Laimbeer ne lâche pas l’affaire : « Les Bulls sont des pleureuses »

Bill Laimbeer déteste toujours les Bulls, 30 ans après leur intense rivalité. Le symbole des Bad Boys ne s'est pas adouci avec l'âge.

Shaï MamouPar Shaï Mamou  | Publié  | BasketSession.com / NEWS
Laimbeer ne lâche pas l’affaire : « Les Bulls sont des pleureuses »

Si on peut accorder quelque chose à Bill Laimbeer, c'est bien de rester droit dans ses bottes même 30 ans après. Le pivot le plus détesté de l'histoire de la NBA, membre des Bad Boys de Detroit dans les années 80 et obstacle majeur à l'ascension de Michael Jordan, n'a pas du tout fait dans la diplomatie au moment de revenir sur ces affrontements.

Alors que la rivalité Bulls-Pistons a été mise en lumière dans les épisodes 3 et 4 de "The Last Dance", certains de ses coéquipiers ont affiché des remords de ne pas avoir serré la main de leurs adversaires après la déconvenue (4-0) de 1991. Pas Bill Laimbeer, devenu l'un des meilleurs coaches en WNBA avec Detroit, puis aujourd'hui avec Las Vegas.

"Pourquoi est-ce que je regretterais ça aujourd'hui ? Je me moque de ce que les médias disent à mon sujet. Si c'était le cas, il aurait fallu que j'aille voir un psy, surtout à l'époque.

Tout ce que je voulais, c'était gagner des matches de basket et des titres. J'ai fait tout ce qu'ai fait par rapport à mes qualités et à notre équipe.

Au final, nous avons été champions", a rappelé Laimbeer lors d'un entretien avec Rachel Nichols d'ESPN. 

Et Laimbeer de nourrir à nouveau le feu de l'animosité entre les deux camps.

"Ce sont des pleureuses. Ils ont chouiné et pleuré pendant un an et demi en disant qu'on était nuisibles.

Mais le plus grave, c'est qu'ils ont dit que nous étions de mauvaises personnes. Nous n'étions pas de mauvaises personnes. Juste des joueurs de basket qui gagnaient.

Ce qu'ils ont dit m'a marqué parce qu'ils n'avaient aucune idée de qui nous étions en temps qu'individus ou de ce que nous vivions au sein de nos familles.

C'est parce qu'ils ont fait ça que je n'ai pas voulu leur serrer la main. C'était juste des pleureuses. Ils ont gagné cette série. Bravo. Nous sommes devenus vieux, ils nous ont battus. Il faut passer à autre chose".

Autant de continuité dans la personnalité et l'approche, ça se respecte. On a clairement pas fait partie de ceux qui aimaient le jeu des Pistons à l'époque et les mandales qu'envoyait Bill Laimbeer à l'époque. Mais sans les échecs qu'ils ont infligés à Michael Jordan et à sa bande, Jordan ne serait peut-être jamais devenu Jordan.

Cela dit, il y a quelques jours, Bill Laimbeer avait clairement pris parti pour LeBron James dans la discussion du GOAT par rapport à Michael Jordan...

 

Crédit photo : Lorie Shaull

Afficher les commentaires (0)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest