128 ORL
114 PHO
103 DET
127 MIL
106 CHA
91 GSW
118 ATL
130 BKN
112 BOS
93 MIA
106 CHI
99 MEM
100 OKC
107 IND
121 DAL
114 MIN
96 UTA
121 LAL
127 POR
116 SAC

D’Angelo Russell aux Warriors, juste de l’intérim

Antoine PimmelPar Antoine PimmelPublié

Transféré aux Golden State Warriors, D’Angelo Russell pourrait bien rebondir ailleurs dans les prochains mois. Explications.

Les deux premières journées de la Free Agency NBA étaient pleines de surprises. La signature de D’Angelo Russell aux Golden State Warriors, pour 117 millions sur quatre ans, a pris tout le monde de court. L’un des mouvements les plus inattendus de l’intersaison jusqu’à présent. Personne ne l’imaginait rejoindre les quintuples finalistes. S’en sont suivis de nombreux questionnements sur son rôle ou même son avenir à San Francisco – où l’équipe va déménager cet été.

Le transfert n’était même pas encore validé que l’insider Marc Stein insistait sur le fait que « D-Lo » ne resterait pas longtemps dans la Bay. Il y a déjà des rumeurs d’un possible échange, éventuellement avec les Minnesota Timberwolves. Mais le jeune meneur ne peut pas être expédié ailleurs avant le 15 janvier prochain. Sauf retournement de situation, il commencera donc la prochaine saison sous les couleurs des Dubs. Reste à savoir combien de temps il portera cette tunique.

Toutes ces questions et ces spéculations ont principalement pour origine le fait que le profil de Russell ne correspond pas vraiment à l’ADN des Warriors version Steve Kerr. OK, l’ancien joueur des Brooklyn Nets est capable d’évoluer sans le ballon et de mettre dedans de loin (37% derrière l’arc l’an dernier). Mais ça reste un attaquant très attiré par la gonfle et qui brille essentiellement sur pick-and-roll. Un schéma duquel Kerr a essayé de s’éloigner le plus souvent possible. Pour information, Russell a joué plus de pick-and-roll à lui tout seul que l’ensemble des joueurs des Warriors lors de l’exercice écoulé

Mais cette arrivée est peut-être aussi le signe d’une évolution imminente à Golden State. L’année à venir a tout d’une saison de transition. C’est la première qui suit le départ de Kevin Durant. Clairement pas anodin après trois finales et deux titres amassés sous l’impulsion du meilleur joueur du monde. Andre Iguodala, âme du groupe, a été transféré pour dégager de la masse salariale. Plusieurs joueurs du banc ne seront pas reconduits. Et en plus de ça, Klay Thompson sera absent pendant plusieurs mois – peut-être même toute la saison. Une nouvelle ère… temporaire.

Ce changement d’identité peut s’accompagner pour le moment d’un changement de style. Stephen Curry et D’Angelo Russell seront aux commandes du navire. Avec sans doute beaucoup plus de picks-and-roll à jouer. Steve Kerr et ses assistants ont un challenge devant eux : modifier légèrement leur méthode, comme d’autres grands coaches l’ont fait par le passé. C’est ainsi qu’une équipe s’inscrit dans la continuité. Gregg Popovich en sait une chose ou deux. Une manière de rentrer dans le rang après cinq saisons incroyables tout en restant compétitifs à l’Ouest.

Et le tout sans faire perdre de la valeur à Russell. Il peut former avec Curry un duo similaire à celui des Portland Trail Blazers, où les pistoleros C.J. McCollum et Damian Lillard se partagent la gonfle. Un tandem fantastique qui a ses lacunes et ses limites. C’est léger en défense. Ça le sera aussi aux Warriors. Mais encore une fois, ce n’est peut-être que la préparation pour quelque chose de plus grand.

Récupérer D’Angelo Russell, c’est d’abord un moyen de s’assurer de ne pas perdre Durant sans contrepartie. KD a été classe en acceptant de négocier un « sign&trade », même si ça ne lui coûtait pas grand-chose. Et là, c’est une sacrée contrepartie : un jeune meneur (23 ans), déjà All-Star, sous contrat pour quatre ans et convoité sur le marché ! Même si sa cote venait à baisser dans les prochains mois, il représente un asset très intéressant en cas d’échange. Les Warriors sont bien armés pour le moment où ils voudront reconstruire leur effectif de manière plus cohérente.

Parce que ça semble évident : Russell ne peut pas coller sur le long terme. Un backcourt avec Stephen Curry et lui présente bien trop de faiblesses défensives. Sans même évoquer le fait que le jeune homme aspire sans doute à plus qu’un rôle de troisième option. Son contrat complique aussi la donne pour Draymond Green, libre en 2020. Les Warriors voudront bâtir autour de leur noyau dur, à savoir autour de Curry, Klay et Dray. On peut parier qu’ils échangeront donc « D-Lo » à ce moment-là. Entre janvier et juillet donc.