Le Utah Jazz va retrouver les playoffs

Après quatre saisons blanches, le Utah Jazz a mis sur pied une équipe capable de faire son trou à l'Ouest et de goûter à nouveau à la post-saison.

Shaï MamouPar Shaï Mamou  | Publié  | BasketSession.com / MAGAZINES / Focus
Le Utah Jazz va retrouver les playoffs
Jusqu'à la reprise des débats en NBA, le 26 octobre prochain, retrouvez nos présentations de chaque équipe selon l'ordre décroissant de notre power ranking. Aujourd'hui, le Utah Jazz, qui a manqué les playoffs de peu la saison dernière, a toute les armes pour tirer son épingle du jeu et faire partie du top 8 à l'Ouest.

UTAH JAZZ - 11e

On a parfaitement le droit de déplorer le fait que Salt Lake City bouge autant après 21 heures que Guéret dans la Creuse ou de considérer que 62% de Mormons dans l'Utah, c'est un peu flippant. En revanche, il faut saluer ce que fait le Utah Jazz depuis sa création en 1979. C'est en effet la seule franchise a n'avoir jamais connu une saison à 60 défaites ou plus dans son histoire (les Lakers et les Knicks l'ont fait pour la première fois en 2015). Le Jazz n'a jamais tanké au point de s'humilier (même en 2014) et a toujours effectué des reconstructions intelligentes et productives, même après le départ du cultissime Jerry Sloan dans des conditions houleuses (coucou Deron Williams). C'est grâce à l'une de ces phases de transition réussies que Utah s'avance avec beaucoup d'ambition dans cette saison 2016-2017. Gordon Hayward et Derrick Favors, les deux pièces originelles du projet, et Rudy Gobert forment le noyau dur d'un groupe qui s'est joliment renforcé durant l'intersaison avec ce qui lui manquait : des joueurs qui connaissent le chemin des playoffs. A la mène, George Hill est un meneur complet et souvent sous-coté, Joe Johnson, même à 35 ans, reste un scoreur au sang froid impressionnant et Boris Diaw est le facilitateur de jeu que l'on connaît avec la mission supplémentaire d'accompagner l'explosion de son coéquipier en sélection Rudy Gobert. Si l'on ajoute à cela le retour de blessure de Dante Exum, qui a connu des débuts frustrants en NBA mais dont le potentiel reste immense, ou le sophomore Trey Lyles, que l'on devrait voir de plus en plus souvent en action. Quin Snyder avait déjà failli emmener ce petit monde en playoffs la saison dernière et on ne voit pas ce qui peut l'empêcher d'atteindre son but ce coup-ci. L'Ouest est évidemment toujours compétitif, mais la dynamique du Jazz et la qualité de son effectif devrait lui permettre de faire sortir Houston ou Dallas de la charrette. http://www.dailymotion.com/video/x3rajrf_gordon-hayward-tue-les-mavs-au-buzzer_sport

Le facteur X : Dante Exum

Dante Exum est arrivée en NBA avec le statut d'énigme, juste derrière les poids lourds de la Draft 2014 : Andrew Wiggins, Jabari Parker, Joël Embiid et Aaron Gordon. Sa cote était quand même assez élevée, jurisprudence "Greek Freak" oblige. Après une première saison très poussive qui lui aura surtout servi à prendre la température, l'Australien présenté comme un "mismatch nightmare" (grâce à un cocktail taille/habileté technique exceptionnel) s'est malheureusement gravement blessé au genou et a été contraint à vivre une saison blanche. Le voilà de retour et prêt à devenir une doublure efficace de George Hill et un atout pour le Jazz dans la course aux playoffs. Ce qu'on a vu de lui en pré-saison est prometteur au-delà de toute considération statistique (même s'il est parvenu à signer un match à 18 points contre Phoenix). Exum est bien intégré au collectif et a même montré un talent certain en défense, comme sur cette action face à Jamal Crawford, qui n'est pas l'adversaire rêvé en un contre un...

Le roster

Postes 1/2 : George Hill, Dante Exum, Shelvin Mack, Raul Neto Postes 2/3 : Gordon Hayward, Joe Johnson, Alec Burks, Rodney Hood, Joe Ingles, Chris Johnson Postes 3/4 : Trey Lyles, Boris Diaw Postes 4/5 : Derrick Favors, Rudy Gobert, Henry Sims, Jeff Withey, Joel Bolomboy Le cinq que l'on veut voir : George Hill - Rodney Hood - Gordon Hayward - Derrick Favors - Rudy Gobert Cet article vous a été présenté par le pop corn Gobert, les colorations George Hill, les cépages Diaw et les cartes Sims.

A lire aussi sur le Jazz

Pourquoi le Utah Jazz peut casser la baraque Et si le Utah Jazz de Rudy Gobert et Boris Diaw était le principal trouble-fête dans la Conférence Ouest la saison prochaine ?

Les autres previews NBA 

30e, les Brooklyn Nets : "Y a-t-il pire job que GM des Nets ?" 29e, les Los Angeles Lakers : "Les Lakers sont trop jeunes pour faire les malins" 28e, les Philadelphie Sixers : "On va enfin kiffer suivre les Sixers" 27e, les Phoenix Suns : "Les Suns ont du talent mais pas d'identité" 26e, les Denver Nuggets : "Denver, c'est cool, mais tout le monde s'en tape." 25e, les New Orleans Pelicans : "Les Pelicans seront chauds... en 2019" 24e, les Sacramento Kings : "Sacto, ça sent le sapin" 23, le Orlando Magic : "Orlando, trop gourmand trop tôt ?" 22e, le Miami Heat : "Miami, navire abandonné" 21e, les Milwaukee Bucks : "La NBA va apprendre à aimer Giannis et Jabari" 20e, les Washington Wizards : "Washington aura du mal à éviter le mur" 19e, les Charlotte Hornets : "Charlotte, ça fait moins peur" 18e, les Detroit Pistons : "Trop de pression sur Andre Drummond" 17e, les Chicago Bulls : "Les Bulls vont flamber en playoffs et sauter au 1er tour" 16e, les Minnesota Timberwolves : "Minny, la douceur du moment" 15e, les Houston Rockets : "Harden, D'Antoni et les Rockets vont révolutionner la NBA" 14e, les Atlanta Hawks : "Atlanta mise tout sur le comeback de D12" 13e, les Dallas Mavericks : "Dallas, l'autre grand vainqueur du départ de KD" 12e, les New York Knicks : "New York, les playoffs c'est la santé"
Afficher les commentaires (0)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest