Luka Doncic… qu’est-ce que c’est magique !

Luka Doncic… qu’est-ce que c’est magique !

Encore une fois phénoménal, Luka Doncic a compilé 43 points, 17 rebonds et 13 passes tout en inscrivant un buzzer beater incroyable contre les Clippers cette nuit.

Antoine PimmelPar Antoine Pimmel | Publié  | BasketSession.com / MAGAZINES / Focus

Ça devient de plus en plus difficile de trouver les mots pour décrire et raconter les performances de Luka Doncic. Parce que ça devient de plus en plus difficile de trouver les mots pour exprimer les sentiments qu’il procure à chaque fois qu’il met le pied sur un parquet. Peut-être qu’il est le mieux placé pour synthétiser ses prestations. « Spécial. » Voilà le terme qui s’échappe de la bouche du Slovène, encore ému, après la victoire héroïque des Dallas Mavericks, arrachée sur l’un de ses trois-points au buzzer contre les Los Angeles Clippers (135-132 après prolongation) cette nuit.

https://twitter.com/NBA/status/1297669501983633408

« Je ne peux pas expliquer tout ce que j’ai ressenti comme émotions », note le prodige. « Pas seulement quand la balle rentre mais aussi quand je vois toute l’équipe foncer sur moi… c’était spécial. L’un des plus beaux moments de ma carrière. Vraiment spécial. »

La délivrance. Peut-être que c’est ça qui prime en premier. La délivrance après cette bombe à huit mètres, au moment où le sablier s’écoule et lorsque la sirène retentit, pour achever les Californiens. Un tir signature, en step-back, pour conclure une nuit de folie.

« Ce gamin a un don pour ce genre de moments dramatiques. C’est un grand joueur mais c’est aussi un performeur. Un gars qui vit pour ces moments et qui n’a peur de rien », renchérit son coach Rick Carlisle.

La « drama », le spectacle, la mise en scène, ça transcende le jeune homme de 21 ans. La victoire est texane mais le scénario est hollywoodien. Parce que quelques heures avant la rencontre, Luka Doncic ne savait toujours pas s’il allait pouvoir jouer. Même s’il semblait évident qu’il refuserait de déclarer forfait malgré une entorse à la cheville contractée dans le Game 2. Il voulait tenir son rang. Coûte que coûte. Surtout que Kristaps Porzingis, son acolyte, se retrouvait sur la touche en raison d’une douleur au genou. Alors let’s go.

« Dès qu’on a vu que Luka allait jouer, on a su qu’il allait faire quelque chose de spécial », jure Trey Burke.

Luka Doncic, toujours plus historique

Spécial… encore une fois. Pourtant, ça parait mal pour Dallas. Et même avec Doncic sur le terrain, les Mavericks comptaient jusqu’à 21 points de retard dans le deuxième quart temps. Juste le temps de mettre la machine en route. Les Texans sont revenus des vestiaires avec d’autres ambitions. Bien plus conquérants, dans le sillage de leur maître à jouer. Le petit Prince a marqué 43 points (18 sur 31 aux tirs), 17 rebonds et 13 passes décisives. Avec donc en prime ce buzzer beater incroyable. Inscrit sur une cheville fragile.

Une nouvelle performance historique. Il est évidemment le plus jeune joueur à avoir un jour réussi un triple-double à 40 points en playoffs. D’ailleurs, hormis Russell Westbrook, personne n’a marqué plus de pions tout en dépassant la barre des 10 rebonds et 10 passes à ce stade de la compétition. Plus fort encore, personne n’avait inscrit un « make or miss » pour la gagne, au buzzer, depuis… Michael Jordan sur la tête de Craig Ehlo en 1989. Spécial, on vous dit.

Afficher les commentaires (0)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest