Quels Free Agents pour venir aider Kawhi Leonard aux Spurs ?

Antoine PimmelPar Antoine PimmelPublié

Kawhi Leonard a besoin d'un coup de main aux San Antonio Spurs. Zoom sur ces joueurs que la franchise doit recruter.

Les San Antonio Spurs ont quitté les playoffs par la petite porte, balayés en quatre manches sèches par les Golden State Warriors en finales de Conférence. S’il a bien un constat évident à cette campagne, c’est la très forte dépendance des Texans à leur superstar Kawhi Leonard. Sa blessure dans le Game 1 a probablement changé le destin de la série. A +21 dans le troisième quart temps au moment où sa cheville s’est à nouveau tordue, les éperons ont fini par lâcher le match et par perdre les trois suivants en son absence.

Mais même avec Leonard, les Spurs n’étaient de toute façon pas favoris. Parce qu’il a beau être l’un des quatre meilleurs joueurs du monde, le candidat au MVP était globalement esseulé cette saison. (Peut-être même l’un des trois meilleurs joueurs du monde ?). Si San Antonio veut vraiment jouer autre chose que les places d’honneur à l’Ouest, la direction va devoir mieux entourer son joyau. (Ou alors l’un des deux meilleurs joueurs du monde ?). A Gregg Popovich et R.C. Buford de faire le boulot.

Mais en attendant l’intersaison, nous avons essayé de décrypter quels seraient les renforts les plus intéressants pour la franchise. Déjà, la première consiste à savoir quels sont les profils de joueurs à cibler. Donc à se demander ce que Kawhi Leonard fait bien (un peu tout) et ce dont il a besoin autour de lui.

Le double-lauréat du trophée de DPOY s’est peu à peu métamorphosé en version moderne de Kobe Bryant. C’est un scoreur hors pair – presque 26 points par match à 48% dans le champ et 38% à trois-points – capable de marquer avec efficacité dans plusieurs situations. Offensivement, il est l’un des joueurs les plus complets de la NBA. Et ce malgré son étiquette de défenseur d’élite. Ce n’est pas un « 3 and D » mais bien un pur attaquant. Il excelle pour scorer après deux, trois dribbles tout comme il est à même de faire la différence au poste-bas dos au panier ou à shooter de loin après avoir réceptionné son shoot.

Kawhi Leonard peut jouer sans le ballon mais il crée de plus en plus de jeu. C’est une donnée importante pour les prochaines emplettes des Spurs. Notamment dans la recherche du principal poste à renforcer.

Un meneur de haut standing pour les San Antonio Spurs

Tony Parker a été excellent lors du premier tour des playoffs contre les Memphis Grizzlies. Il s’est affirmé comme la seconde lame offensive dont les éperons avaient besoin pour se qualifier. Il a joué le rôle de l’agresseur à merveille tout en se montrant adroit de loin. Mais avec une grave blessure au genou, plusieurs mois d’absence et une rééducation plus difficile à négocier vu son âge (35 ans), le Français peut de moins en moins assurer ce rôle de cadre. C’était déjà l’une des grandes questions en début de saison. TP est un futur Hall Of Famer mais il est à un nouveau stade de sa carrière. Son rôle a même déjà évolué. Vu son indisponibilité, il est très fort probable que San Antonio mise sur un meneur cet été.

Et il faudra bien choisir. De nombreuses stars sur le poste sont disponibles cet été, de Kyle Lowry à Chris Paul. Les deux sont pressentis pour signer un contrat au montant maximum et CP3 devrait rester du côté de Los Angeles. Investir autant d’argent pour un All-Star comme Lowry n’est pas forcément l’idée la plus judicieuse non plus pour les Spurs. Il y a déjà un joueur défaillant en playoffs dans cet effectif, autant ne pas en ajouter en deuxième.

George Hill

Petite pique mises à part, un autre joueur correspond mieux au profil idéal pour le cinq de départ. Un ancien de la maison. George Hill. Kawhi Leonard a donc de plus en plus la balle en main – 4,6 passes décisives de moyenne en playoffs – et il est important de l’associer avec un meneur capable d’évoluer sans la gonfle. Il est aussi primordial de pouvoir compter sur un bon défenseur à la mène vu la prolifération des scoreurs sur cette position.

Hill est plus grand que la plupart des meneurs (1,88) et il a déjà été utilisé sur les deux postes du backcourt. C’est un honnête playmaker et un shooteur assez dangereux de loin pour étirer la défense. Idéal pour offrir plus d’espaces à Kawhi Leonard. A 31 ans, il a sorti la meilleure saison de sa carrière avec 16,9 points à 47% et 40% de réussite derrière l’arc pour sa première année au Jazz.

Le vétéran a déjà fait part de son désir de rester à Salt Lake City. A condition que Gordon Hayward reste aussi au bercail… ce qui n’est pas encore assuré, même si cette option reste la plus probable. Le Jazz va avoir un paquet de joueurs à payer dans les années à venir et les dirigeants vont devoir faire des choix. Il n’y aura pas de place pour tout le monde. Conserver Hill est évidemment une priorité. Même avec Dante Exum en sein de l’effectif. Mais les Spurs ont tout intérêt à essayer de se positionner. Même quitte à lâcher une vingtaine de millions de dollars pour le meneur.

Jrue Holiday est une autre alternative. Dans l’idée, il a lui aussi cette capacité à jouer avec ou sans la balle. Mais il est tout de même un cran en-dessous de George Hill.

Le jeune Dejounte Murray pourrait lui monter en grade. Il a montré quelques belles choses pendant les playoffs. Il est prêt à avoir un rôle un peu plus important que simple chauffeur de banc au sein de la rotation de Gregg Popovich. Surtout que Patty Mills est FA.

Danny Green, complément parfait de Kawhi Leonard

Il n’y a rien à changer dans le cinq majeur au poste deux. Danny Green a été décevant cette saison, c’est vrai. Il manque de régularité et d’adresse. Mais ses aptitudes en défense permettent à Leonard de souffler certains soirs. Surtout, elle offre aux San Antonio Spurs deux stoppeurs extérieurs différents, ce qui est un luxe en NBA.

En back-up, tout dépendra finalement de la décision de Manu Ginobili. Les dirigeants des Spurs peuvent essayer de profiter des manœuvres au Jazz pour chopper Joe Ingles. Si George Hill et Gordon Hayward prolongent à Salt Lake City, il sera plus difficile pour les dirigeants de lâcher un chèque pour l’Australien. Adroit, intelligent et polyvalent, Ingles est le joueur parfait pour briller à San Antonio. Notons simplement que le Jazz peut s’aligner sur toutes offres faites au joueur de 29 ans.

Les droits de Ben McLemore sont aussi protégés. Mais les Sacramento Kings ont déjà plusieurs jeunes arrières (Buddy Hield, alias le nouveau « Stephen Curry », Malachi Richardson) et les Californiens pourraient tout simplement laisser filer leur ancien septième choix de draft. McLemore ne s’est jamais imposé aux Kings. Mais Sacramento est la franchise la plus dysfonctionnelle de la ligue, ce qui, quelque part, lui donne une excuse.

Il ne devrait pas être trop cher sur le marché. San Antonio est peut-être la destination idéale pour enfin lancer sa carrière.

Qui pour suppléer Kawhi ?

Kyle Anderson est encore sous contrat et Jonathon Simmons va tester le marché pour la première fois après s’être révélé lors des playoffs. L’ailier athlétique est promis à une belle revalorisation salariale (moins d’un million de dollars cette saison). Mais là encore, ses droits sont protégés et les Spurs peuvent s’aligner sur toutes les offres. Ils peuvent donc le prolonger tout en dépassant le Salary Cap.

Si Simmons venait à partir, Thabo Safolosha est une éventuelle option. James Johnson serait intéressant dans un cinq « small ball » mais le signer reviendrait sans doute à faire une croix sur un nouveau meneur.

Car la marge disponible dépendra aussi des choix de Pau Gasol, Dewayne Dedmon et David Lee. Bon, surtout Gasol, en fait. Les trois joueurs disposent d’une option pour la saison prochaine.

Un chantier dans la raquette

L’Espagnol peut palper 16 millions de dollars s’il reste sur les rives du Texas. Vu son rendement, sa signature est une mauvaise affaire pour la franchise. Les dirigeants n’ont plus qu’à espérer que Pau décide de rejoindre son frangin Marc du côté de Memphis. S’il venait à rester, il devrait encore hériter d’un rôle de sixième homme.

Dedmon a été bon en saison régulière et son profil athlétique est recherché en NBA. David Lee ne défendrait pas une cacahuète.

Kawhi Leonard a besoin d’intérieurs capables de protéger le cercle ou d’étirer le jeu. Les Spurs n’ont aucun des deux. LaMarcus Aldridge n’est même plus vraiment fiable à mi-distance. Il y a un problème.

Vu ses prestations, son âge et son contrat, sa valeur sur le marché est au plus bas. Le refourguer reviendrait certainement à accepter une contrepartie bien inégale. Mais cela pourrait servir à libérer de la masse (21 millions) sous le cap. Une option viable qu’à une seule condition : que San Antonio soit vraiment en bonne position pour signer Paul Millsap.

LaMarcus Aldridge - San Antonio Spurs

Le All-Star est plus adroit de loin et c’est un bien meilleur défenseur. Il excelle aussi à la passe. Bref, c’est le joueur de l’ombre parfait. Il est lui aussi promis à un contrat maximum cet été. Ses 32 ans peuvent inciter à la crainte. Mais Millsap peut apporter bien plus qu’Aldridge à San Antonio. Et lui ne rechigne pas à l’idée de jouer pivot dans un groupe plus petit et plus mobile. Encore faut-il qu’il soit intéressé.

Mike Muscala, un autre joueur des Atlanta Hawks, peut servir de plan B au cas où Aldridge venait à rester. Il n’est pas manchot de loin et il est bien moins cher. Marreese Speights s’est lui aussi développé un tir longue distance tandis que Taj Gibson est un guerrier capable d’amener un peu de défense. Aaron Baynes et Tiago Splitter sont des anciens de la maison. Tous sont des cibles éventuelles bien qu’aucun ne fasse réellement l’unanimité.

Plus d’infos