Augmenter l’agressivité, une question de survie pour les Cavs

Augmenter l’agressivité, une question de survie pour les Cavs

Dépassés dans l’engagement physique par les Golden State Warriors sur le premier match, les Cleveland Cavaliers doivent afficher un autre visage à partir du Game 2 des Finales NBA.

Damien Da SilvaPar Damien Da Silva | Publié  | BasketSession.com / MAGAZINES / Focus
Ce n’était tout simplement pas digne de champions NBA en titre. Sur le premier match des Finales NBA, les Cleveland Cavaliers n’ont pas assumé leur statut face aux Golden State Warriors à cause d’une intensité défensive déficiente. Déjà pointée du doigt au début de cette campagne face à des équipes "abordables" comme les Indiana Pacers, cette lacune est rédhibitoire contre une franchise du niveau des Warriors. Pour répondre à ce problème, les Cavs n'ont qu’un seul mot d’ordre avant le Game 2 de ce soir (2h du matin) : augmenter l’agressivité.

Les Cavs promettent "un match de catch" !

Et on a envie de dire : heureusement ! Sur le premier match de cette série, les Warriors ont concédé 4 turnovers et bénéficié de 16 lancer-francs. Les hommes de Mike Brown ont réalisé une grosse performance et ont été impressionnants. Mais le basket, c’est aussi une question d’état d’esprit et la franchise de l'Ohio a été bien trop attentiste, la preuve avec les nombreux tirs ouverts accordés aux Dubs. Les troupes de Tyronn Lue doivent rentrer dans le lard des Warriors ! Taper dans la balle, dans les bras, dans les corps. Faire mal pour pousser les Californiens à l’erreur. Imposer un vrai défi physique.

"Nous devons être les premiers à frapper. Il faut être plus fort dans ce domaine, c'est un besoin. Nous n’étions pas sur les corps, ils pouvaient courir librement. Nous devons être plus intenses sur eux, être présent physiquement et forcer le contact", a résumé Tyronn Lue devant la presse.

C’est un besoin vital pour les Cavs. Sur le premier match, le champion de la Conférence Est avait décidé de gêner les Warriors à longue distance. Mais il en avait oublié de sortir le bleu de chauffe dans la raquette. Avec une intensité physique moins importante et cette obsession de défendre derrière l’arc, ils avaient zappé le plus important : être agressif pour ne pas concéder des paniers faciles à l’intérieur (Golden State s’est régalé sur des dunks). Du coup, le message semble passé dans le vestiaire de Cleveland et Tristan Thompson a déjà promis "un match de catch" à ses adversaires.

"Ça va être un vrai match de catch dans la raquette. Sur le parquet, ça va être comme la WWE", a prévenu le Canadien.

Le problème pour la franchise de l’Ohio, c’est qu’il risque d’y avoir du répondant en face...

Les Warriors, c’est du costaud !

Ralentir le rythme, imposer un gros défi physique, c’est une bonne idée pour les Cavaliers. Revenir à un basket "old school" peut représenter une solution face au collectif bien huilé des Warriors. MAIS... Il y a presque toujours un mais avec cette équipe... Kevin Durant et les siens peuvent également répondre dans ce domaine ! C’est bien pour ça que cette formation est effrayante sur le papier, elle paraît armée pour répondre à toutes les situations. Klay Thompson, Durant, Andre Iguodala, Draymond Green, David West, Zaza Pachulia, JaVale McGee... Les Cavs vont trouver du lourd en face. Après les déclarations de Tue et Thompson, Brown a d’ailleurs prévenu ses joueurs : il va falloir être prêt.

"Je ne sais pas s’ils n’ont pas été physiques au premier match. Je pense que c’est intelligent de leur part de dire qu’ils peuvent s’en sortir en faisant plus dans ce domaine. Mais j’ai déjà entendu ça avant", a nuancé Andre Iguodala.

En tout cas, sur le papier, les Cavs ne sont absolument pas supérieurs dans cet aspect du jeu que les Warriors. On dirait même qu’ils ont "moins de corps" à jeter dans la bataille.

Les Cavs manquent d'un Dellavedova

Car bien évidemment, LeBron James ou encore Tristan Thompson peuvent dominer physiquement, mais combien de joueurs sont de "vrais chiens" - et ce n’est pas péjoratif - dans l’effectif actuel de Cleveland ? Ce n’est qu’un exemple, mais qui apporte ne serait-ce qu’un dixième de l’agressivité perdue depuis le départ de Matthew Dellavedova ? L’Australien n’était pas le plus talentueux, mais il avait un impact bien plus précieux qu’un Deron Williams et vous pouvez être sûr que Stephen Curry n’était pas heureux de l’affronter. Malgré tout, les Cavs restent sûr d’eux.

"Une chose nous concernant, tout ne dépend que de nous. Si nous effectuons ce que nous sommes supposés faire, peu importe s’ils sont les Bulls de 96, nous allons gagner. Peu importe ce qu’ils feront, ils ne pourront pas nous battre", a même osé J.R. Smith.

Provoquer dans les déclarations, afficher une énorme confiance, annoncer un affrontement physique acharné, c’est bien. Les Cleveland Cavaliers ont besoin de cet orgueil pour rivaliser dans ces Finales NBA. Mais il va falloir désormais assumer sur le terrain...
Afficher les commentaires (0)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest