97 CLE
108 MIA
124 MIL
115 CHI
132 NOP
127 LAC
106 NYK
103 DAL
128 PHO
112 ATL
101 DEN
93 BKN

La presse new-yorkaise lance-t-elle des fausses rumeurs sur Ben Simmons ?

Antoine PimmelPar Antoine PimmelPublié

Le New York Daily News affirme qu’Elton Brand, le GM des Sixers, a demandé à ses employeurs de considérer un transfert de Ben Simmons.

Les journaux new-yorkais sont réputés aux quatre coins des États-Unis. Au point où il faut être d’ailleurs psychologiquement armé pour devenir un joueur d’une franchise comme les New York Knicks. Parce que la presse peut encenser son équipe comme elle peut la détruire en miettes. Mais elle n’hésite pas non plus à l’aider du mieux qu’elle peut en playoffs. Les Brooklyn Nets, par exemple, affronte les Philadelphia Sixers au premier tour cette année. Avec un Game 3 déjà décisif prévu ce soir entre les deux équipes. Et quand on pense au contexte, on se dit que cette spéculation lancée à propos de Ben Simmons est une belle manœuvre stratégique de la part d’un média de la grosse pomme.

Soyons plus précis. Selon le New York Daily News, le GM Elton Brand aurait demandé aux propriétaires des Sixers de considérer un transfert de Ben Simmons. Parce que l’Australien serait « difficile à coacher » et « exposé en playoffs » selon les sources de l’article. Franchement, on peine vraiment à y croire. Pas au fait qu’il ne soit pas facile à coacher. Mais juste à la rumeur en elle-même. Le but serait, par exemple, de déstabiliser le jeune joueur. De le sortir de son match. Ça peut aussi provoquer l’effet inverse et le motiver à se surpasser ce soir.

On peine à y croire parce que ça n’a pas l’air d’être le style de Brand, un jeune GM qui a l’air vraiment compétent depuis son arrivée à la tête des Sixers. L’ancien All-Star maîtrise son sujet. On ne l’imagine pas tourner aussi vite le dos à Simmons. Et encore moins en plein playoffs.

Après, il y a un autre débat autour du premier choix de la draft 2016. On peut effectivement se demander s’il est vraiment compatible avec les autres stars de Philly – Joel Embiid, Jimmy Butler. On a par exemple déjà vu qu'il était difficile pour les trois de briller en même temps. Surtout pour Butler et Simmons. Quand l'un fait un bon match, l'autre passe parfois (souvent) à la trappe. Dans l'idéal, le ROY 2018 serait très efficace dans un rôle similaire à celui de Giannis Antetokounmpo aux Milwaukee Bucks. Un ailier qui est aligné en quatre mais qui remonte la balle et distribue avec quatre shooteurs autour de lui pour lui espacer le jeu.

Mais cette question ne se pose pas encore. C'est trop tôt. Les Sixers ne disputent que leur deuxième campagne de playoffs avec Embiid et Ben Simmons. Les dirigeants vont sans doute attendre de voir leur évolution avant de réellement prendre une décision à ce sujet.