Ces équipes qui rêvent d’un franchise player

Orlando, Boston, Milwaukee, Utah ou Denver ont besoin d'un franchise player pour évoluer et se montrer à la hauteur de leurs ambitions à long terme. Oui, mais lequel ?

Shaï MamouPar Shaï Mamou  | Publié  | BasketSession.com / MAGAZINES / Focus
Ces équipes qui rêvent d’un franchise player
Dénicher un joueur dominant ou qui inspire la crainte à n'importe quel adversaire au point de lui faire bouleverser sa stratégie est une denrée rare en NBA. Surtout lorsque l'on évolue dans un petit marché. Voici 5 équipes dont les ambitions à moyen ou long terme sont élevées, mais qui manquent malheureusement de ce franchise player qui fait la différence dans les moments-clés.

Orlando Magic

Orlando est clairement l'une des équipes les plus divertissantes de cette saison dans la Conférence Est. Le Magic joue vite, défend comme il peut et n'est jamais loin de taper les grosses écuries de la ligue. Malheureusement, il manque toujours un petit quelque chose à Evan Fournier et ses camarades pour être sûrs d'aller en playoffs dans un futur proche. La propension des Floridiens à perdre tous les matches serrés et qui se décident dans le money time est assez effrayante. Orlando est l'adversaire rêvé pour tout joueur qui a envie de réaliser une action clutch ou un game winner. On peut évidemment mettre ça sur le compte de la jeunesse (en dehors de Channing Frye, il n'y a pratiquement que des joueurs de moins de 25 ans) et les erreurs liées à l'inexpérience, mais ce n'est pas tout. On kiffe Nikola Vucevic, Victor Oladipo, Elfrid Payton, Tobias Harris ou Aaron Gordon, mais aucun d'entre eux ne sera sans doute un jour un franchise player. Les équipes comme Atlanta, qui fonctionnent sur un système non pyramidal et avec un vrai partage des tâches tout étant très compétitives ne sont pas légion. Admettons que "Vooch", "Dipo" et Payton soient intouchables et suffisamment compétitifs à moyen terme pour faire partie d'un groupe prétendant au titre. Le vrai manque se situe au poste 3 ou 4, là où une "star" devrait pouvoir trouver un terrain d'expression.

Le joueur qu'il leur faut : Kevin Durant, DeMar DeRozan ou Al Horford

On a du mal à imaginer KD opter pour Orlando plutôt que Washington ou même simplement OKC, mais ce sera bien lui le top free agent au poste 3 l'été prochain. Il reste la possibilité de convaincre DeMar DeRozan, qui a une player option, ou Al Horford, capable de jouer poste 4 ou 5, qui aura peut-être envie de changer d'air.

Boston Celtics

Brad Stevens fait des prodiges avec une équipe que beaucoup d'autres coaches seraient sans doute incapables d'emmener en playoffs. Collectivement et tactiquement, ça tient la route, mais on a du mal à les voir faire mieux qu'un 1er tour de playoffs en l'état actuel. Isaiah Thomas, aussi fort soit-il devenu, n'est pas un franchise player. L'avoir en deuxième option, en revanche, serait un sacré luxe. Et avec tous les picks que Danny Ainge a en stock depuis le démantèlement du Big Three, la possibilité est réelle de monter un trade d'envergure à un moment ou à un autre. Le pick des Nets l'été prochain devrait d'ailleurs pouvoir lui assurer un gros poisson. Encore faut-il réussir le coup parfait et ne pas gâcher tout ce travail de fourmi.

Le joueur qu'il leur faut : DeMarcus Cousins

De nôtre côté, on se dit qu'un pivot dominant serait l'idéal pour accompagner le pétard ambulant Thomas. Et s'il a déjà évolué avec lui, c'est encore mieux. On vote "Boogie" Cousins !

Milwaukee Bucks

Giannis Antetokounmpo est une anomalie de la nature et a toutes les armes pour faire une belle carrière en NBA. Cela dit, le "Greek Freak" n'a pas (encore) le profil d'un joueur dominant ou d'un leader. A vrai dire, on le voit plutôt en lieutenant capable, à l'occasion, de faire flamber la feuille de stats. Greg Monroe, aussi doué soit-il dans la peinture, n'a pas non plus l'étoffe d'un franchise player. Partons du principe que Antetokounmpo, Jabari Parker et Khris Middleton peuvent parfaitement prospérer en présence d'un joueur majeur, c'est du côté d'un intérieur ou d'un meneur qu'il faut peut-être chercher la solution.

Le joueur qu'il leur faut : Dwight Howard ou Rajon Rondo

Pourquoi pas un Dwight Howard, souvent dans les rumeur de trade et qui dispose d'une player option en fin de saison ? Pas sûr que le Wisconsin l'attire franchement mais il n'aura peut-être pas beaucoup d'alternatives le moment venu... Ou Rajon Rondo, toujours capable de sublimer ses partenaires ?

Utah Jazz

Gordon Hayward et Rudy Gobert sont les bases quasi inamovibles du futur du Jazz. Mais le premier, comme cela lui a souvent été reproché, a plus l'allure d'un commandant de bord que d'un pilote, aussi polyvalent soit-il. Le second, force défensive majeure en NBA, ne sera peut-être lui non plus jamais considéré comme l'un des cadors de la ligue. C'est là le lot des protecteurs de cercle. Alors quel meneur ou arrière pour venir booster la popularité de la franchise de Salt Lake City ?

Le joueur qu'il leur faut : Bradley Beal ou DeMar DeRozan

Il sera difficile de convaincre un vrai gros poisson, mais l'option DeMar DeRozan est à envisager, au même titre que celle menant à Bradley Beal, qui pourra se révéler comme un top player en dehors de Washington et sans les blessures qui l'handicapent depuis son arrivée en NBA.

Denver Nuggets

Denver est dans une période de transition, mais ça n'enlève rien au fait qu'il manquera un franchise player à cette équipe lorsqu'elle aura décidé de passer la vitesse supérieure. Emmanuel Mudiay a sans doute un brillant avenir dans la ligue, mais difficile de savoir s'il sera capable d'être la tête d'affiche de l'équipe. Danilo Gallinari et Kenneth Faried sont d'excellents joueurs, mais ils font pour le moment plus figure d'atouts potentiels pour un trade futur que de véritables solutions d'avenir. Tablons sur le fait que les Nuggets n'auront pas besoin d'un meneur et s'appuieront sur le très prometteur Nikola Jokic au poste 5. Cela laisse tout de même pas mal de latitude aux dirigeants pour trouver la perle rare. Via un trade ?

Le joueur qu'il leur faut : Blake Griffin

Denver a rarement été une équipe sexy et capable de faire lever les foules. Un joueur à la fois efficace et spectaculaire semble tout indiqué et pourquoi pas tenter un énorme coup en profitant de la période difficile vécue par Blake Griffin à Los Angeles ? Puisque le trio CP3-Jordan-Griffin semble ne jamais être en mesure de remporter un titre un jour, il faudra bien en faire partir un.

Afficher les commentaires (0)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest