Chris Bosh : « Dwight Howard et Andrew Bynum ne me font pas peur »

Chris Bosh a abandonné l'idée d'essayer de prendre du poids et du muscle.

Théophile HaumesserPar Théophile Haumesser  | Publié  | BasketSession.com / NEWS
Chris Bosh : « Dwight Howard et Andrew Bynum ne me font pas peur »
Vu le succès du Heat quand Miami jouait small ball, Chris Bosh a rapidement compris que son avenir se situerait probablement plus au poste de pivot qu’à celui d’ailier fort qu’il aime tant. Du coup, il avait promis de prendre du poids pour pouvoir étoffer un peu sa fine carcasse. Le problème, c’est qu’il n’y arrive pas. Il promet qu’il a passé une partie de l’été à tenter de gonfler sa carrure, mais en vain.
« Ça fait trois ans que j’essaie. Du coup je me dis tant pis, laissons tomber, je vais rester comme je suis. Je n’arriverai jamais à être balaise et baraqué », a-t-il expliqué au Miami Herald. « Je suis costaud mais sec, ce n’est pas la même chose du tout. »
Chris Bosh escompte donc profiter au maximum de ses qualités de vitesse et de jump pour compenser son manque de kilos à ce poste. C’est de toute façon sur ce précepte que repose tout le système d’attaque d’Erik Spoelstra : créer des mismatches basés sur les qualités athlétiques plutôt que sur la puissance.
« L’équipe a besoin que je sois plus rapide que les autres pivots. C’est l’avantage que j’ai, nous voulons que ce soit aux autres équipes de s’adapter à nous et c’est ce qui va se passer. »
Chris Bosh ne sera probablement jamais aussi musculeux qu’Alonzo Mourning et c’est tant mieux pour le Heat, d’autant que CB4 n’a visiblement peur de personne, pas même de Dwight Howard ou d’Andrew Bynum, les deux pivots offensifs les plus puissants.
« Ces deux-là ne me font pas peur, je les ai déjà joués, il n’y a rien de nouveau. Ils ont un avantage de poids mais ça ne compte que dans ta tête ça. Si des équipes pensent qu’elles ont un avantage parce que je joue pivot, dites-leur de mettre la balle à l’intérieur si elles y arrivent. C’est ma réponse pour tout. Si elles disent “Bosh ne peut pas jouer 5, on a un avantage” et que les gens pensent que c’est vrai, dites-leur de donner le ballon en bas et on verra bien ce qui se passera. Je vais défendre, prendre le rebond et on repartira en attaque. »
Whoah, on dirait que le titre de juin dernier a sacrément gonflé sa confiance en lui !
Afficher les commentaires (24)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest