Les Knicks ont un bon tempo, faut-il prolonger Mike Miller ?

Les New York Knicks ont un bilan intéressant depuis 30 matches. Faut-il laisser Mike Miller travailler dans la continuité la saison prochaine ?

BasketSessionPar BasketSession  | Publié
Les Knicks ont un bon tempo, faut-il prolonger Mike Miller ?

Les New York Knicks sont toujours 13e de la Conférence Est cette saison 2019-2020 peut difficilement être considérée comme autre chose qu'un fiasco. Mine de rien, peut-être peut-on au moins relativiser un peu les choses depuis que Mike Miller est monté en grade après le départ de David Fizdale. Miller n'a pas révolutionné ce qui se faisait sur le terrain et on peut continuer d'être interloqué par quelques décisions relatives à la rotation et au temps de jeu. Mais en attendant, si on se base sur la statistique la plus importante qui soit - le nombre de victoires - il fait reconnaître à Mike Miller un véritable impact. Sous ses ordres, les Knicks ont remporté 13 de leurs 30 derniers matches. Ce qui les place, sur cette période, au 7e rang de la Conférence Est et donc dans le bon wagon pour les playoffs...

Avec Fizdale, dont le message ne plaisait déjà plus à Steve Mills, lui-même éjecté par James Dolan, les Knicks étaient sur une dynamique de 13 victoires en... 82 matches. L'Est est ce qu'il est et l'échantillon de comparaison n'est pas le même. Néanmoins, le message semble quand même passer bien mieux avec l'intérimaire qu'avec "Fiz", qui regrettait cette semaine de ne pas avoir été assez dur avec les jeunes joueurs pour leur inculquer une mentalité de vainqueurs. Ces mêmes jeunes joueurs qu'il a pourtant peiné à mettre en valeur en leur offrant un temps de jeu digne de titulaires pour la plupart.

A 28 matches de la fin de la saison, les Knicks ne sont pas encore complètement hors-course pour les playoffs. Les voir y participer serait un miracle, particulièrement après le départ de Marcus Morris pour les Clippers, mais il n'y a "que" 6 victoires d'écart entre New York et Orlando, détenteur virtuel du 8e et dernier sésame.

Au moment du licenciement de David Fizdale, les Knicks avaient un bilan de 4 victoires pour 18 défaites. C'est donc à se demander si avec un autre coach, Miller ou un autre, New York n'aurait pas pu inquiéter un peu plus les équipes playoffables...

Alors que Leon Rose, l'un des agents les plus réputés du milieu, devrait être nommé président des opérations basket prochainement, on peut se demander si Mike Miller aura l'occasion de postuler comme head coach durant l'intersaison. Les nouveaux dirigeants aiment généralement travailler avec des coaches qu'ils ont eux-mêmes mis en place. Ce serait donc une surprise si Miller, assistant jusque-là, se voyait offrir la même opportunité que Jim Boylen à Chicago par exemple.

Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest