Draymond Green : « Wiggins n’est pas un p***** de clochard »

Dans quelques mois, Andrew Wiggins devra trouver sa place au milieu de trois futurs Hall of Famers pour aider Golden State à retrouver son standing.

Shaï MamouPar Shaï Mamou  | Publié
Draymond Green : « Wiggins n’est pas un p***** de clochard »

Andrew Wiggins a quelques mois pour prendre ses marques à Golden State et montrer aux tauliers des Warriors qu'il peut les aider à ramener la franchise au sommet. Débarqué avant la deadline dans un trade avec les Minnesota Timberwolves, le Canadien peut compter sur le soutien de Draymond Green, le seul cadre historique en mesure de jouer pour le moment, en attendant les retours de Stephen Curry et Klay Thompson.

"On a envie de l'aider à atteindre son potentiel, quel qu'il soit. Ce n'est pas comme si il fallait qu'on lui prenne la main pour l'aider à marcher. Ce mec tourne à 20 points de moyenne dans cette ligue depuis 3 ou 4 ans. On ne parle pas d'un putain de clochard", a expliqué Green sur ESPN.

Personne ne dit qu'Andrew Wiggins ne sait pas jouer au basket. On se demande simplement si le fit sera bon et si une pression moins importante sur ses épaules qu'à Minneapolis lui permettra de s'exprimer au mieux. Le n°1 de la Draft 2014 n'est pas devenu le two-way player d'exception que ses qualités athlétiques laissaient supposer. Chez les Wolves, où il n'est pas responsable de tous les maux, on a eu un petit aperçu de ce qu'il pouvait faire comme troisième option. Pendant quelques mois, il a collaboré avec Karl-Anthony Towns et Jimmy Butler, sans réussir franchement à se distinguer.

En revanche, sous cette version, Minnesota a atteint les playoffs. C'est déjà ce que viseront les Warriors dans un premier temps la saison prochaine après avoir probablement bouclé celle-ci à la toute dernière place de la ligue. Chez les Wolves, durant cette fameuse période, beaucoup ont blâmé Tom Thibodeau pour le manque de cohérence de ses stratégies offensives. Andrew Wiggins était finalement assez peu impliqué, même pour une troisième option, tant Butler, Towns et même Teague, avaient besoin du ballon pour s'exprimer.

Le leadership et l'expérience d'un Stephen Curry, le fait que Klay Thompson évolue dans un registre plus éloigné du ballon, l'altruisme indéniable de Draymond Green et le fait que Steve Kerr demande des choses claires, précises et qui ont fait leurs preuves à ses joueurs, devraient aider Andrew Wiggins à s'épanouir davantage.

On a vraiment hâte de retrouver les Warriors en full force. Les voir derniers du classement et sans les Splash Brothers, ça fait quand même mal au coeur. L'Ouest et la ligue en général ont besoin de les voir profiter de leurs dernières bonnes années pour concurrencer les équipes de Los Angeles, entre autres...

Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest