Jordan Clarkson, et si c’était lui l’homme fort du renouveau des Lakers ?

Après avoir réalisé une superbe fin de saison, Jordan Clarkson doit confirmer cette année aux Los Angeles Lakers et incarner l'avenir des Angelenos.

Damien Da SilvaPar Damien Da Silva | Publié  | BasketSession.com / MAGAZINES / Focus
Jordan Clarkson, et si c’était lui l’homme fort du renouveau des Lakers ?
Pour préparer l’avenir des Los Angeles Lakers après le départ de Kobe Bryant, la franchise californienne peut utiliser trois options : un trade, mais ils n’ont pas grand-chose à proposer ; la Free Agency, mais L.A. ne fait plus rêver ; la Draft. Et pour l’instant, les Angelenos peuvent seulement compter sur la draft et sur trois joueurs particulièrement talentueux au sein de leur effectif : Julius Randle (le #7 pick de la draft 2014), D’Angelo Russell (le #2 pick de la draft 2015) et le surprenant Jordan Clarkson (le #46 pick de la draft 2014). Car après trois échecs successifs pour ramener une superstar lors des dernières intersaisons (Dwight Howard, Carmelo Anthony, LaMarcus Aldridge), les Lakers vont devoir apprendre à se « contenter » de ce qu’ils ont comme talents dans leur effectif. Alors bien sûr des trades sont envisageables, Roy Hibbert va renforcer le secteur intérieur, mais l’avenir de la formation californienne repose véritablement dans les mains des trois jeunes joueurs précédemment cités. Et après sa fin de saison canon, Jordan Clarkson mérite définitivement d’entrer dans la lumière. Et ça tombe bien, Los Angeles est l’endroit idéal pour ça…

Une progression constante… pour une fin d’année canon !

Être sélectionné au #46 pick, ce n’est pas forcément le début idéal en NBA, vous ne disposez pas d’un contrat garanti et il faut se montrer à la hauteur lors de la Summer League pour gagner sa place. Puis même si vous parvenez à intégrer l’effectif d’une franchise NBA pour la saison, les exemples de joueurs qui réussissent à s’imposer ne sont pas nombreux. Aux Los Angeles Lakers, Jordan Clarkson a traversé toutes ces épreuves cette année, à la mi-janvier, il avait seulement disputé 19 rencontres avec 11 minutes de moyenne, autant dire que ce n’était pas une grande réussite avec quelques passages en D-League.
« Quand tu es rookie, tu dois apprendre un truc, si tu n’es pas LeBron James, tu ne vas pas avoir beaucoup de temps de jeu. Ça peut être vraiment difficile de se mettre dans le rythme, je n’avais pas assez de temps de jeu pour ça. (…) Quand les Lakers m’ont envoyé en D-League, je ne l’ai pas vécu comme une punition, je l’ai accepté comme un challenge », a confié Clarkson.
[superquote pos="d"]"S’il y a un joueur qui joue comme lui, c’est Russell Westbrook", Mitch Kupchak.[/superquote]Puis le déclic a eu lieu après le All-Star Break, Byron Scott a décidé de « profiter » des problèmes physiques de Jérémy Lin pour lancer le jeune meneur dans le grand bain. Le résultat ? En 38 matches disputés dans la peau d’un titulaire, Clarkson a tourné à 15,8 points, 5 passes décisives et 4,2 rebonds de moyenne, pas mal pour un #46 pick ? Après un énorme mois d’avril (19,4 pts, 6,8 passes décisives, 4,6 rebonds), il a même été sélectionné pour faire partie de la NBA All-Rookie First Team grâce notamment à ses qualités offensives. D’ailleurs, le GM des Lakers, n’a d’ailleurs pas hésité à le comparer à un certain Russell Westbrook.
« S’il y a un joueur qui joue comme lui, c’est Russell Westbrook. Je ne dis pas que Jordan Clarkson est le prochain Russell Westbrook, mais il est ce genre d’arrière manieur de ballon. Il cherche à attaquer le cercle. Il est agressif en attaque. Il accélère le tempo, cherche une ouverture et tente d’aller au cercle, de faire une action », a expliqué Mitch Kupchak.
Alors bien évidemment, il est difficile de définir le véritable potentiel de Jordan Clarkson puisqu’il évoluait dans la galère des Lakers… Il a été le seul rayon de soleil dans la très triste saison des Angelenos (avec Ed Davis dans une moindre mesure) et c’est tout à son honneur d’avoir réussi à tirer son épingle du jeu. Pour un rookie, ce n’est jamais anodin de réaliser de telles performances et il devrait avoir l’opportunité de briller la saison prochaine dans la peau d’un titulaire…

Une association brillante avec D’Angelo Russell ?

Car après l’intersaison réalisée par les Los Angeles Lakers, Jordan Clarkson devrait bel et bien être titulaire en début de saison. Sur le papier, voici le 5 que Byron Scott devrait aligner : D’Angelo Russell - Jordan Clarkson- Kobe Bryant - Julius Randle - Roy Hibbert, avec Lou Williams pour encadrer les deux jeunes extérieurs. Et même si ces deux joueurs n’ont jamais joué ensemble, leur duo pourrait s’avérer particulièrement explosif. En tout cas, dès la draft, Clarkson s’est montré emballé à l’idée de cette association avec D’Angelo.
« J’adore ce choix, je l’ai beaucoup regardé lorsqu’il était à l’université, je suis sûr que nous pouvons jouer ensemble, nous pouvons former un backcourt vraiment dynamique. »
D’après les dernières déclarations de Byron Scott, ce duo va être testé lors de la Summer League et c’est effectivement une vraie possibilité pour le début de la saison. Avec la vision de jeu et les qualités de passeur de D’Angelo Russell, Jordan Clarkson devrait avoir la vie beaucoup plus facile offensivement.
« Il est très doué à la passe. Il fait bien circuler la balle et tout devient vraiment plus facile pour tout le monde. Avec lui, ça court », a commenté Clarkson après les premiers entraînements des Lakers.
Avec un duo jeune, dynamique et explosif, la saison des Lakers pourrait être intéressante à suivre, même si les résultats ne devraient pas encore être au rendez-vous cette année. Mais dans une ligue dominée par les joueurs extérieurs sur les dernières saisons, les Lakers peuvent se vanter d’avoir deux des potentiels les plus intéressants de la NBA sur les postes 1 et 2. Un autre avantage, les deux hommes vont commencer à bosser ensemble dès maintenant lors de la Summer League, ils vont ainsi pouvoir construire une complicité nécessaire pour former un duo efficace en NBA dans quelques mois. Et si le potentiel de Clarkson et de Russell offensivement n’est pas vraiment à démontrer, le premier ayant réussi des prestations probantes en NBA l’an dernier et le deuxième ayant réalisé en NCAA qu’il était un véritable scoreur, leur complémentarité défensive n’est pas à éluder ! Avec des envergures assez importantes, les deux éléments auront un avantage de taille sur la plupart de leurs adversaires, loin d’être un luxe pour une équipe qui était classée 29éme défense de la NBA l’an dernier. Grâce à leurs capacités physiques (combo taille et vitesse parfait dans la ligue actuelle), les deux hommes devraient permettre aux Lakers d’avoir une défense extérieure convaincante... Et quand on sait que Roy Hibbert reste un protecteur de raquette de qualité, c’est déjà une belle avancée pour le futur proche des Angelenos. Et la cerise sur le gâteau dans leur association ? Ils sont totalement interchangeables puisque les deux sont susceptibles de jouer sur les deux postes, un vrai plus pour changer sur les écrans. Étant donné la tendance actuelle en NBA avec l’explosion du jeu « Small Ball », ce duo est vraiment alléchant sur le papier et Jordan Clarkson est clairement un joueur sur lequel les Lakers doivent miser pour l’après Kobe Bryant. Surtout que le Black Mamba a pris le gamin de 23 ans sous son aile…

Kobe Bryant comme modèle

Byron Scott pense qu’il peut devenir le prochain Chris Paul, Carlos Boozer voit du Russell Westbrook en lui, Steve Nash a expliqué qu’il pouvait devenir « un super joueur » et Kobe Bryant a tout simplement été impressionné, rien que ça… Oui Jordan Clarkson a fait l’unanimité cette année aux Lakers. Intelligent, bosseur, le rookie n’a pas fait de vague et il s’est démarqué par son humilité et son travail notamment à l’entraînement. Dès le premier camp, le garçon s’est mis Bryant dans sa poche.
« Il m’a surpris, je me suis demandé comment il avait pu atterrir au #46 pick. C’est un énorme steal, il a un super rythme, une bonne vision et il peut tirer à longue distance », a jugé Bryant.
[superquote pos="d"]"Kobe ? Une opportunité incroyable pour apprendre encore plus rapidement", Jordan Clarkson.[/superquote]Quand on connait l’exigence de Kobe Bryant avec ses partenaires, cette déclaration vaut tout simplement de l’or et démontre parfaitement l’implication de Jordan Clarkson dès le jour 1 de sa carrière NBA et c’est uniquement grâce à cette éthique de travail qu’il est parvenu à faire son trou. De son côté, le rookie garde un souvenir très particulier de son premier contact avec Bryant. Dès le premier jour de la pré-saison, l’arrière de 36 ans lui a lancé un « ne te fais pas trop mal gamin » en lui plantant un fadeway sur la tête. Car pour son arrivée dans la Ligue, Jordan Clarkson a été contraint de se coltiner Kobe Bryant durant toute la pré-saison… Et si pour certains, une telle nouvelle peut se révéler être un fardeau, Clarkson ne l’a pas du tout vécu de cette façon.
« Il n’y a pas beaucoup de gars qui ont l’opportunité de s’assoir avec Kobe, de lui parler, de lui piquer des astuces, et j’ai eu ce privilège. C’était vraiment une opportunité incroyable pour apprendre encore plus rapidement, et c’est rien de le dire. Vous écoutez beaucoup d’histoires sur lui, sur son trash talk, sur son exigence avec ses coéquipiers, mais il partage énormément. Il est un leader par l’exemple, mais ce n’est pas dit dans les médias », a confié Clarkson.
Bien évidemment, ce discours peut paraître un peu biaisé par le fait que Jordan Clarkson ne peut pas critiquer Kobe Bryant en étant un membre des Los Angeles Lakers, mais il n’était absolument pas obligé de tenir un tel discours sur le Black Mamba pour gagner du crédit à L.A., donc on peut croire en sa sincérité. En tout cas, selon les derniers rapports, le meneur ne ménage pas ses efforts et actuellement, selon le coach des Lakers lors de la Summer League, il arrive avant et part après tout le monde lors des entraînements des Angelenos, il finit même les séances de SL complétement épuisé, ça ne vous rappelle personne ? En prenant exemple sur l’un des meilleurs joueurs de l’histoire de la NBA, Jordan Clarkson n’a pas fait le plus mauvais choix comme modèle. Pour l’après Kobe Bryant et même si la prochaine saison s’annonce encore difficile, les Lakers ont la chance de pouvoir compter sur trois jeunes talents avec le trio Randle, Russell et Clarkson. Randle ayant été blessé durant l’intégralité de la première saison, Russell étant encore un rookie, on a envie de parier sur Clarkson et son ambition/confiance renforce encore un peu plus notre conviction qu’il peut représenter l’avenir des Los Angeles Lakers.
« Les Lakers vont surprendre les gens l’an prochain. »
Si Jordan Clarkson s’enflamme sûrement concernant le niveau des Lakers pour la saison 2015-2016, de notre côté, on est prêt à annoncer une chose : le jeune extérieur va (encore plus) surprendre les gens l’an prochain !
Afficher les commentaires (0)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest