Le vrai sauveur des Warriors, c’est lui

Shaï MamouPar Shaï Mamou Publié

L'absence de Klay Thompson a mis en lumière son importance fondamentale pour les Warriors. L'arrière sera de retour pour le game 4. Un vrai game changer.

Depuis le début des Finales NBA, on ne parle que de Kevin Durant. De son absence. De son retour possible. Le sort de la série entre les Golden State Warriors et les Toronto Raptors paraîtrait presque exclusivement lié à la date de son comeback ou à son forfait définitif. Rien d'anormal à ça. Durant est sans doute le basketteur dont la présence sur un parquet change le plus le rapport de force entre deux équipes. Pourtant, ce n'est pas faire injure au talent de "KD" que de penser que c'est autour d'un autre membre-clé des Warriors que réside vraiment le suspense : Klay Thompson.

C'est sans doute en voyant leurs Warriors être nettement battus à domicile par les Raptors, sans jamais réussir à s'approcher significativement au score que les dirigeants californiens ont compris quelque chose : ils doivent impérativement se préparer à répondre à toutes les exigences de Thompson dans les mois à venir.

Son absence a plombé en attaque ET en défense

Jamais le n°11 n'aura semblé aussi indispensable à l'avenir à court et moyen terme de la franchise. Et autant en droit d'exiger lui aussi de toucher le gros lot lors de la free agency... Les difficultés, en attaque comme en défense, des Warriors lors du premier match de playoffs manqué par Klay Thompson depuis le début de sa carrière, ont été criantes. Le match rayonnant de Kyle Lowry, les banderilles de VanVleet, les 30 points de Kawhi Leonard, sur lequel Klay Thompson opère aussi lorsqu'il est là sont autant de preuves... Si les Raptors ont inscrit 123 points à l'Oracle Arena, c'est d'abord parce que la dynamique défensive de Golden State, celle qui fonctionne à plein régime depuis 5 ans, a été plombée par l'absence du plus jeune des Splash Brothers.

Sa faculté à scorer, évidemment, est un autre atout inestimable. Depuis le début des playoffs, Thompson tourne un peu moins de 20 points par match. Le simple fait de savoir qu'une alternative aussi létale, notamment à 3 points, existe sur le terrain changera forcément l'approche des deux équipes. Nick Nurse savait qu'une pression intense sur Curry obligerait ce dernier à faire des miracles. Et contraindrait aussi ses camarades à être meilleurs en attaque. Si le double MVP a répondu présent, ses coéquipiers ont eu nettement plus de mal à trouver des positions et à mettre la balle dans le cercle. Jusqu'à sa blessure dans le 4e quart-temps, Klay Thompson avait été un acteur majeur du succès dans l'Ontario, notamment par son adresse.

Scorer et stopper, sa mission est claire

De passage devant les médias jeudi, l'intéressé a confirmé qu'il serait bien là pour le game 4 la nuit prochaine. Comme son langage corporel le laissait deviner depuis le banc, Klay Thompson n'a pas passé un moment facile mardi dernier. L'arrière All-Star voulait jouer, mais Steve Kerr n'a pas souhaité prendre de risques.

"Je comprends ce que Steve et le staff ont fait. Le risque était trop grand. Être mené 2-1, ce n'est pas la fin du monde. C'est juste que manquer un match de Finales NBA, ça craint. On a travaillé toute notre vie pour ça... Quand tu ne joues pas, cela induit bien plus de nervosité. Tu ne peux rien contrôler. Tu ne peux qu'essayer d'être le meilleur coéquipier possible. J'ai conseillé Quinn (Cook), Zo (McKinnie) et expliqué à Steph ce que je voyais depuis le banc. Je suis habitué à voir Steph faire le show et c'était bizarre de ne pas être à côté de lui.

A quoi faut-il s'attendre justement de la part de Klay Thompson, cinq jours seulement après sa blessure à la cuisse ?

"Je savais déjà pendant le game 3 que je serais apte pour le 4. Je me sens très bien, mon corps aussi. Avoir eu toute une nuit de repos supplémentaire a vraiment aidé. J'ai hâte d'être sur le terrain vendredi. Leurs arrières ont été très à l'aise dans le game 2 et ils ont mis beaucoup de rythme. Ça m'a rendu un peu fou de les voir comme ça. J'avais envie de les stopper. [...] Ce game 4, je peux l'impacter de deux manières : en marquant des paniers et en stoppant des actions adverses. Une fois que le match aura démarré, que je sentirai l'énergie du public, tout ira bien".

Si son feeling est bon, Thompson ne sera pas limité en minutes. Un facteur important pour des Warriors décimés et pour qui chaque minute passée par les cadres sur le terrain sera cruciale.