinny Del Negro. L'arrivée de Doc Rivers en a fait un joueur bien plus solide, qui n'a pas hésité à sacrifier ses envies offensives (il a néamoins passé la barre des 10 pts/match sans augmenter son nombre de tentatives) pour devenir un défenseur de premier ordre dans cette ligue. Plus concentré et plus mobile, "DJ" est aujourd'hui un vrai protecteur de cercle, une race plus aussi répandue que par le passé en NBA. Son placement au rebond est également bien meilleur, ce qui se traduit en stats (de 7.2 à 13.6 rebonds/match), au même titre que sa faculté à contrer proprement et plus forcément en mode volleyball (de 2.3/match à 3.2). La 3e place des Clippers à l'Ouest joue également en sa faveur. Ses stats : 10.4 points, 13.6 rebonds et 3.2 contres à 67.6%.

Les autres nominés

Blake Griffin : Ce n'est pas tellement sur le plan statistique mais au niveau du leadership et de la volonté de faire évoluer son jeu sans le baser uniquement sur les dunks légendaires qui font de "Quake" un outsider crédible dans la course au MIP. On devrait néanmoins le retrouver sur le podium du MVP, ce qui limite ses chances de remporter cette distinction. Lance Stephenson : Sur sa première partie de saison, l'arrière des Pacers aurait sans doute pu coiffer tout le monde au poteau, notamment grâce à sa capacité à sortir des triples-doubles sans forcer. Malheureusement, "Born Ready" a plongé en même temps que son équipe et il lui faudra attendre un peu avant d'espérer remporter cette distinction. Il ne sera peut-être plus dans l'Indiana d'ailleurs... DeMar DeRozan : Comme pour Blake Griffin, l'explosion est moins statistique que psychologique. Devenu redoutable à mi-distance alors que beaucoup s'interrogaient et le voyaient devenir un volume shooter à la Rudy Gay, DeRozan s'est mué en scoreur fiable et a porté les Raptors en compagnie de Kyle Lowry jusqu'à la 3e place de la Conférence Est. Sélectionné pour la première fois au All-Star Game. On aurait pu citer aussi : Chandler Parsons, Kyle Lowry, Isaiah Thomas, Tony Wroten.

Le sondage

[poll id="79"]
Afficher les commentaires (42)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest