Les oubliés du All-Star Game 2018

Antoine PimmelPar Antoine PimmelPublié

La NBA a dévoilé les effectifs complets pour le prochain All-Star Game. Zoom sur les joueurs qui n’ont pas été retenus par les coaches alors qu’eux aussi méritaient une invitation.

Comme nous l’écrivions au moment de dévoiler nos équipes pour le All-Star Game 2018 hier, c’est le même cirque chaque année : il y a des dizaines de candidats pour finalement seulement sept places – par Conférence – offertes par les coaches. Il y a donc toujours des déçus. Des joueurs qui se sentent snobés. Des mécontents. Pas d’arnaques cependant. Les entraîneurs NBA ont fait leur sélection. Petit rappel de la liste.

Conférence Est

Titulaires : Kyrie Irving, DeMar DeRozan, LeBron James, Giannis Antetokounmpo, Joel Embiid

Remplaçants : John Wall, Kyle Lowry, Bradley Beal, Kevin Love, Victor Oladipo, Al Horford, Kristaps Porzingis

Conférence Ouest

Titulaires : Stephen Curry, James Harden, Kevin Durant, Anthony Davis, DeMarcus Cousins

Remplaçants : Damian Lillard, Klay Thompson, Russell Westbrook, Jimmy Butler, Draymond Green, LaMarcus Aldridge, Karl-Anthony Towns.

Maintenant que les équipes sont faites, les capitaines (Curry et James) vont pouvoir piocher parmi cette liste. En attendant, jetons un œil à ceux qui ont été oubliés par les coaches.

Conférence Est

Goran Dragic (Miami Heat)

Nous l’avions mis dans notre effectif pour le All-Star Game tout en sachant pertinemment qu’il n’était pas le plus légitime. Il s’agissait là de récompenser le parcours du Miami Heat, quatrième à l’Est. Mais avec 17 points, 4 rebonds et presque 5 passes par match, Goran Dragic n’a pas le volume statistique pour rivaliser avec John Wall ou Kyle Lowry, les deux meneurs retenus par les coaches. Son absence n’est pas scandaleuse. Elle est juste dommage pour le Slovène qui, à 31 ans, ne sera probablement jamais All-Star en NBA. Zach Lowe définissait finalement parfaitement tout le problème (et la force) du Heat : une collection de joueurs B+ qui brillent ensemble sans qu’une individualité sorte suffisamment du lot pour se faire une place au All-Star Game.

Andre Drummond (Detroit Pistons)

Peut-être le joueur qui méritait le plus d’y être parmi les non retenus à l’Est. Et encore… Andre Drummond a effectivement passé un cap cette saison. Et c’est d’autant plus intéressant après une saison très décevante. Le géant a compris que demander la balle au poste bas ne servait à rien (hello, Dwight Howard) et qu’il était préférable d’étendre son arsenal autrement. Il est devenu un passeur très intéressant (3,9 caviars par rencontre). Il a progressé au scoring (14,3), aux rebonds (15) et surtout aux lancers-francs (62%) ! Mais ses Detroit Pistons ont baissé le pied depuis plusieurs semaines et ils sont désormais derrière les Washington Wizards de John Wall au classement. La NBA est une ligue d’arrières. C’est donc presque logique qu’un pivot ait été sacrifié au profit d’un meneur comme Wall.

Conférence Ouest

Lou Williams (Los Angeles Clippers)

Encore plus que Goran Dragic, c’était probablement l’année ou jamais pour Lou Williams. A 31 ans, l’ancien sixième homme réalisé la meilleure saison de sa carrière. Il a soudainement explosé au statut de star en profitant des blessures en cascade aux Los Angeles Clippers pour faire des cartons au scoring. Plus de 23 points et 5 passes au compteur (45% aux tirs et 40% à trois-points) pour un joueur qui n’avait jamais fait mieux que 17 points par rencontre sur l’ensemble d’une campagne. Une vraie belle histoire. Qui aurait donc pu se terminer avec une invitation au All-Star Game. Mais la concurrence est juste trop rude à l’Ouest. Trop rude.

Chris Paul (Houston Rockets)

Une seule explication pour justifier l’absence de Chris Paul : les matches manqués. CP3 a raté un mois de compétition. Il n’a joué que 28 rencontres. Mais il a eu tellement d’impact, tellement, tellement, tellement d’impact, qu’il aurait malgré tout pu figurer dans la sélection pour le All-Star Game. C’est dire à quel point il est brillant dans son nouveau rôle aux Houston Rockets. Avec 19 points, 6 rebonds et 9 passes par match, Paul est le deuxième moteur d’une équipe qui carbure comme aucune autre – Golden State mise à part – en NBA.

Paul George (Oklahoma City Thunder)

Russell Westbrook était outré par l’absence de Paul George à l’Ouest. Mais est-ce vraiment choquant ? L’ailier d’OKC a effectivement le niveau d’un All-Star avec 20,8 points et 5,5 rebonds de moyenne en étant la deuxième option offensive de son équipe. Mais Klay Thompson marque presque autant de points (20,6) alors qu’il partage la gonfle avec deux MVP ! Le tout avec de meilleurs pourcentages et en jouant pour la meilleure équipe de la ligue. Bon, la comparaison n’est pas tout à fait juste parce que les deux joueurs n’évoluent pas au même poste. Peut-être y’avait-il moyen de déloger Draymond Green ?