Kyrie Irving, dans le trou au pire moment

Antoine PimmelPar Antoine PimmelPublié

Encore une fois maladroit hier soir, Kyrie Irving traverse une période délicate justement au moment où les Boston Celtics ont le plus besoin de lui.

Quand les Boston Celtics, héroïques et privés de leurs deux All-Stars, ont été éliminés en sept manches par les Cleveland Cavaliers de LeBron James en finales de Conférence l’an dernier, la planète basket s’est demandée ce que cette équipe donnerait avec le retour du prodige Kyrie Irving (et Gordon Hayward). Une question un peu injuste étant donné que les circonstances sont quand même différentes d’une saison sur l’autre. Il n’y avait qu’une seule vraie armada à l’Est avant le départ du King à l’Ouest. Il y en a quatre désormais. Mais les Celtics étaient donc très attendus en playoffs. Avec une mission pour son meneur All-Star : ramener Boston en finales NBA.

Pour l’instant, il est en passe d’échouer. La franchise du Massachusetts est désormais au bord de l’élimination après avoir perdu pour la troisième fois d’affilée contre les Milwaukee Bucks (113-101 hier soir). Un match au cours duquel Irving a essayé – 23 points, 6 rebonds, 10 passes – mais sans trouver la cible. 7 sur 22 aux tirs. Juste un soir sans ? C’est quand même le troisième de suite. « Uncle Drew » n’est pas nécessairement mauvais mais il est maladroit. Sans solution, à l’instar de son équipe.

« J’ai manqué des tirs. Ce n’est pas rentré. On se prépare pour ça. Des fois ça rentre et des fois, ça ne rentre pas. Ils [les Bucks] ont fait du bon boulot aussi. La raquette est blindée à chaque fois que j’essaye d’attaquer et je me retrouve devant deux ou trois défenseurs. Parfois quatre », commentait l’intéressé.

Kyrie Irving a l’intention de continuer à tirer – il a même balancé, agacé, qu’il aurait dû shooter 30 fois – mais toujours est-il traverse actuellement l’une des plus mauvaises périodes de sa carrière. Il n’avait inscrit que 9 points à 4 sur 18 lors du Game 3. Puis 29 à 8 sur 22 au match suivant. En comptant la rencontre d’hier, ça fait 19 sur 62 aux tirs lors de ses trois dernières sorties. Soit 30% de réussite. Selon les statistiques compilées par ESPN, ça ne lui était jamais arrivé de rater autant sur une aussi longue période en playoffs.

Et le timing est plus que mal indiqué. Parce que c’est la saison des Celtics qui est en jeu. Et peut-être même plus que ça. Peut-être aussi l’avenir de la franchise sur le court terme. Irving sera libre de signer où bon lui semble cet été. Une désillusion au second tour peut éventuellement lui donner des envies d’ailleurs. Sauf que, pour le coup, il n’a pas vraiment manqué de soutien. Si Boston sort prématurément, il aura aussi sa part de responsabilités.