Indiana – Miami, « le match de la peur »

Alors que les deux équipes traversent une mauvaise passe, le Miami Heat et les Indiana Pacers s'affrontent mercredi prochain. Avec l'interdiction de perdre.

Antoine PimmelPar Antoine Pimmel | Publié  | BasketSession.com / MAGAZINES / Focus
Indiana – Miami, « le match de la peur »
Visionnaires ou pas, les éminences grises de la NBA ont idéalement programmé une affiche alléchante entre les Indiana Pacers et le Miami Heat ce mercredi, à quelques semaines seulement des playoffs. Plus qu’un « remake » des dernières finales de Conférence (remportée 4-3 par les Floridiens), il s’agit d’un choc entre deux équipes favorites au titre. Est-ce vraiment un hasard si les deux meilleures franchises de la Conférence Est s’affrontent au moment même où les grosses cylindrées sont censées monter en puissance ? La ligue raffole des finales avant l’heure et, à priori, Indiana et Miami sont destinés à se retrouver à nouveau au mois de mai, pour une revanche. En mars, alors que le tournoi universitaire fait tourner les têtes (Hors sujet : pensez à checker le classement du groupe BS sur ESPN avec ce lien, bravo à ceux dont le bracket est quasi parfait jusqu’à présent !), les candidats au sacre NBA montent en régime et pratiquent leur meilleur basket. Les San Antonio Spurs, lancés sur une série de 13 victoires consécutives, en sont le parfait exemple. La ligue envisageait donc-t-elle un affrontement au sommet entre Pacers et Heat ? Après deux premières confrontations plutôt anodines (deux matches en décembre, une victoire chacun), cette troisième manche était censée donner de nouvelles indications sur les forces en présence dans chaque camps. Le plan a échoué. Ou presque. En effet, le Miami Heat et les Indiana Pacers traversent une période difficile. Après avoir plus ou moins dominé leur sujet, les doubles-champions en titre se sont inclinés à sept reprises lors de leurs onze derniers matches. De son côté, Indiana, impérial en début de saison, a baissé le rythme et a déjà perdu six rencontres (dont quatre à la suite) en mars. Justement, cette mauvaise passe des deux franchises pourrait donner un tout autre enjeu à cette rencontre. Si les coaches auraient pu être tentés de « se cacher » pour ce choc (en cas de spirale positive), ils vont désormais devoir redonner confiance à leurs troupes. Pour cela, une victoire face à leur plus grand rival (Indiana ou Miami, selon le point de vue) est primordiale.

Les mésaventures d’Indiana George

5 mars 2014, Charlotte, Caroline du Nord. Paul George quitte le parquet la tête baisse, la queue entre les jambes [insérez une blague ici]. La star des Indiana Pacers n’a pas rentré un seul de ses neuf shoots et a terminé la partie avec deux petits points, sept rebonds et une passe décisive. Alors que LeBron James et Carmelo Anthony ont tous les deux passé plus de 60 pions à la bonne défense des Bobcats, George s’est éteint face à Michael-Kidd Gilchrist. Celui qui était présenté comme un candidat au titre de MVP en début de saison a l’air fatigué. La veille, il avait planté 26 points sur la tête des Warriors mais les Pacers se sont tout de même inclinés. Cette rencontre face à Charlotte était en fait un signal. Paul George est en délicatesse avec son shoot. Depuis cette défaite face aux Bobcats, le Californien est descendu sous les 37% de réussite aux tirs (36,8). Et ce sont tous les Pacers qui souffrent en attaque. Lors du dernier match, face aux Grizzlies, George n’a inscrit que 8 pions. Son équipe a été limitée à 71 points. Nouvelle défaite.
« On a très bien joué. On a limité Memphis à 82 points (les Grizzlies n’ont jamais gagné leur match en attaque…) mais c’est en attaque que l’on a mal joué. On a jamais su trouver notre rythme », expliquait Paul George après la rencontre.
Leur rythme, les Indiana Pacers l’ont perdu depuis un petit moment. La balle circule moins, les stars tentent des tirs forcés, les réservistes sont moins impliqués en attaque, etc. Les hommes de Frank Vogel ont passé la barre des 100 points à seulement trois reprises durant le mois de mars, face à trois équipes sujettes au « tanking » : Boston, Detroit et Philadelphie. Les Pacers inscrivent en moyenne 100,6 pts sur 100 possessions en mars (tout en encaissant 101,3 pts) alors qu’ils tournent à 102,2 pts inscrits (et 95,5 pts encaissés) sur l’ensemble de la saison. La franchise a-t-elle lancée son sprint trop tôt ? Etincelant en début d’année, les Pacers semblent fatigués et à la recherche d’un second souffle.

Miami sans défense

Quoi de mieux pour se relancer que d’affronter la défense poreuse du Miami Heat ? Véritable point fort du groupe d’Erik Spoelstra depuis maintenant trois saisons, la défense des Floridiens est aux abonnés absents depuis un bon moment. Miami ne figure même pas dans les dix meilleures défenses de la NBA cette saison. Chris Bosh et LeBron James ont d’ailleurs multiplié les coups de gueule suite aux mauvaises performances de leur équipe.
« On est nul. On joue sans passion, sans rien. On doit remonter la pente », s’exprimait l’intérieur All-Star après une nouvelle défaite du Heat face à des Pelicans d’un Anthony Davis complètement déchaîné.   « Nous sommes tous frustrés. Il faut que l’on soit tous sur la même longueur d’onde. Je ne sais pas ce que l’on doit faire mais il faut trouver une solution, » ajoute  le "King".
La déclaration de LeBron James rappelle celles de Carmelo Anthony après chaque défaite des New York Knicks entre novembre et février. Inquiétant. Le Heat s’est fait balayé par Houston avant de prendre une leçon face aux Spurs et de s’incliner face à des Bulls combatifs au début du mois de mars. Brooklyn a infligé à LeBron James et sa bande une nouvelle défaite (les Nets ont remporté leurs trois confrontations face au Heat). Les Nuggets ont tapé Miami dans la foulée. Même les Celtics et les Pelicans ont battu les favoris pour le titre ce mois-ci. Hormis face à Brooklyn et Chicago, deux équipes à la philosophie défensive, Miami a toujours encaissé plus de 100 points lors des revers mentionnés ci-dessus. Les adversaires du Heat plantent en moyenne 107 points sur 100 possessions ce mois, ce qui fait de Miami l’une des dix plus mauvaises défenses de la ligue.

Pas de panique ?

Les deux équipes refusent de céder totalement à la panique pour autant. Les Indiana Pacers sont sûrs de leur capacité et le Miami Heat a l’expérience de la victoire. En quatre années passées ensemble, les trois superstars (James-Bosh-Wade) et leurs compagnons ont connu des moments de crise. Ils ont appris à redresser la barre. Une série de défaites peut même avoir un effet positif sur certaines équipes.
« Ce n’est pas toujours une mauvaise chose car cela peut réveiller votre groupe et le reconcentrer avant les playoffs », assure Mike Brown, futur-ex-ancien coach des Cleveland Cavaliers et ancien assistant des San Antonio Spurs. « Mais vous ne voulez pas non plus que le doute s’installe dans la tête de vos joueurs. »
Pour éviter que le doute s’installe trop durablement, il serait nécessaire pour chaque équipe de remporter le choc de mercredi soir. « Le match de la peur », le titre est un poil sensationnaliste mais les conséquences de la défaite dépasseront peut-être le cadre de la saison régulière pour le vaincu…
Afficher les commentaires (36)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest