Pascal Siakam les a mis dans la sauce

Antoine PimmelPar Antoine PimmelPublié

Impressionnant, tranchant et dominateur, Pascal Siakam (32 pts) a été l’homme de ce premier match des finales NBA entre les Raptors et les Warriors.

Ça va beaucoup parler de Pascal Siakam dans les prochaines heures et même les prochains jours. C’est logique, il a été absolument énorme sur ce Game 1 entre les Toronto Raptors et les Golden State Warriors (victoire 118-109 de la franchise canadienne). Le grand bonhomme de la partie. Il y a des moments où il donnait l’impression d’être le seul sur le terrain. Il était partout ! Tellement véloce. Tellement agressif. Et même tellement juste dans ses prises de décision. C’est vraiment une grande performance de l’intérieur qui a terminé avec 32 points, 14 sur 17 aux tirs, 8 rebonds, 5 passes et 2 blocks en 40 minutes.

Il était percutant en attaque. Appliqué en défense. Vif aux rebonds. Inspiré à la création et à la finition. Il a donné le tempo de son équipe et donc de la rencontre, en étant à l’origine ou l’arrivé de nombreuses contre-attaques. Steve Kerr a eu beau insisté sur le repli défensif, ses joueurs ont été passifs et inattentifs. Alors que Toronto est justement l’équipe la plus efficace – à ne pas confondre avec plus prolifique – de la ligue en transition. Parce que Siakam excelle notamment dans cet aspect du jeu.

Il a changé la face du match. Golden State n’a pas nécessairement bien joué mais les doubles-champions en titre ont bien fait le travail sur Kawhi Leonard. Ce dernier semblait diminué physiquement, encore gêné par sa blessure à la jambe. Il boitait et il a semblé à la peine quand il fallait accélérer. Mais les Californiens l’ont aussi contenu avec brio en première mi-temps en envoyant plusieurs défenseurs sur lui. Draymond Green, assigné sur Siakam initialement, patrouillait dans la raquette pour venir en aide en cas de pénétration de l’ailier All-Star des Raptors.

Ça a ouvert des espaces au natif de Douala. Il en a profité. Car le joueur de 25 ans a développé un arsenal offensif complet, meurtrier quand il bénéficie de quelques mètres ou centimètres d’avance. Il n’est peut-être pas encore une première option mais il brille justement dans son rôle de lieutenant de luxe, avec toute l’attention de la défense portée sur Leonard. Du coup, il a saisi l’opportunité pour exprimer son talent. Dos au panier, parfois. Face au panier, souvent. De près ou de loin (2 sur 3 derrière l’arc). Il a attaqué la défense en dribble à chaque fois qu’il en a eu l’occasion. Et ça a fini par forcer les Warriors à se resserrer sur lui… et donc à ouvrir de nouveaux espaces pour ses coéquipiers ! Notamment Leonard, qui a essentiellement marqué ses points en deuxième mi-temps après le show de son partenaire.

Pascal Siakam, l'homme qui change tout pour Toronto

En effet, la montée en puissance de Pascal Siakam a fait beaucoup de dégâts. Ses 7 points de suite en fin de deuxième quart temps ont permis aux Raptors de creuser le plus gros écart du match : 10 points à la pause (59-49). Il en a remis une couche dès le retour des vestiaires avec 14 pions plantés dans le troisième quart temps, alors même que Golden State essayait de recoller au score. Il a même mis 11 tirs de suite sans rater ! Et quand il ne prenait pas sa chance, le jeune homme ressortait des ballons. Illustration dans le quatrième quart temps quand il a accéléré le rythme sur une contre-attaque pour servir Danny Green dans le corner pour un tir primé qui a donné 12 longueurs d’avance aux Dinos (100-88).

https://twitter.com/NBA/status/1134305612450488322

« Spicy P » a donc pesé sur ce match. Mais il a aussi changé toute la saison pour Toronto. Grâce à sa progression incroyable – il sera élu MIP ! – et son ascension de joueur de devoir à star NBA. Il peut changer la physionomie de ces finales s’il se maintient à ce niveau. Une lourde tâche. Il peut même changer l’avenir de sa franchise en étant peut-être l’homme qui poussera un peu plus Leonard à rester dans l’Ontario, histoire de profiter d’un side-kick encore sous contrat rookie. Mais en attendant, comme on dit au Cameroun : il les a mis dans la sauce. Une sauce bien épicée.