4 transferts qui peuvent tout changer cette saison

4 transferts qui peuvent tout changer cette saison

A un mois de la deadline, focus sur quatre échanges qui peuvent sensiblement faire évoluer la hiérarchie en NBA d'ici la fin de la saison.

Antoine PimmelPar Antoine Pimmel | Publié  | BasketSession.com / MAGAZINES / Analyse

Kevin Love renforce l’outsider le plus vibrant de la Conférence Est

Le trade : Kevin Love rejoint les Indiana Pacers en l’échange de Myles Turner, T.J. Leaf et un premier tour de draft 2022 (protégé 1-15, se transforme en second tour 2023 si le pick est l’un des 15 premiers choix).

Kevin Love n’en peut plus des Cleveland Cavaliers. Ça se comprend. Il mérite un autre projet, plus enivrant que la reconstruction actuelle de la franchise de l’Ohio. Alors autant l’envoyer aux Indiana Pacers. Une équipe qui pratique du bon basket, avec du mouvement et des passes. Une philosophie qui semble importante aux yeux d’un joueur qui a connu le plus haut niveau NBA entre 2015 et 2018.

Sur le papier, ce transfert devrait permettre aux Pacers de passer un cap. Love est un basketteur plus accompli, plus expérimenté et plus productif que Turner. Il est aussi plus vieux (respectivement 31 et 23 ans) et plus grassement payé : Entre 28 et 30 millions annuels d’un côté, 18 de l’autre, à chaque fois jusqu’en 2023.

Mais c’est une opération qui peut s’avérer rentable pour la franchise d’Indianapolis. Avec son adresse extérieure et son sens de la passe, Love a un profil qui colle mieux avec celui de Domantas Sabonis, l’autre intérieur phare de l’équipe. Leur doublette présente des lacunes défensives évidentes mais, offensivement, elle se complète parfaitement. En tout cas en théorie.

D’une manière ou d’une autre, les Pacers devront un jour faire un choix entre Turner et Sabonis. Pour l’instant, ils y ont évité de prendre cette décision. Ils ont prolongé les deux. Le Lituanien est aujourd’hui beaucoup plus performant (18 pts, 13 rbds) que son coéquipier américain (12 pts, 6 rbds).

Les Cavaliers pourront difficilement récupérer mieux que cette contrepartie sur le marché. Turner est décevant mais c’est un joueur encore jeune susceptible d’intégrer le noyau dur de l’effectif. Le pick – qui deviendra probablement un choix au second tour – ajoute un peu de saveur à l’échange. T.J. Leaf n’a rien montré en NBA mais Cleveland peut justement le tester, sans pression de résultat.

Pour les Pacers, ça donnerait donc un cinq majeur composé de Malcolm Brogdon, Victor Oladipo, T.J. Warren, Kevin Love et Domantas Sabonis. Et là, ça peut commencer à discuter d’un second tour de playoffs.

Les Clippers mettent la main sur un pivot All-Star

Le trade : Marc Gasol rejoint les Los Angeles Clippers en l’échange de Mo Harkless, Jerome Robinson et Ivica Zubac.

Les Los Angeles Clippers étaient présentés comme les grands favoris pour le titre avant le coup d’envoi de la saison. S’ils ont parfois fait forte impression, ils ont aussi montré quelques lacunes. Notamment récemment. Ce vestiaire a besoin d’un patron. D’expérience. Et cet effectif a besoin d’un pivot digne de ses ambitions.

Alors autant ajouter Marc Gasol à cette armada. L’Espagnol est en roue libre depuis son sacre de champion NBA avec Toronto – puis son titre de champion du Monde avec sa sélection. Mais un défi de prestige pourrait probablement l’aider à se remotiver et donc se remobiliser (il tourne actuellement à 6,6 points et 6,6 rebonds). L’air de Los Angeles et la perspective de faire le doublé devrait suffire.

Les Raptors ne seront pas nécessairement moins fort sans la version actuelle de l’ancien All-Star. Surtout qu’il est en fin de contrat et qu’il s’apprête probablement à quitter l’Ontario sans contrepartie. Les Canadiens récupéreraient deux jeunes joueurs dans l’affaire : Jerome Robinson et Ivica Zubac, 22 ans chacun. Intéressant, surtout pour une franchise qui a démontré sa capacité à développer au mieux les talents de demain, même les moins prometteurs en apparence.

Mo Harkless serait une perte importante pour les Clippers, notamment en défense. Mais il n’est pas très performant offensivement (5 pts, 33% à 3-pts) et il est en fin de contrat. Surtout, les Angelenos ont d’autres joueurs du même profil dont deux superstars, Kawhi Leonard et Paul George, réputées parmi les meilleurs stoppeurs NBA.

Patrick Beverley, Landry Shamet, Kawhi Leonard, Paul George, Marc Gasol avec toujours Lou Williams et Montrezl Harrell sur le banc, ça a la gueule d’un futur champion NBA.

Les Mavericks choppent une star européenne de plus

Le trade : Danilo Gallinari rejoint les Dallas Mavericks en l’échange de Courtney Lee, Dorian Finney-Smith, Justin Jackson et un second tour de draft 2022.

Le Thunder est plus fort que prévu cette saison. Annoncé en reconstruction après avoir transféré ses deux All-Stars – Russell Westbrook et Paul George – pendant l’intersaison, la franchise occupe finalement la septième place de la Conférence Ouest à l’heure actuelle. Avec un bilan positif, 22 victoires et 16 défaites. Une belle surprise. Mais les dirigeants ne doivent pas perdre de vue les objectifs de l’organisation à moyen terme.

Danilo Gallinari sera Free Agent en fin de saison et il est peu probable qu’il fasse le choix de rester à Oklahoma City. Plutôt que de le perdre sans contrepartie pour défendre une septième place à l’Ouest, autant le transférer. Surtout qu’avec la faiblesse de la Conférence au-delà de son top-6, le Thunder aura sans doute assez d’arguments avec Chris Paul, Shai Gilgeous-Alexander et Steven Adams pour défendre sa position même après le départ de l’Italien.

Les Mavericks ont besoin d’un autre joueur capable de prendre le relais de Luka Doncic en attaque. Kristaps Porzingis est censé assumer ce rôle mais il revient encore délicatement d’une grave blessure au genou. Il a d’ailleurs raté les cinq derniers matches de son équipe. Et même quand il est là, il fait encore preuve d’irrégularité. Gallinari est une valeur sûre capable de jouer avec ou sans le ballon. Un parfait complément aux deux autres stars européennes de l’équipe.

La contrepartie récupérée par le Thunder n’est pas forcément très intéressante mais Jackson et Finney-Smith sont deux joueurs de 24 et 26 ans qui n’ont pas encore développé leur plein potentiel. Le contrat de Lee (12 millions) expire à la fin de la saison. Néanmoins, si OKC estime que renforcer un concurrent direct mérite une plus large compensation, un premier tour de draft (très lointain) peut éventuellement être exigé.

Boston tente un coup avec Andre Drummond

Le trade : Andre Drummond rejoint les Boston Celtics en l’échange de Marcus Smart, Daniel Theis, Grant Williams et Semi Ojeleye

Les Detroit Pistons veulent tourner la page Andre Drummond. Le pivot All-Star a déjà fait comprendre qu’il allait renoncer à sa dernière année de contrat (à 28 millions de dollars), sans doute dans l’optique de signer un deal encore plus juteux en juillet prochain. Si la franchise du Michigan cherche à se reconstruire différemment, prolonger « Dre » au maximum n’aurait pas de sens. Voilà probablement pourquoi les dirigeants testent actuellement le marché pour l’un de leurs deux meilleurs joueurs.

Les Boston Celtics ont besoin d’un poste cinq et se posent donc en candidat intéressant. La raquette est clairement le point faible désigné de cette équipe de qualité mais à qui il manque sans doute une pièce pour vraiment prétendre aller loin en playoffs. Drummond, le joueur manquant pour un candidat au titre ? C’est vrai que ça peut sembler bizarre. Mais imaginez la franchise du Massachusetts avec un pivot capable de défendre un peu près du cercle et de prendre un paquet de rebonds tout en jouant des picks-and-roll avec Kemba Walker.

Surtout, imaginez ce basketteur parfois immature avec un coach comme Brad Stevens. Perdre Marcus Smart ne va évidemment pas plaire aux supporteurs des Celtics. Mais avec l’extension de contrat (au max) qui s’annonce pour Jayson Tatum, le club aurait peut-être été contraint de se séparer de l’arrière un jour ou l’autre.

Drummond peut gêner Joel Embiid (lol) en playoffs et les Sixers, la bête noire des Celtics actuellement. La course au titre est plus ouverte cette saison qu’elle ne l’a été au cours des cinq dernières années. Un ou deux moves favorables et une équipe peut passer du statut d’outsider à favori. Kemba Walker, Jaylen Brown, Gordon Hayward, Jayson Tatum et Andre Drummond mis ensemble, ça peut faire mal à l’Est.

Afficher les commentaires (0)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest