Le jour où Nate Robinson a failli sortir Michael Jordan des livres d’histoire

En 2013, Nate Robinson a réalisé un match de playoffs bouillant qui lui a presque permis de déloger Michael Jordan de son trône...

Antoine PimmelPar Antoine Pimmel | Publié  | BasketSession.com / MAGAZINES / G.O.D.
Le jour où Nate Robinson a failli sortir Michael Jordan des livres d’histoire

On aurait pu appeler cette histoire "Bienvenue au Nate Robinson show", car ce 27 avril 2013, c'était bien à ce spectacle là que les fans des Chicago Bulls avaient été conviés sans le savoir. Dans ce match 4 des playoffs, qui s’est finalement terminé en triple prolongation, le petit arrière des Bulls a réalisé une performance dantesque dans le 4ème quart-temps.

Revenu sur le parquet au début du dernier QT, il a d'abord marqué 9 points pour maintenir son équipe à flot, mais rien n'y faisait, les Brooklyn Nets conservaient toujours 14 points d'avance sur les Chicago Bulls. C’est alors que Tom Thibodeau a fini par donner carte blanche à Kryptonate.

Résultat : 12 points consécutifs en 1’42’’pour le petit lutin de Windy City, dont certains shoots plein de culot, à son image, pour ramener sa team à deux petites longueurs des Nets.

« On faisait un stop en défense et on donnait la balle à Nate. Puis on faisait un stop et on donnait la balle à Nate. Et puis on faisait encore un stop et on donnait la balle à Nate », résumait Carlos Boozer après le match au sujet de la stratégie de Chicago.

Aucun joueur de Chi-Town n'avait réalisé une telle performance en playoffs dans un quatrième quart-temps depuis les 24 points de Michael Jordan dans le Game 3 des playoffs 1990 face aux Sixers.

Nate Robinson va se fighter contre un youtubeur en lever de rideau de Mike Tyson

L'art de se rendre indispensable

Même s’il a fini par devoir quitter le match durant la deuxième prolongation, après avoir récolté sa sixième faute, son explosion offensive et ses 34 points à 14/23 ont permis aux Bulls de renverser la tendance ce soir-là et de (presque) faire oublier l’absence de Derrick Rose.

Pourtant, au début de la saison, rien n’aurait laissé penser que Tom Thibodeau et les Bulls auraient autant besoin de Nate Robinson. Celui-ci était arrivé par la toute petite porte pour jouer les seconds rôles à la mène derrière D-Rose, Kirk Hinrich et même le rookie Marquis Teague. Les blessures et la pression des playoffs en ont décidé autrement.

« Thibs ne voulait pas vraiment me faire jouer, mais il n’avait pas le choix », expliquait il y a quelques mois Nate Robinson à Quentin Richardson et Darius Miles dans leur podcast The Knuckleheads.

« Et je me suis dit ‘‘C’est parfait ! C’est l’occasion pour moi de montrer que je ne suis pas qu’un dunkeur et que je sais vraiment jouer’’.

Mon ratio passes décisives/balles perdues était l’un des meilleurs de la ligue alors que je sortais du banc, je tournais presque à deux interceptions par match, je m’éclatais. Et Jimmy Butler et moi, on faisait des un-contre-uns tous les jours à l’entraînement. C’est la seule personne que je n’ai jamais battue en un-contre-un. […]

Ça m’a énormément aidé, parce que ce n’est pas facile de scorer sur Jimmy Butler et je me suis dit que si j’y arrivais, alors personne ne pourrait m’arrêter. »

Les Nets, en tout cas, n’ont clairement pas trouvé comment faire ce soir-là…

Les 23 points de Nate Robinson dans le 4ème quart

Afficher les commentaires (24)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest