LeBron James s’est fait un nouvel ami en conférence de presse

BasketSessionPar BasketSession Publié

La conférence d'après-match a donné lieu un échange savoureux entre LeBron James et un journaliste d'ESPN Brésil la nuit dernière.

Pendant de longues années, LeBron James a dû affronter les critiques remettant en question sa capacité à faire gagner son équipe dans les moments chauds. Sauf que depuis plusieurs saisons, le quadruple MVP a mis un point d'honneur à redorer son blason en s'affirmant comme l'un des joueurs les plus "clutchs" de la ligue. Depuis le début des playoffs, la star des Cleveland Cavaliers a renforcé encore un peu plus sa réputation de killer en multipliant les actions décisives pour hisser une nouvelle fois les siens jusqu'aux portes des finales NBA. Nouvel exemple la nuit dernière lors d'un Game 6 durant lequel le King a porté son équipe avant d'hausser le ton dans le money time pour aider les Cavs à arracher une septième manche face aux Celtics.

De quoi impressionner les journalistes présents en conférence de presse d'après-match. A commencer par un confrère d'ESPN Brésil qui s'est attiré la sympathie de la superstar en débutant sa question par une remarque pour le moins inattendue.

« Vous avez été clutch durant toute votre carrière  », a-t-il lancé à l'ailier des Cavaliers avant de l'interroger sur ses progrès réalisés dans sa capacité à rentrer des shoots compliqués dans le money time ces dernières années.

« Quel ton nom ? », a rétorqué LeBron James avec un large sourire.

« Je te remercie de dire que j'ai été clutch tout au long de ma carrière. Il n'y a pas beaucoup de gens comme toi. Soit tu es très gentil parce que c'est la journée nationale du vin, soit c'est parce que j'adore le Brésil... Je ne sais pas trop ce que c'est... »

Et l'enfant d'Akron de confirmer qu'il est aujourd'hui bien plus à l'aise qu'au début de sa carrière quand il s'agit de prendre le jeu à son compte dans les moments clés.

« Je pense que c'est une question d’expérience [...] Vous apprenez, vous grandissez et vous savez ce qui est le mieux pour vous en vieillissant. C’est la même chose pour tout le monde. C’est dans la nature humaine. Vous trouvez des moyens de grandir, vous apprenez à savoir ce que vous aimez ou non. A 18 ans je ne pense pas que j’étais le même joueur que celui que je suis à 33. Je ne pense pas que je devrais être la même personne que j’étais à 18 ans. J'ai beaucoup plus d'expérience désormais. »