Andrew Bynum et les Cavs, chronique d’un divorce annoncé

Suspendu par sa franchise, Andrew Bynum ne rejouera peut-être jamais avec les Cleveland Cavaliers. Retour sur un pari qui semblait condamné à l'échec.

Antoine PimmelPar Antoine Pimmel | Publié  | BasketSession.com / MAGAZINES / Focus
Andrew Bynum et les Cavs, chronique d’un divorce annoncé
Sur le papier, ça avait de l’allure. Un groupe jeune, des joueurs de qualité, un meneur d’exception auquel on ajoutait une vraie présence à l’intérieur. Encore fallait-il qu’Andrew Bynum, ancien All-Star et double champion NBA, se soit bien remis de ses nombreuses blessures aux genoux. Encore fallait-il qu’Andrew Bynum retrouve le niveau de jeu qui était le sien à Los Angeles. Encore fallait-il qu’Andrew Bynum ait simplement envie de jouer. Depuis le début de sa carrière, le jeune prodige originaire du New Jersey a été présenté comme un jeune homme intelligent mais terriblement immature. Sa passion du basket a maintes fois été remise en doute. Kobe Bryant s’est arraché les cheveux (enfin le crâne) pour que son ancien coéquipier mûrisse aux Lakers. L’Ohio semblait une terre idéale pour que Bynum relance sa carrière. De la pression mais pas trop et surtout l’ambition de retrouver les playoffs. Les Cavaliers n’étaient pas les seuls intéressés par le pivot cet été mais ils ont osé proposer 12 millions de dollars au joueur qui sortait d’une saison blanche aux Sixers (dont il n’a jamais porté le maillot). Les dirigeants ont tout de même tenu à limiter certains risques. Conscients que le recrutement d’Andrew Bynum était un pari, Chris Grant et son staff ont placé plusieurs clauses au sein du contrat du joueur de 26 ans. Les Cavs ont donc désormais la possibilité de couper le géant avant le 7 janvier et de lui payer « seulement » 6 des 12 millions qui lui sont dus. Cette hypothèse est crédible sachant que le staff n’a pas spécialement prévu de réintégrer le joueur.
« Il est suspendu jusqu’à nouvel ordre. Vous savez ce qu’indéfiniment signifie », balance Mike Brown, le coach,  au Plain Dealer.
Le coach a bien compris. Il y a peu de chance qu’Andrew Bynum retrouve le groupe. Le joueur est suspendu et il n’a pas fait le voyage à Boston avec ses coéquipiers hier. La franchise a déjà annulé les campagnes publicitaires programmées avec le joueur. Son avenir dans l’Ohio s’est donc clairement assombri.

Problème de vestiaire

Depuis le début de la saison, les Cavaliers sont enclins à plusieurs problèmes internes. Andrew Bynum est-il la cause ou la conclusion ? Difficile de savoir sans être membre du vestiaire. « C’est une affaire interne » précise Mike Brown.  Le mauvais début de saison de Cleveland a mis en lumières des dysfonctionnements, dont certains remontent à la saison dernière. Jason Llyod de l’Akron Beacon Journal raconte que Byron Scott avait pour coutume d’enguirlander tous ses joueurs. Sauf Kyrie Irving. Pas le bon message, ni pour Irving, ni pour le reste du groupe. Mike Brown a beau pousser un peu plus le meneur All-Star, Dion Waiters est revenu sur ces « traitements de faveur » réservés à Irving lors de la réunion entre les joueurs qui a eu lieu au mois de novembre. Waiters a également reproché à son meneur de jouer « entre potes » avec Tristan Thompson. Le ton est monté et le nom de l’arrière prometteur a circulé dans les rumeurs de transferts. Difficile pour un joueur comme Bynum, « qui n’a pas le goût de l’effort du travail quotidien », comme le décrit Kareem Abdul-Jabbar aujourd’hui, de se montrer performant dans de telles conditions. L’ancien Laker a fait mine de tomber en dépression et de vouloir arrêter sa carrière.
« Je ne suis plus capable de faire les choses que je faisais avant et c’est frustrant. C’est dur de prendre du plaisir alors que je suis limité physiquement », déclarait alors Andrew Bynum.
[superquote pos="d"]L'attitude de Bynum lors de l’entraînement de vendredi dernier a été la goutte d’eau qui a fait déborder le vase.[/superquote]Les Cavaliers ont fait front. Mike Brown a défendu son géant à chaque fois. La franchise a rappelé que Zydrunas Ilgauskas a tenu le même genre de discours avant de s’imposer à Cleveland. Pour satisfaire l’ego du pivot, Brown a placé Bynum dans le cinq de départ. Et ce dernier a fini par retrouver un niveau de jeu décent. Des signes encourageants mais éphémères. « Drew » était bien moins performant ces derniers jours. Finalement, le coach a cessé de prendre sa défense.
« Andrew a connu des hauts et des bas. Des fois, il a eu des moments faibles parce que nous n’arrivions pas à lui passer le ballon en bonne position. Mais maintenant que nous avons trouvé comment le servir, c’est à lui d’être productif. »
Avec 8 points et 5 rebonds de moyenne, Andrew Bynum est loin de ses standards aux Lakers. Et le staff se met à lui reprocher son attitude. Selon les informations rapportées par les médias spécialisés US, l’attitude du joueur lors de l’entraînement de vendredi dernier fut la goutte d’eau qui a fait déborder le vase. Il ne s’agirait pas d’un fait isolé mais d’une continuité. Bynum aurait râlé auprès de ses coéquipiers, de ses coaches, etc. Bref, il n’a plus envie de jouer à Cleveland. Et les Cavs ne veulent plus de lui non plus.

Les joueurs y étaient préparés

Depuis le début de la saison, Andrew Bynum donne l’impression d’être isolé au sein du vestiaire de Cleveland. Les reporters soulignent qu’il a toujours son casque sur les oreilles et qu’il parle peu avec ses coéquipiers. Une vision démentie – à moitié seulement – par Jarrett Jack.
[superquote pos="d"]« Ça doit être dur pour lui d’être ce qu’il est maintenant » [/superquote]« Les gens sont comme ça parfois. Je ne dis pas que c’est une mauvaise chose. Tout dépend de la personnalité de chacun. Mais nous nous entendions bien avec lui. »
Les joueurs des Cavaliers préfèrent désormais aller de l’avant et se concentrer sur le terrain. « On doit jouer à fond avec ceux qui sont disponibles », poursuit Jack. En privé, certains se lâchent un peu plus. Ils s’attendaient même à une telle situation.
« Ça doit être dur pour lui d’être ce qu’il est maintenant après avoir été un All-Star. »
Maintenant, Andrew Bynum est un pari. Un pari que les Cavaliers ne veulent plus prendre, de peur de pourrir un vestiaire déjà miné et pourtant prometteur. La franchise veut prendre une nouvelle direction. Le joueur aussi. D’après les rumeurs, les Clippers et le Heat seraient intéressés. Le plus fou serait finalement que Bynum quitte les Cavaliers… et décroche une bague pendant que Cleveland va s’arracher pour tenter de se qualifier en playoffs. Miami ou pas, la séparation entre le joueur et la franchise semble définitive…
Afficher les commentaires (16)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest