Encore une démonstration de Giannis Antetokounmpo

Encore une démonstration de Giannis Antetokounmpo

Opposé à LeBron James et Anthony Davis, Giannis Antetokounmpo a livré un récital (34 points) pour mener ses Bucks à bout des Lakers (111-104) hier soir.

Antoine PimmelPar Antoine Pimmel | Publié

C’était le choc des titans en NBA. Une affiche entre les deux mastodontes du championnat. Les Bucks et les Lakers affichaient exactement le même bilan, impressionnant, avant le coup d’envoi : 24 victoires et 4 défaites. C’était donc une lutte pour la suprématie du basket Nord-Américain. Peut-être même un avant-goût des finales en juin prochain. Et s’il y a un constat à tirer, c’est celui de la domination de Giannis Antetokounmpo. Le Grec peut se revendiquer comme l’un des deux ou trois meilleurs joueurs (voire le meilleur selon le point de vue) du monde depuis deux ans et il s’est comporté comme telle cette nuit.

Il a guidé Milwaukee vers une nouvelle victoire de prestige contre Los Angeles. Après avoir envoyé les Clippers au tapis par deux fois cette saison, la franchise du Wisconsin a donc pris le dessus sur les Lakers hier soir (111-104). Et de quelle manière ! Antetokounmpo, nouveau souverain de la Conférence Est, a attaqué ses adversaires à la gorge d’entrée. Il n’a pas laissé de répit aux défenseurs californiens. Aucun d’entre eux n’a trouvé de solution devant le problème Giannis.

En réalité, il n’y a de toute façon pas de formule miracle pour arrêter un athlète aussi incroyable. Surtout quand il met dedans de loin. Le MVP en titre a confirmé ses progrès actuels à trois-points en plantant 5 tirs primés. Son record en carrière ! Il a puni à chaque fois que la défense daignait reculer d’un pas pour lui fermer l’accès au panier. 5 paniers longue distance en 8 tentatives. La confirmation de son évolution : il pointe à 44% de réussite derrière l’arc sur le mois de décembre. Le fruit d’un travail acharné d’un joueur qui ne se repose pas sur ses lauriers.

« Je pense que le plus important c’est de rester humble. C’est difficile de gagner 60 matches et d’être élu MVP. (…) Je n’étais pas censé en arriver là. Je n’étais pas un premier choix de draft comme LeBron James ou Anthony Davis. Je veux toujours faire mieux, travailler et progresser. »

Giannis Antetokounmpo est pourtant l’égal de LeBron James et Anthony Davis dans la hiérarchie NBA aujourd’hui. Il est peut-être même au-dessus. En tout cas, sur ce match, il était au-dessus des deux superstars californiennes avec 34 points, 11 rebonds et 7 passes au compteur en plus de la victoire. Et s’il se met à vraiment progresser aux tirs – l’échantillon est encore faible – ça peut faire des ravages.

« Giannis passe énormément de temps à bosser l’été. Je pense que même ses adversaires se rendent compte qu’il peut encore progresser », témoigne son coach, Mike Budenholzer.

En attendant, le ‘Greek Freak’ donne déjà masterclass sur masterclass. Quel crack.

Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest