« Une saison gâchée » pour Lowry et les Raptors

Antoine PimmelPar Antoine PimmelPublié

Les Toronto Raptors de Kyle Lowry ont réussi la meilleure saison régulière de leur Histoire mais tout a été effacé par un coup de balais des Cleveland Cavaliers au second tour des playoffs.

Plus grands ont été les accomplissements, plus dure fut la chute pour les Toronto Raptors. La franchise canadienne a été éblouissante d’octobre à avril. Elle a terminé en tête de la Conférence Est pour la première fois depuis son intégration en NBA en 1995. Les 59 victoires collectées constituaient là aussi un record pour l’organisation. Une superbe saison régulière. Kyle Lowry et ses coéquipiers n’ont jamais été aussi bons et aussi mieux armés pour aller loin en playoffs.

« Nous avions le sentiment que nous pouvions aller en finales. C’était notre objectif », avoue le meneur All-Star.

Les Raptors sont finalement tombés exactement le même jour que l’année précédente, le 7 mai. Et presque de la même manière. Balayés par un LeBron James beaucoup trop forts à chaque fois qu’il croise la route de ses victimes favorites.

« Il faut battre les meilleurs pour devenir le meilleur. Nous avons continuellement perdu contre l’équipe qui est allée en finales au cours des trois dernières années », ajoute Kyle Lowry.

Le vétéran parle carrément de « saison gâchée ». Difficile de lui donner tort après une telle sortie de route. Dans l’idée, les Raptors peuvent être fiers de leur saison. Mais l’élimination brutale laisse vraiment des traces. Ils sont sortis par la petite porte. Prématurément, certes, mais surtout sans honneur. Sweepés avec en plus un +35 pris dans la tronche sur le match le plus important de la saison. Inacceptable donc.

« C’est peut-être la période la plus frustrante, sombre et difficile de ma vie », confiait carrément DeMar DeRozan.

Cette défaite va rester dans les mémoires. Vive et douloureuse comme un mauvais souvenir qui colle à la peau. Elle est même susceptible de pousser les dirigeants à chambouler leur effectif (et surtout le staff) pendant l’intersaison.