CQFR : Super Dipo est clutch, Embiid est un tueur

Shaï MamouPar Shaï Mamou Publié

Voici ce qu'il fallait retenir des 8 matches de la nuit en NBA.

Les résultats de la nuit en NBA

Pistons @ Sixers : 99-109

Cavs @ Hornets : 94-126

Celtics @ Pacers : 101-102

Heat @ Hawks : 118-123

Rockets @ Bulls : 96-88

Pelicans @ Spurs : 95-109

Jazz @ Nuggets : 88-103

Lakers @ Blazers : 114-110

---

- Kyrie Irving n'a pas le monopole de la clutchitude (clutchness, clutcherie ? Bernard Pivot et l'Académie n'ont pas encore statué). "Uncle Drew" pensait avoir donné la victoire à Boston à un peu plus de 30 secondes de la fin sur un shoot extérieur bien propret. C'était sans compter Victor Oladipo. L'arrière des Pacers ne veut surtout pas que l'on oublie qu'il est désormais un All-Star, ou que l'on croit que sa saison dernière était un one-shot. A 3 secondes de la fin, "Totor" (pour les intimes) est allé caler un shoot monstrueux, là aussi from downtown, pour faire passer la Bankers Life Fieldhouse pour une enceinte athénienne ou stambouliote un soir de derby. Indiana repasse du coup devant Boston et confirme que tout va bien dans le Midwest.

- Originaire de l'Indiana, Gordon Hayward n'a pas capté le mojo ambiant cette nuit. L'ailier des Celtics semblait plutôt sur la pente ascendante ces derniers jours. La rechute a été vilaine pour l'ancienne star du Jazz : 4 points à 2/10, des efforts louables, mais l'impression globale qu'il n'évolue pas sur le même tempo que tous les autres joueurs sur le terrain. Le moment est peut-être venu de lui offrir un rôle un peu différent en sortie de banc pour lui ôter un peu de pression.

- En fin de journée samedi, la NBA a cassé les codes en laissant plusieurs chaînes dans le monde diffuser de la pornographie pendant 24 minutes. Et pas du soft porn. Du graphique, avec violence verbale et physique. Joel Embiid a joint les paroles aux actes pour montrer à Andre Drummond qu'il possédait effectivement tout un parc immobilier dans son cerveau. A la pause, l'affreux Jojo était à 32 points en visant quasi exclusivement Drummond et en le faisant sortir du match, autant au sens propre (trop de fautes) que figuré (il n'y était plus mentalement).

- Heureusement, Drummond a pu compter sur le renfort d'un pote, venu laver un peu l'humiliation. Les Pistons ont perdu, mais Blake Griffin a répondu au défi lancé par Embiid en maintenant Detroit dans le match et en claquant 38 points, 13 rebonds et 6 passes.

- Quand on vous disait que le plus impressionnant chez Trae Young c'était sa vision de jeu et sa qualité de passe... 15 offrandes pour le rookie des Hawks lors de la victoire d'Atlanta face à une équipe de Miami en gros manque de confiance. Pour ne rien gâcher, Young a agrémenté cette trae trae belle nuit de 24 points et 6 rebonds.

- Après 16 matches de suite sans gagner contre Portland, la 17e a été la bonne pour les Lakers, qui ont éteint le début d'incendie inutile lancé par Magic Johnson la veille.

- LeBron a statistiquement fait le job : 28 points, 7 passes et 5 rebonds. Mais on retiendra surtout le 3e quart-temps réussi par les Lakers et leur second unit. Rajon Rondo, Lance Stephenson, Josh Hart, "KCP", Ivica Zubac ont tous fait un sacré chantier et complètement fait vriller les Blazers.

- JaVale McGee continue d'être le meilleur Laker de ce début de saison, ou en tout cas le plus impactant. Walton le fait rarement jouer au-delà d'une demi-heure pour le préserver, mais c'est nettement suffisant. L'ex-star du Shaqtin'a Fool a compilé 12 points, 9 rebonds et 6 contres cette nuit. Son plus grand exploit ? Avoir réussi à contaminer LeBron en défense, lui qui n'avait plus tenté de contre depuis 3 ans...

- Casse la démarche comme Josh Hart ! L'équilibre de l'excellent remplaçant des Lakers est assez surhumain sur ce coup-là pour garder la balle en jeu.

- Un conseil pour les Blazers pour remporter un match de basket en 2018 : ne pas shooter à 6/35 à 3 points.

- James Harden était de retour pour les Rockets cette nuit. Même s'il était à 50%, le MVP en titre a fait un bien fou à son équipe. Face au Bulls, ses 25 points (11 dans un run décisif dans le 3e quart-temps) ont permis à Houston de l'emporter. On notera que les Texans n'ont pris que 88 points, ce qui permet de faire baisser leur moyenne de points encaissés par match depuis le début de saison à 328 points.

- San Antonio a beau avoir perdu un paquet de cadres et de tauliers ces dernières années, rien n'y fait. L'ADN reste. Quels que soient les joueurs lancés par Pop sur le parquet, ça exécute. Ça joue propre. Ça ne fait rien de superflu. Les Pelicans l'ont appris à leurs dépens, malgré la présence d'Anthony Davis, pas dans son assiette après un énième retour de petite blessure. Au-delà des deux stars Aldridge et DeRozan, tous les soutiers texans ont fait un boulot admirable, de Dante Cunningham à Patty Mills. Ce n'est que le début de saison, mais on se demande déjà comment on a pu douter une seconde que les Spurs allaient jouer les playoffs. That's what Pop does.

- Le départ canon des Nuggets se confirme. Même avec un adversaire supposément rugueux et dur à manoeuvrer comme le Jazz, Denver a fait le boulot à la maison. On est un peu inquiets de la forme du moment des hommes de Quin Snyder en revanche. Donovan Mitchell a vraiment du mal à retrouver son adresse (7/22 cette nuit), Joe Ingles ne nous a pas fait fredonner "Land Down Under" depuis au moins 15 jours et Rudy Gobert ne peut décemment pas tout faire. Résultat, le Jazz est en négatif et en retard sur son tableau de marche.

- 16 passes décisives pour Nikola Jokic, record en carrière. Le type est effrayant.