Victor Oladipo, une tête de MIP

Victor Oladipo, une tête de MIP

On ne l'attendait plus, mais l'explosion de Victor Oladipo a bien eu lieu. Les Pacers ont finalement fait une super affaire en récupérant l'ancien n°2 de Draft.

Shaï MamouPar Shaï Mamou  | Publié  | BasketSession.com / MAGAZINES / Focus
Victor Oladipo n'a passé "que" trois saisons dans l'Indiana, lui le natif du Maryland. Cette aventure à Bloomington, chez les Hoosiers, a suffi à le marquer et à modeler le basketteur qu'il est devenu. Rien d'étonnant, donc, à ce que l'arrière de 25 ans, de retour dans le Midwest, semble plus épanoui que jamais depuis la mi-octobre. Dans un premier temps, Oladipo a été interloqué, évidemment. Pour la confiance d'un joueur initialement attendu comme un "two-way crack", deuxième choix de Draft en 2013, être échangé deux fois en quelques mois a rarement un effet positif. Le projet du Magic était en partie articulé autour de lui, jusqu'à ce qu'un coup de balai soit passé du côté d'Orlando. Pas assez régulier, pas le profil d'un franchise player, Victor Oladipo s'est vu montrer le chemin de la sortie pour une pige à Oklahoma City. Là-bas, il a servi de faire-valoir à Russell Westbrook, attendant quelques positions à trois points tout en défendant autant que possible. Le Thunder n'a pas hésité une seconde à l'envoyer dans l'Indiana pour accueillir Paul George. Aujourd'hui, le Thunder tourne moins bien que la saison passée, et ce qui pouvait passer pour un trade perdant pour les Pacers, ressemble à un joli coup.

Moins de pression qu'à Orlando, plus de place qu'à OKC

Non seulement Victor Oladipo a retrouvé de l'influence dans le jeu, mais il fait en plus partie des candidats évidents pour le titre de MIP. L'équipe coachée par Nate McMillan semble capable de se mêler jusqu'au bout à la lutte pour une place dans le top 8. C'est en partie grâce à l'éclosion de "Dipo". Avec un temps de jeu identique, le crooner est beaucoup plus prolifique dans absolument tous les secteurs. Jugez plutôt.
Season Team G Min FGM FGA FG% 3PM 3PA 3P% FTM FTA FT% OR DR Reb Ast TO Stl Blk PF Pts
2017-18 IND 20 33:02 8.3 17.4 47.4 2.4 5.2 46.2 4.1 5.2 79.6 0.7 4.4 5.1 3.8 3.3 1.7 1.0 2.7 23.0
2016-17 OKC 67 33:10 6.1 13.9 44.2 1.9 5.3 36.1 1.7 2.3 75.3 0.6 3.8 4.3 2.6 1.8 1.1 0.3 2.3 15.9

Forcément, être l'option offensive principale de sa nouvelle formation aide. Mais volume n'est pas toujours synonyme d'efficacité. Oladipo a accepté avec enthousiasme les responsabilités, surtout en l'absence de Myles Turner et a donné entièrement satisfaction. 23 points de moyenne à 47.4% d'adresse globale et 46.2% à 3 points. Plus important encore, le bilan de 12 victoires pour 9 défaites affiché par les Pacers.

"J'ai le sentiment de m'être trouvé dans une bonne situation. Sans doute la meilleure depuis que je suis en NBA. Parfois, on n'est pas forcément à l'endroit le plus adapté pour nous mais les gens nous jugent quand même", a expliqué Victor Oladipo chez Bleacher Report.

Comprenez par là : "je me sens mieux sans attente démesurée dans un effectif bancal comme à Orlando, ni soliste superstar omnipotent et outre-mangeur comme à OKC"...

Victor Oladipo en pousseur de balle, la formule payante

Durant l'été, Victor Oladipo s'est promis de montrer à tout le monde que son arrivée à Indianapolis n'était pas un aveu de tanking de la part de Kevin Pritchard. Avec 7 kilos en moins et un cocktail d'insouciance retrouvée et d'application, son opération se porte plutôt bien. On dirait même qu'il a piqué quelques trucs à Westbrook en cours de route, notamment cette absence de crainte de l'échec et cette agressivité caractéristique.

On l'avait presque oublié, mais peu de joueurs remontent et arpentent le terrain aussi rapidement qu'Oladipo en NBA. Le fait qu'il ait l'occasion de "pousser la balle" a transformé son jeu et celui des Pacers, nettement plus explosif et rythmé. Pour autant, McMillan et son staff continuent de lui faire appliquer une formule pour le moment payante. Pas uniquement du "full speed", mais un tempo changeant et dévastateur car plus surprenant. Indiana affiche le cinquième meilleur bilan offensif sur 100 possessions, l'une des lacunes de la saison passée.

Kristaps Porzingis reste le favori des bookmakers pour le titre de MIP. Mais la dynamique d'Oladipo après 21 matches ne semble pas moins prometteuse que celle du Letton. L'essentiel n'est sans doute pas là pour l'intéressé. A priori, il devrait pouvoir passer quelques mois sans craindre d'être tradé. Les Pacers l'ont sous contrat jusqu'en 2021 et devraient enfin lui permettre de prospérer tranquillement.

En bonus track, son "Ain't no Sunshine à la fac"

https://www.youtube.com/watch?v=liFlQmwie5Y
Afficher les commentaires (0)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest