132 IND
112 BKN
113 WAS
117 TOR
101 NYK
103 BOS
116 PHI
115 ORL
112 MIA
113 CHA
116 CHI
118 DET
140 DAL
136 MIN
119 DEN
91 PHO
121 POR
108 SAS
115 LAL
124 HOU

Steven Adams évoque la dépression et ses années de solitude

BasketSessionPar BasketSession Publié

Après DeMar DeRozan et Kevin Love, une nouvelle star du basket n'a pas peur de parler des problèmes psychologiques qu'il a rencontrés.

Quand on voit Steven Adams, on voit d’abord un guerrier, solide, sûr de lui. Avec sa barbe, ses tatouages, ses 2,13 m et ses 115-120 kilos de muscles, on a vite tendance à oublier que quelque part, il est comme tout un chacun. Et pourtant… Après Kevin Love ou encore DeMar DeRozan, c’est au tour du All-Black néo-zélandais du Oklahoma City Thunder d’évoquer les problèmes psychologiques qu’il a traversés au cours de sa carrière.

Dans une biographie à paraître, Steven Adams parle de sa bataille avec la dépression et la solitude, qu’il a dû affronter en arrivant de Nouvelle-Zélande. Son père était décédé alors qu’il avait 13 ans et c’est à ce moment-là que les premier signes de dépression sont apparus. Après une période où il séchait les cours, le basketball lui a redonné un but dans la vie. Mais en arrivant aux Etats-Unis, la distance avec sa famille et la difficulté à s’adapter sont devenus difficiles à supporter.

« Dans ces premiers mois à Pittsburgh, j’ai pensé sérieusement à tout balancer, à quitter l’Amérique et retourner en Nouvelle-Zélande où je me sentais mieux. Je dirais qu’au moins la moitié de ce que je ressentais était en fait le mal du pays et n’avait rien à voir avec le basketball », écrit Adams, d’après le NZ Herald.

Ce n’est pas facile d’être totalement seul dans une nouvelle école et dans un nouveau pays. Le conseil habituel de se faire des amis et de se créer une famille n’a pas marché pour moi. J’ai réussi à traverser cela grâce à de la détermination pure et en sachant que cette situation ne durerait pas éternellement. Si ça me permettait d’avoir une carrière dans le basketball, j’étais prêt à passer quelques années de solitude et de souffrance.

Le moment où j’arrête de prendre du plaisir au basket, je lâcherai. Les choses prenaient cette direction quand j’étais à Pitt et s’il y avait une chose que je savais, c’était que je devais partir avant que ça ne ruine mon amour du jeu pour toujours. »

Au final, Steven Adams a fini par traverser ces épreuves. Et c’est une bonne chose que, comme Kevin Love ou DeMar DeRozan avant lui, il choisisse d’en parler librement. Le fait que plusieurs joueurs parlent de problèmes psy, qu’il s’agisse d’anxiété, de dépression ou de troubles bipolaires, a permis à la ligue de s’attaquer à la problématique de santé mentale - la NBPA a même engagé un Director of Mental Health. Et d’aider indirectement les fans qui voient que ce type de problématiques concernent même leurs sportifs préférés.