Les Sixers, nouveau régime mais toujours les mêmes erreurs

Les Sixers, nouveau régime mais toujours les mêmes erreurs

Fraîchement nommé, le Président Daryl Morey a été présenté par les Sixers hier et il a de suite affiché ses ambitions.

BasketSessionPar BasketSession  | Publié  | BasketSession.com / MAGAZINES / Article

Daryl Morey pensait prendre une année sabbatique après son licenciement des Houston Rockets. Mais quand les Philadelphia Sixers ont fait le forcing, le dirigeant s’est laissé tenter. Le voilà désormais à la tête de la franchise de Pennsylvanie avec un rôle de Président. Il a d’ailleurs été présenté hier, lors d’une conférence de presse virtuelle. L’occasion d’afficher ses ambitions.

Précipitation, mauvais choix, incohérences : les Sixers vont droit dans le mur

« Mon but est de gagner un titre donc je ferai tout mon possible pour nous y mener », assure l’ancien architecte des Rockets. « Mais avoir deux stars de 24 et 26 ans… je comprends pourquoi Doc Rivers [le nouveau coach des Sixers] ne voulait pas venir à Houston. »

Sixers : Daryl Morey en mode langue de bois pour sa première

 

Les Sixers visent déjà le titre depuis trois ans et c’est peut-être justement une erreur. Ils se mettent trop de pression alors qu’ils ne sont pas prêts et que leur effectif n’est pas taillé pour. Il y a du talent, certes. Beaucoup de talent même. Mais peu de cohésion et un manque de complémentarité entre les joueurs majeurs. Pourtant, Daryl Morey adore le roster d’après ses dires.

« Franchement, quand on voit l’effectif qui a été mis en place par Elton [Brand, le GM] avec Ben [Simmons] et Joel [Embiid] mais aussi de supers joueurs comme Josh Richardson, Al Horford et Tobias Harris, je comprends Doc. »

Morey n’a pas arrêté de complimenter Doc Rivers, un coach qui ne partage pas tout à fait la même vision du basket que lui. Et surtout un coach qu’il n’a pas nommé puisque les Sixers ont choisi leur entraîneur avant de rameuter un nouveau Président. Ce dernier a aussi souligné le travail d’Elton Brand, lui qui dirigeait enfin le navire avant que ses employeurs lui collent un supérieur.

Il a aussi encensé l’effectif et la qualité de Ben Simmons et Joel Embiid en assurant qu’ils pouvaient jouer ensemble. Enfin, il a fait comprendre que sa philosophie de jeu ne reposait pas seulement sur le tir à trois-points mais sur l’association de stars. Pour faire simple, Daryl Morey a passé sa conférence de presse à caresser tout le monde dans le sens du poil en cherchant à rassurer au maximum sur toutes les zones d’ombre qui entourent les Sixers et sa venue. Et devoir le faire dès le premier jour n’est clairement pas bon signe.

Les Sixers prolongent Elton Brand, encore un choix curieux

Afficher les commentaires (0)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest