Masai Ujiri porte plainte contre la police, vidéo à l’appui

Masai Ujiri a décidé de contre-attaquer dans l’affaire qui l’oppose à un policier de la Bay Area.

Théophile HaumesserPar Théophile Haumesser  | Publié  | BasketSession.com / NEWS
Masai Ujiri porte plainte contre la police, vidéo à l’appui

Pour comprendre cette histoire, il faut remonter à un peu plus d’un an. Alors que les Toronto Raptors viennent de remporter le Game 6 des finales 2019 face aux Golden State Warriors et ainsi de gagner leur premier titre NBA, Masai Ujiri, le président des opérations basket du club, tente d’aller sur le terrain pour rejoindre son équipe. S’en suit une altercation avec un officier de police qui lui refuse l’accès.

Les choses auraient pu en rester là, sauf que l’agent de police en question, épaulé par sa hiérarchie, a déposé plainte contre Masai Ujiri, l’accusant d’avoir agressé l’officier en question et de l’avoir frappé à la mâchoire. La plainte initiale allait jusqu’à affirmer qu’en conséquence « son corps, sa santé, sa force et sa personne en ont souffert, ce qui a causé et qui continue de causer à la victime une grande douleur mentale, émotionnelle, psychologique, physique et nerveuse ».

Rapidement, des vidéos et des témoignages ont contredit cette version des faits et le bureau du procureur a décidé de mettre fin aux poursuites engagées envers Masai Ujiri.

Masai Ujiri impliqué dans une baston à la fin du Game 6 avec un shérif ?

Mais aujourd’hui, c’est lui qui contre-attaque avec deux vidéos à l’appui qui démontrent sans aucun doute que c’est bien l’agent de police – Alan Strickland – qui est à l’origine de l’altercation. Sur les images, on voit Masai Ujiri sur le point de sortir son accréditation avant que l’officier ne l’attrape et ne le repousse une première fois en lui disant très agressivement de dégager  (« Back the fuck up »). Après avoir présenté son accréditation une seconde fois, le policier a une fois encore repoussé Ujiri qui a, cette fois, répliqué.

Les images de l'altercation entre Masai Ujiri et Alan Strickland

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Masai‘s legal team released body cam footage of encounter with officer at Oracle after Raps won the championship. [via Diamond83/twitter, @ktvu2]

Une publication partagée par theScore (@thescore) le

« Après avoir été poussé et insulté, M Ujiri n’a pas répondu de manière agressive envers M Strickland », peut-on lire dans la plainte qui vient d’être déposée par Masai Ujiri, les Toronto Raptors, la NBA et Maple Leaf Sports & Entertainment.

« Au contraire, il a calmement demandé à M Strickland pourquoi il l’avait poussé, il l’a informé qu’il était le président des Raptors et il lui a présenté son accréditation.

Plutôt que de chercher à communiquer avec M Ujiri, M Strickland a choisi d’ignorer [tout cela] et l’a repoussé violemment une deuxième fois.

Ce n’est qu’après qu’on lui a ordonné de ‘‘se barrer de là’’ injustement et après avoir été poussé à deux reprises que M Ujiri a répliqué en poussant M Strickland an niveau de la poitrine.

La réaction de défense de M Ujiri est à la fois raisonnable et justifiée en réponse à l’usage excessif et injustifié de la force dont M Strickland a fait preuve. »

Les nouvelles vidéos qui viennent d’être portées au dossier semblent clairement aller dans le sens de Masai Ujiri. Vu le climat social actuel aux Etats Unis, c’est très intéressant de voir que celui-ci ne s’est pas « contenté » de voir la plainte dont il était l’objet être déboutée et qu’il a choisi de porter à son tour l'affaire devant les tribunaux. Non seulement parce que rien ne semble pouvoir justifier la réaction et l’entêtement du policier lors de l’altercation initiale, mais également et peut-être surtout en raison de la façon dont celui-ci a essayé de présenter Ujiri en fabriquant des faits de toute pièce.

Et si la NBA était raciste ? Masai Ujiri soulève le problème

La nouvelle plainte avance que Strickland a voulu montrer Ujiri comme étant « l’agresseur et une personne de nature violente ». Un procédé qui rappelle la ligne de défense bien souvent avancée pour justifier les violences policières… Attendons de voir désormais ce que donnera ce nouveau procès, mais espérons que son dénouement fera autant de bruit que l'affaire originelle et que le nom de Masai Ujiri sera lavé de tout opprobre.

Afficher les commentaires (0)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest