Killian Hayes, une (re)naissance qui fait plaisir à voir

Killian Hayes, une (re)naissance qui fait plaisir à voir

Depuis la blessure de Cade Cunningham, le meneur des Detroit Pistons Killian Hayes a totalement relancé sa saison.

Cédric EmésPar Cédric Emés | Publié  | BasketSession.com / MAGAZINES / Focus

Cette saison 2022-2023 n'a pas débuté idéalement pour nos Français en NBA. On pense bien évidemment à la situation très compliquée d'Evan Fournier aux New York Knicks, mais aussi aux difficultés des Minnesota Timberwolves avec Rudy Gobert. Il y a tout de même un petit rayon de soleil : Killian Hayes.

Et autant le dire tout de suite, il s'agit d'un sacré retournement de situation. Car justement, sur le coup d'envoi de cet exercice, le jeune homme de 21 ans se trouve en immense souffrance. Bloqué par Cade Cunningham et Jaden Ivey, le natif de Lakeland avait du mal à exprimer ses qualités.

Pire encore, il donnait l'impression d'avoir perdu confiance en son basket. Mais comme souvent en NBA, une situation peut rapidement évoluer.

Sans Cunningham, Killian Hayes s'est relancé

Le déclic pour le Tricolore ? La blessure de Cunningham. Touché au tibia, le #1 pick de la Draft 2021 se trouve forfait depuis fin novembre. Dans les coulisses, il se dit que les Pistons le poussent vers l'opération, synonyme d'une fin de saison, pour activer le mode tank pour Victor Wembanyama.

Mais à l'instant t, l'absence de Cunningham profite donc à un autre talent français, Hayes. Propulsé titulaire, il a réussi à (re)mettre la machine en route. On l'a vu notamment donné la victoire aux siens en étant clutch contre les Dallas Mavericks (131-125).

Au niveau de son impact et de ses statistiques, il ne s'agit tout simplement plus du tout du même joueur. La preuve :

  • Ses 11 premiers matches sur 100 possessions : 7,7 points, 8,5 passes décisives, 4,1 ballons perdus, 1,7 interception, 1 contre, 20% aux tirs (14,5 tentatives), 16,% à 3 points (4,4 tentatives) et 71,4% aux lancer-francs (1,7 tentative).
  • Ses 14 derniers matches sur 100 possessions : 20,1 points, 10,4 passes décisives, 2,9 ballons perdus, 2,3 interceptions, 0,9 contre, 43,4% aux tirs (19 tentatives), 38,7% à 3 points (6,5 tentatives) et 91,7% aux lancer-francs (1,3 tentative).

Le jour et la nuit (plutôt la nuit et le jour pour le coup). Bien évidemment, son rôle et ses responsabilités ont changé. Mais il aussi été capable de saisir cette chance. Dans le dur, il a su se remobiliser pour profiter de cette opportunité.

Une renaissance qui pourrait bien représenter un tournant dans sa jeune carrière.

Quand le Cade n’est pas là, Killian Hayes danse

Du temps pour se développer

Si la fin de saison de Cunningham se confirme, on peut s'attendre à (enfin) de la continuité pour Hayes à Detroit. Cette équipe n'a pas l'intention de gagner et veut surtout développer ses jeunes éléments prometteurs. Et en ce moment, le coach de la franchise de Motor City Dwane Casey se montre particulièrement séduit par l'évolution du Français.

La nuit dernière, lors de la défaite contre les New Orleans Pelicans (98-104), Hayes a ainsi eu son premier double-double de la saison. Avec 17 points, 6 rebonds, et surtout 12 passes décisives, son record de carrière égalé.

Malgré le 2ème pire bilan de l'Est (7 victoires - 20 défaites), cette équipe se comporte "plutôt bien" dans son sillage : 4 succès sur les 10 dernières rencontres. Pour l'un des cancres de la Ligue, il s'agit d'un bilan acceptable surtout sans leur meilleur joueur.

"Il se développe tout simplement à la bonne vitesse, sur son propre tempo. Il ne laisse pas les autres dicter son développement. Il accepte de grandir à son rythme, à sa vitesse. C'est ce que les jeunes doivent faire.

Tout le monde veut le voir évoluer comme un vétéran qui a 10 années en NBA. Mais il est quoi, un troisième année ? C'est pour cela que je ne suis pas surpris. Nous devons simplement avoir de la patience avec lui.

Malheureusement, cette Ligue n'est pas assez patiente, il faut toujours gagner des matches. Mais il grandi juste devant nos yeux", a estimé Casey face à la presse.

Pour le coup, après ses déboires du début de saison, le développement de Killian Hayes ne passe pas inaperçu. Et sans souhaiter du mal à Cade Cunningham, l'officialisation de son indisponibilité pour l'intégralité de cet exercice ne serait pas une si mauvaise nouvelle...

Podcast #67 : Faut-il croire aux Phoenix Suns ?

Afficher les commentaires (0)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest