Jayson Tatum, jeune boss prêt à défier un géant

Antoine PimmelPar Antoine PimmelPublié

Vraiment étincelant depuis quelques matches, Jayson Tatum commence à prendre ses marques en playoffs et à dominer. LeBron James, le meilleur joueur du monde, se présente désormais devant lui.

Jayson Tatum ne cesse de répéter depuis le début des playoffs qu’il n’a pas « pas de pression ». Il a beau être dans l’inconnu, le minot continuer de jouer comme s’il avait déjà trois ou quatre années de basket NBA dans les jambes (et dans la tête). Impressionnant. Et surprenant. Nouvel exemple cette nuit. Il a inscrit 25 points pour achever les Philadelphia Sixers et ainsi valider la qualification des Boston Celtics pour les finales de Conférence. Il est seulement le troisième joueur de 20 ans ou moins à marquer plus de 25 points pour conclure une série de playoffs. Les deux autres étant Magic Johnson et Tony Parker. De quoi classer un (jeune) homme. Plus fort encore, il reste sur sept matches consécutifs à 20 points ou plus. La deuxième plus longue série de l’Histoire pour un rookie en playoffs.

Il a vraiment pris le pli. Il est dans le rythme de la compétition. Et devient de plus en plus difficile à freiner. C’est comme si le jeu s’était ralenti pour Tatum, dont la technique, l’agilité et la puissance prennent le dessus sur ses vis-à-vis soir après soir. Il était d’ailleurs le meilleur joueur sur le terrain au cours de ces demi-finales de Conférence Est remportées par Boston. (Bon, en réalité, Al Horford était sans doute le basketteur le plus déterminant de la série mais l’intérieur est continuellement sous-estimé et donc, par malhonnêteté intellectuelle et pour le but de cet article, nous avons volontairement oublié le grand Al ; sans pour autant manquer de la saluer : respect champion.) Il était en tout cas le joueur le plus prolifique en attaque avec 23,6 points par match à 52% de réussite.

Et le tout en étant donc un débutant de 20 berges. Donovan Mitchell et Ben Simmons, les deux favoris pour le ROY, peuvent continuer à s’envoyer des piques à distance et à débattre sur la vraie définition d’un rookie. Jayson Tatum a été le meilleur d’entre eux sur ce second tour et il est le seul à avoir porté son équipe jusqu’aux finales de Conférence. Cette équipe de Boston est stupéfiante. Elle est parvenue à faire aussi bien que l’an dernier malgré les départs d’Isaiah Thomas, Avery Bradley et Jae Crowder (transferts) – tous des cadres en 2016-2017 – puis les forfaits de Kyrie Irving et Gordon Hayward (blessures). Et ça, le troisième choix de la draft y est pour beaucoup.

Il monte en puissance. Il s’est donc mis en condition pour un duel autrement compliqué. LeBron James, superstar parmi les superstars. Un duel poste pour poste. Avec sans doute quelques confrontations directes dans le lot, même si les Celtics vont certainement se relayer à plusieurs pour défendre sur le King. Pour Jayson Tatum, c’est là le défi ultime pour conclure – a priori – cette première campagne de playoffs très prometteuse. Les débuts d’un futur très grand.

Les 25 points de Jayson Tatum contre Philadelphie