Le vrai défi des Warriors commence maintenant

Le vrai défi des Warriors commence maintenant

Invaincus depuis le début des playoffs, Stephen Curry, Kevin Durant et leurs coéquipiers ont plus qu'une bague à aller chercher : ils peuvent s'affirmer comme l'une des meilleures équipes de tous les temps.

Antoine PimmelPar Antoine Pimmel | Publié  | BasketSession.com / MAGAZINES / Focus
Moins d’un an après la signature de Kevin Durant, les Golden State Warriors sont en passe de donner raison aux fans les plus optimistes et enjoués qui qualifiaient l’armada mise en place comme l’une des plus terrifiantes de tous les temps. Mais tout, ça, c’était seulement sur le papier. Nous étions alors encore en juillet. Les analystes imaginaient déjà ce que pouvait donner une formation avec quatre All-Stars de moins de 30 ans dans ses rangs. Dont deux MVP accessoirement partis parmi les joueurs les plus dominants de leur époque. Tout ça, ça promettait un sacré bordel. Un bolide capable de rouler sur la ligue pendant trois ou quatre saisons. L’heure est encore aux hypothèses en cette première année post-décision de KD. Mais en quelques mois, les Warriors ont déjà frappé très fort. Golden State est devenue la première équipe de l’histoire à atteindre les finales NBA avec un bilan de 12-0. Les Los Angeles Lakers de Shaquille O’Neal et Kobe Bryant ont gagné 15 de leurs 16 matches quand ils ont raflé le titre en 2001. Ils avaient même enchaîné les 11 premiers à l’Ouest avant de chuter lors du Game 1 des finales face aux Philadelphie Sixers d’Allen Iverson. A l’époque, le premier tour se jouait au meilleur des cinq rencontres. Les Chicago Bulls de Michael Jordan figurent eux aussi parmi les équipes les plus impressionnantes de l’histoire. En 1991, les taureaux marchaient sur le championnat pour finir avec un bilan de 15-2 en playoffs. Les Milwaukee Bucks de Kareem Abdul-Jabbar et les Philadelphie Sixers de Moses Malone ont remporté le titre tout en ne perdant qu’un seul match (12-1). Mais les conditions étaient différentes : il y avait moins de franchise et donc moins de parties à disputer. S’ils vont au bout, les Golden State Warriors pourront s’inscrire dans cette lignée glorieuse. S’ils vont au bout… car s’il y a bien quelque chose que Stephen Curry, Klay Thompson et Draymond Green semblent avoir retenu de leur précédente campagne historique (73 victoires en saison régulière pour finalement perdre le titre l’an dernier), c’est que les records n’ont aucun intérêt sans la bague qui va avec. Tous soulignaient immédiatement l’importance de gagner quatre matches de plus après avoir validé le sweep des San Antonio Spurs. Ils le savent, le vrai défi, c’est maintenant. Ou plutôt le premier juin quand ils retrouveront, sauf renversement incroyable, les Cleveland Cavaliers en finales pour la troisième année de suite. La naissance d’une rivalité digne des plus grandes de l’histoire NBA. Là encore. Signer Kevin Durant était presque l’assurance de se qualifier pour les finales. Mais pour vraiment réussir le pari (pari certainement pas risqué mais pari quand même) de faire jouer quatre All-Stars ensemble, les Golden State Warriors doivent désormais ajouter un trophée de plus à leur palmarès. Il ne leur manque plus que ça pour s’affirmer pour de bon comme l’une des formations les plus dominantes de tous les temps.
Afficher les commentaires (0)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest