Ils vont marquer 2018

BasketSessionPar BasketSession Publié

En NBA ou ailleurs, ces acteurs du basket mondial vont faire parler d'eux en 2018 et vivre 12 mois particulièrement riches. Voici notre sélection.

LeBron James

LeBron James marque toutes les années de basket de son empreinte. Il sera encore le centre d'attention à partir du mois de juin, au sortir de ce qui pourrait être sa 8e participation consécutive à des Finales NBA. On ne parlera alors plus que de l'acte II de "The Decision", qui le verra soit jurer fidélité à Cleveland, soit quitter l'Ohio et bouleverser à nouveau l'échiquier de la ligue. C'est peut-être aussi l'année où il décrochera son premier titre de MVP de la saison régulière depuis 5 ans, histoire d'égaler Michael Jordan avec un cinquième trophée individuel.

Luka Doncic

On l'avait mis dans notre liste de ceux qui marqueront 2017. Mission accomplie, vu ce qu'il a fait avec la Slovénie et le Real Madrid. Pour autant, on pense qu'il va faire au moins autant parler de lui en 2018. Peut-être en étant le n°1 de la prochaine Draft après avoir remporté l'Euroleague et avoir été MVP du Final Four ? Sky is the limit pour Luka Doncic.

Becky Bonner

Que ce soit pour cette année ou un peu plus tard, celle qui a fait l'objet d'un excellent article d'Howard Beck chez Bleacher Report a tout pour devenir la première femme avec un poste exposé en NBA. Il se murmure que son arrivée au poste de General Manager, à Orlando où elle exerce déjà, ou ailleurs, n'est qu'une question de mois. Au cas où vous vous le demanderiez, oui, c'est bien la soeur de Matt Bonner, le Red Mamba.

Donovan Mitchell

On pensait la course au rookie de l'année déjà terminée avec le trophée dans la poche de Ben Simmons. Donovan Mitchell se fait un malin plaisir d'entretenir le suspense et il devrait continuer de monter en puissance sur les quatre premiers mois de 2018 au minimum, pour confirmer qu'il est bien une star de la ligue en puissance. Le garçon a de la personnalité, de la gnaque et de sacrées qualités de finisseur. Il va divertir tout le monde à Salt Lake City, mais pas que...

Zion Williamson

Si vous vouliez savoir qui sera le premier choix de la draft 2019, vous pouvez arrêter de chercher et vous poser tranquillement devant YouTube pour le voir détruire de pauvres lycéens innocents, match après match. Le phénomène Zion Williamson (cf. REVERSE #62) est en marche et rien ne semble pouvoir l’arrêter. Chacune de ses sorties enflamme les réseaux sociaux et ESPN l’a déjà désigné comme un futur first pick. Il lui reste encore quelques mois avant de faire son choix universitaire et pour prouver que toute cette hype repose sur quelque chose de solide. C’est cool de devenir une célébrité du jour au lendemain et devenir pote avec Drake ou Stephen Curry, mais la pression qui accompagne ce type de trajectoire en a fait exploser plus d’un en vol.

Kyrie Irving

En 2018, on aura une idée encore plus précise sur la réussite du projet d'émancipation de Kyrie Irving. Jusque-là, tout va bien. Son intégration à Boston s'est faite à merveille et les résultats suivent. Mais la vraie réponse interviendra en playoffs, lorsqu'il faudra passer la seconde et montrer qu'il est capable d'emmener les Celtics jusqu'au bout, avec probablement LeBron James et les Cavs sur sa route. Pour ne rien gâcher, son film "Uncle Drew" sortira justement en 2018.

Sam Presti

On le sait, la fenêtre de tir est très courte pour le Thunder. En juin 2018, Paul George et Carmelo Anthony seront free agents et tout sera à recommencer ou presque pour Sam Presti. Cette année sera du coup pour le General Manager du Thunder une nouvelle façon de montrer son talent. Il a toujours le chic pour surprendre. Que ce soit en montant une équipe de A à Z via la Draft pour l'emmener en Finales NBA quatre ans plus tard seulement ou en décrochant des signatures inattendues.

Kristaps Porzingis et Frank Ntilikina

Le premier va peut-être ramener les Knicks en playoffs pour sa première saison en tant que franchise player. Le second va sans doute déloger Jarrett Jack du cinq et montrer, encore plus, ce qu'il a dans le ventre. Particulièrement à LeBron James, qui va apprendre à mieux connaître le French Prince en 2018 pour leur prochaine rencontre...

DeMarcus Cousins

En 2018, et ce pour la première fois de sa carrière, DeMarcus Cousins aura l’occasion de choisir sa nouvelle équipe. Une opportunité pour enfin se caser au sein d’une franchise avec laquelle il est sur la même longueur d’onde. Mais avant ça, il peut aider New Orleans (où il peut aussi prolonger) à enfin décoller. S’il cartonne, les Pelicans ont une chance de décrocher les playoffs. S’il continue de s’auto-saboter en pétant constamment des plombs, l’équipe de Louisiane va droit dans le mur. D’ailleurs, il ne serait pas étonnant que les dirigeants testent au moins sa valeur sur le marché si jamais les choses venaient à tourner au vinaigre avant le mois de février… et qu’Anthony Davis commençait à donner des signes d’impatience.

Adam Silver

Quand MJ a pris sa retraite, beaucoup se demandaient si la NBA pourrait s’en remettre. Elle a largement su le faire, confirmant que son développement relevait tout autant du talent de David Stern que des skills indécents du GOAT. Quand le commish’ s’en est allé, les mêmes questions ont émergé. Mais Adam Silver a réalisé depuis un sans-faute. Cette année 2018 devrait le faire entrer dans le Panthéon du sport américain. Entre les réformes du All-Star Game et de la Draft, la réflexion sur l’abolition des conférences pour les playoffs ou ces foutues pubs sur les maillots, il est parti pour révolutionner la ligue comme personne avant lui. Oubliez LBJ et KD, cette année le MVP sera un binoclard à tête de croque-mort.

Marvin Bagley

Et si on vous disait dès maintenant que Duke serait champion au terme du Tournoi NCAA avec Marvin Bagley en MOP (Most Outstanding Player) ? David Robinson le compare à Tim Duncan et le eye test est plus qu'impressionnant pour l'instant...

Jason Kidd

Jason Kidd va entrer au Hall of Fame en 2018 et donner l'occasion à ceux qui ne l'ont pas vu jouer de se replonger sur ses années en NBA. Pour ne rien gâcher, il va sans doute emmener à nouveau les Bucks en playoffs avec cette fois une vraie chance de passer le 1er tour.

Les Bleues

Elles vont aller chercher une médaille d'argent au Mondial 2018 en Espagne après avoir battu la Roja en demi-finale devant son public et tout se passera bien.

Boris Diaw

Quand il va annoncer qu'il raccroche pour se lancer dans la course à la présidence à la FFBB et justifier son surnom...