Siakam et small ball, les clés pour faire dérailler les Warriors ?

Shaï MamouPar Shaï Mamou Publié

A quelques heures du game 3, les Raptors pourraient opter pour un recours au small ball avec Pascal Siakam dans un rôle de pivot.

Pascal Siakam a vécu deux premiers matches des Finales NBA très différents. Au sortir du game 1, le Camerounais était un MVP virtuel crédible, grâce une masterclass à 32 points, 8 rebonds, 5 passes à 14/17. Dans le game 2, Siakam a déchanté comme tous ses camarades. Malgré son activité (12 points, 8 rebonds et 5 passes), le favori pour le titre de MIP a shooté de travers (5/18) et son influence des deux côtés du terrain a été réduite à néant ou presque par les Warriors. Pourtant, à quelques heures du game 3, l'ajustement principal qui pourrait permettre à Toronto de reprendre l'avantage du terrain concerne bien "Spicy-P".

Et si les Raptors décidaient de passer en mode small ball ? On évoquait cette possibilité après le game 1 à Orlando. Nick Nurse n'a pas eu besoin d'y recourir.  Jusqu'ici, Pascal Siakam n'a jamais fait office de poste 5. Qu'il ait été associé à Marc Gasol ou à Serge Ibaka, le Camerounais a passé l'essentiel de ses minutes dans un rôle un peu libre pour laisser libre cours à sa débauche d'énergie. Par la force des choses, les Warriors n'ont eux pas franchement pu aligner leur "Death Line Up", aka "Cinq de la Mort" avec Draymond Green en poste 5 cheaté, en raison des blessures diverses et variées, notamment celle de Kevin Durant. Andrew Bogut, DeMarcus Cousins, Kevon Looney ou Jordan Bell ont ainsi compilé les minutes dans une posture traditionnelle. Avec Looney out jusqu'à la fin de la série, Cousins dont l'endurance reste encore à prouver malgré un magnifique game 2, les options restent limitées pour Kerr. C'est là que l'idée du small ball avec Siakam en 5 fait sens.

Un match up intrigant avec Cousins

Sur le plan défensif, le Camerounais aura du mal à tenir sur le long terme face à Cousins dans un duel physique strict. Mais "DMC" a-t-il 25 minutes à haute intensité dans les jambes ? Dans l'autre sens, en revanche, le dynamisme et la palette de Siakam risquent de mettre en difficulté les pivots traditionnels que Golden State enverra au feu. Créer le mismatch, c'est exactement ce que font les Warriors lorsque Green joue à ce poste. L'objectif est de mettre un ou plusieurs pivots adverses "dans la sauce" et de provoquer des fautes. Siakam, avec sa capacité à attaquer le cercle, mais aussi à s'en éloigner efficacement lorsque le jeu l'exige, peut être à nouveau l'élément disrupteur. Si les Warriors optent pour des prises à deux et un traitement serré sur Kawhi Leonard, alimenter Pascal Siakam plus près du cercle peut aussi faire des dégâts.

On ne sait pas encore si l'intéressé réussira à s'accommoder du pick and roll en attaque, mais le coup mérite d'être tenté. Marc Gasol a été à la peine dans le game 2 après un match inaugural royal et le voir sortir du banc ne serait pas une surprise. Reste à voir qui débuterait avec Siakam dans cette configuration. Si OG Anunony est activé avant ce game 3, Nick Nurse aura sans doute trouvé la solution pour quelques minutes. Les qualités défensives du sophomore sont indiscutables. Et après une petite période réadaptation, on peut imaginer un vrai apport de sa part.

Kawhi en 4 ?

C'est plutôt un repositionnement de Kawhi Leonard en 4 qui se profilerait. Aucune situation défensive n'intimidera "The Klaw". On partirait alors sur un cinq un peu hybride avec Kyle Lowry, Fred VanVleet (qui a joué 38 minutes en sortie de banc au game 2...), Danny Green, Kawhi Leonard et Pascal Siakam.

Les fans des Cavs se souviendront sans doute que c'est avec un recours important au cinq Kyrie Irving-JR Smith-Richard Jefferson-LeBron James-Tristan Thompson que Cleveland a pu prendre Golden State à la gorge en 2016. Avec deux matches de suite à Oakland et le retour possible de Kevin Durant dans le game 4, c'est le moment de tenter quelque chose pour les Raptors.