119 WAS
113 PHI
92 NYK
129 DEN
109 TOR
119 HOU
132 NOP
139 PHO

Stephen Curry est indispensable, étonnant non ?

Shaï MamouPar Shaï Mamou Publié

Stephen Curry a réussi un comeback parfait avec les Golden State Warriors dans le game 2 contre New Orleans. Plus d'un mois après son dernier match, le meneur All-Star a rappelé qui était le patron.

Steve Kerr avait prévenu qu'aucun risque ne serait pris avec Stephen Curry pendant ces playoffs. Si le double MVP devait faire son retour, ce serait à 100% de ses moyens ou presque. Pas simplement pour faire de la figuration. Curry a été activé mardi, pour le game 2 de la série contre les New Orleans Pelicans. Et le moins que l'on puisse dire, c'est qu'il n'est pas sorti de convalescence simplement pour montrer sa bouille.

En 27 minutes, Stephen Curry a rappelé pourquoi il était indispensable aux Warriors. Impossible de savoir si New Orleans aurait réussi à faire chuter Golden State à Oakland si le meneur All-Star n'avait pas joué. Mais le doute est permis... Force est de constater que l'impact de Curry a changé la donne dans cette rencontre en particulier et a permis à son équipe de résister aux assauts des Pelicans.

A quelques minutes du coup d'envoi, un petit événement a sonné comme le signe que ce retour serait spécial. Dès son deuxième essai, Curry a rentré son fameux shoot depuis le tunnel.

"Quand j'ai vu le ballon rentrer, j'ai su que ça allait bien se passer pour mon shoot ce soir", a-t-il expliqué après la rencontre.

11 secondes pour faire mouche

Pendant 7 minutes dans le premier quart-temps, le #32 des Warriors a trépigné sur le côté, gesticulant et applaudissant comme un bencher de métier. Lorsque Steve Kerr lui a fait signe d'enlever son survêtement pour finalement remplacer son Splash Brother Klay Thompson, Curry s'est levé d'un bon, avant de profiter de la clameur du public de l'Oracle Arena. Onze secondes plus tard, servi par Draymond Green, il faisait déjà trembler le filet sur une bombinette à 3 points depuis le coin gauche. Le début de la remontée de Golden State, mené de 8 points à cet instant.

"Ça a clairement amené de la vie dans la salle et encore plus de vie à notre esprit d'équipe. C'était le bon moment pour qu'il revienne, c'est clair", a salué Green sur ESPN.

La dynamique du match n'a plus jamais été la même ensuite. L'allant apporté par Stephen Curry a donné aux Warriors le coup de fouet dont ils avaient besoin. Pour compenser la maladresse de Klay Thompson (4/20), qui a vécu une soirée difficile, le "Baby-Faced Assassin" est monté au créneau dans un rôle de 6e homme. Avec 28 points (8/15, dont 5/10 à 3 points et 7/7 sur la ligne), 7 rebonds, 3 interceptions, 2 passes et surtout un différentiel +/- épatant de +26 (KD et Thompson ont fait -5 et -8), Curry a eu un impact incroyable pour un joueur de retour de blessure. Surtout dans un game 2 des demi-finales de Conférence où l'intensité n'a pas manqué. Rajon Rondo, Jrue Holiday et Anthony Davis se sont chargés de muscler et de dynamiser le jeu. Pas de quoi faire tirer la langue au meilleur shooteur de l'histoire du jeu.

Pour préparer Houston

Si Golden State est parvenu à passer le premier tour sans se décarcasser contre les Spurs, l'absence de Curry n'est pas passée inaperçue. Au-delà de la plus-value surnaturelle qu'il apporte en termes d'adresse, il est le garant de l'identité Warriors depuis 4 ans. Sur le simple plan psychologique, savoir qu'il faudra défendre sur Curry et non sur Shaun Livingston, Quinn Cook ou même Andre Iguodala, ce n'est pas la même chose. Cela aura son importance pour boucler l'affaire contre ces Pelicans accrocheurs, mais aussi au-delà, quand il faudra sans doute en découdre avec le nouveau rival, Houston.

On se projette déjà, mais affronter les Rockets sans leur sniper aurait été catastrophique pour les joueurs de Steve Kerr. A priori, la guerre des maîtres artificiers aura bien lieu.

Les stats de Stephen Curry contre New Orleans

DateOppScoreTypeMinFGMFGAFG%3PM3PA3P%FTMFTAFT%ORDRRebAstTOStlBlkPFPts
May 2NO
W 116-121
Post27:1481553.351050.077100.00772630228