Al Horford fait le match de sa vie

Derrick Rose a certainement produit le meilleur match de sa courte carrière. Le problème c'est que Al Horford en a fait de même. Avec 26 points (record égalé), 10 rebonds (record) et 6 passes, le rookie a tout fait pour compenser l'absence de Kirk Hinrich (qui devrait être absent des parquets pour 3 mois...) mais […]

Guillaume LarochePar Guillaume Laroche | Publié  | BasketSession.com / NEWS
Derrick Rose a certainement produit le meilleur match de sa courte carrière. Le problème c'est que Al Horford en a fait de même. Avec 26 points (record égalé), 10 rebonds (record) et 6 passes, le rookie a tout fait pour compenser l'absence de Kirk Hinrich (qui devrait être absent des parquets pour 3 mois...) mais les Bulls devaient certainement se passer de trop de cadres (Gooden et toujours Hughes) pour pouvoir espérer déstabiliser une très solide équipe d'Atlanta. Pourtant, dès le début du match, on a senti que ça allait être difficile pour ATL. Joe Johnson, l'homme à tout faire de l'équipe et le leader offensif avec plus de 25 pts de moyenne était en délicatesse avec son shoot. Il rate 8 de ses 10 premiers shoots et termine à 4/16 (17 pts). Il faut dire qu'avec l'absence de Josh Smith (3e scoreur de la team) pour une blessure à la cheville, Johnson avait la pression. Mais, Horford, Bibby et les autres l'ont finalement rapidement rassuré. Après les sourires et les accolades pour fêter leurs retrouvailles, Horford n'a pas fait de cadeau à Joakim Noah, son partner de peinture à Florida. Omniprésent en attaque, monstrueux au rebond et décisif en défense, le pivot des Hawks a sorti une performance de titan : 27 points, 17 rebonds et 6 contres. Si bien que ses partenaires se sont vite posés sur ses ailes pour se diriger vers leur 6e victoire en autant de rencontres.
« Cela prouve vraiment à quel point notre équipe est talentueuse et altruiste. Cette année, Joe (Johnson) n'est plus obligé de tout faire tout seul soir après soir, maintenant il a son supporting cast », expliquait très humblement Horford après le match.
Et quel supporting cast ! Derrière la perf du grand Al, quatre autres joueurs terminent à plus de 12 points : Bibby 22 pts et 5 dimes, Williams 13 & 4, Pachulia 12 & 8 et Evans 17 & 5 (3/4 à trois-points). A la mi-temps, rien n'est fait, le score est serré (52-55 pour ATL) et les deux formations se regardent les yeux dans les yeux. Deng (19), Gordon (19) et Nocioni (20) tiennent la baraque aux côtés de leur meneur et les Bulls ne sont pas encore distancés. Le rush va arriver dans le 3e quart où les Bulls encaissent un 8-0 qui semble fatal. Mais les rouges ne lâchent rien et arrivent à recoller à 85-83 à 10 minutes de la fin. Malheureusement pour eux, Bibby et Evans vont définitivement mettre les Hawks à l'abri en enchaînant des trois-points meurtriers. Atlanta remporte le match 113-108 et reste invaincu (6-0). La franchise, en tête de la conférence Est, affiche le meilleur départ depuis la saison 1997-98 où ils avaient commencé avec 11 victoires de rang. Remontés à bloc, ATL pourrait bien être la grosse surprise de la saison car, comme l'expliquait Bibby à la fin du match : « Les seuls qui peuvent nous arrêter, c'est nous-mêmes. »
Afficher les commentaires (11)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest