93 ORL
98 TOR
96 IND
104 BOS
120 OKC
108 POR

Dwyane Wade, des adieux en beauté à Miami

BasketSessionPar BasketSession Publié

Dwyane Wade a joué cette nuit son dernier match au sein de l'American Airlines du Miami Heat. Une soirée forcément spéciale.

« Ce sera chez moi à tout jamais. » Dwyane Wade n’a pas tort quand il parle de South Beach. Du Miami Heat. De l’American Airlines Arena. Tout ce qui constitue le territoire baptisé « Wade County » en hommage à l’athlète le plus adulé de l’Histoire de la ville. C’est sa maison. Son public. Des supporters qui lui ont donné tout leur amour une dernière fois cette nuit. C’était une soirée spéciale pour ‘Flash’ en Floride cette nuit. Parce que c’était sa dernière à domicile en NBA. Une dernière sortie dans sa salle avant la retraite. Et pour conclure en beauté, le futur Hall Of Famer a inscrit 30 points lors de la victoire contre les Philadelphia Sixers (122-99).

L'ovation pour Dwyane Wade

« Cette ville m’a fait grandir. Cette ville signifie tout pour moi », ajoutait le héros du peuple.

La soirée a débuté par une vidéo en hommage à Dwyane Wade. Classique. Moment émouvant à l’américaine qui fonctionne toujours, il faut l’avouer. Sa femme, Gabrielle Union, était là. Son fils aîné, Zhaire Wade, était au centre du terrain. Le triple-champion NBA a alors salué tous ses coéquipiers cette saison, même ceux qui ont été coupés ou transférés. Tous ceux qui ont partagé sa « dernière danse ». Puis place au show avec donc ce dernier carton à 30 points. Pour partir sur la plus belle des notes.

Drafté par le Heat en 2003 (cinquième choix), il aura fait vibrer le public jusqu’en 2016. Avec quelques moments cultes. Le titre de 2006, quand il a marché sur l’eau pendant les finales, puis ceux de 2012 et 2013 avec LeBron James et Chris Bosh. Il y a aussi eu les années creuses, celles où il a magnifié une équipe parfois à peine plus que moyenne de Miami. Il est parti pour Chicago, sa ville natale, en 2016 et il est revenu en février 2018. Histoire de finir à la maison. Comme une légende.